Feb
20
« Y pas de débat… Patron, remets nous çà…»

C'est à se tordre de rire de voir le débat lilliputien autour de la loi MACRON. 

La loi Macron n'est rien autre qu'une petite avancée vers l'application des directives européennes. Bientôt nous allons nous prendre un règlement européen qui est dans les cartons de Bruxelles depuis 2012. Mais tout cela est déjà obsolète par rapport au TAFTA  et ce qu'il induit pour la privatisation des services publics.

Nous sommes au Théâtre ...à l’Italienne. Certains jouent pour la galerie, le gouvernement veut nous faire croire que les réformes viennent de lui alors que notre pays peine à rattraper la marche de Bruxelles depuis au moins 2010 ...qui court elle-même pour la mise en place des  conditions du traité transatlantique.

L’opposition fustige l’absence de réformes structurelles que nous aurons dû voir éclore depuis le premier choc pétrolier de 1974. C’est à mourir de rire.

Derrière le rideau, le Tabou, comprendre notre législation du Travail (code et jurisprudence) qui fait peur à tout le monde: si nous ne l'abattons pas c'est lui qui va nous donner un pays exsangue submergé par le chômage. Or le premier politique qui dira la vérité sera exécuté plus rapidement encore que Roland DUMAS qui ne craint plus de mettre sa tête sur le billot médiatique qui vient de démontrer une fois de plus en passant de quel bois il se chauffe...très vite.

Les négociateurs du TAFTA qui font dans la macro-économie transcontinentale n’ont aucune idée de notre existence, de Roland DUMAS, WALLS, MELENCHON et compères, et sont à des distances stratosphèriques qui nous donne une idée à peine concevable de la façon dont ils pourraient éventuellement nous voir s'ils regardaient dans notre direction par inadvertance.

Bonjour à B.K. et au CNB en passant.

« Ainsi tournent les violons… et on y peut rien».

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA