Jan
31
Pourquoi la grève des avocats

Les retraites des avocats sont régies par des régimes autonomes, le troisième type de régimes de retraite existant en France.

Or, la réforme prévoit la disparition de ces régimes, ce qui n'est pas du goût des avocats. "Ce ne sont pas des régimes spéciaux : nous ne bénéficions pas de conditions dérogatoires sur les durées de cotisation par exemple, mais ils sont gérés par des caisses autonomes", expliquait à franceinfo, dès septembre 2019, l'avocat Matthieu Dulucq, élu au Conseil national des barreaux (CNB), l'organisation à l'initiative du collectif SOS retraites.

Les avocats souhaitent conserver ce système, car leur caisse de retraite est à l'équilibre, voire excédentaire.

Ils font valoir qu'ils n'ont "jamais réclamé l'aide ni la solidarité du régime général des salariés" pour leur régime de retraites.

Ils affirment "au contraire contribuer chaque année à ce régime général en reversant des sommes importantes", à hauteur de "80 millions d'euros par an".

Avec le projet du gouvernement, la profession serait perdante, selon le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats français.

Car il prévoit notamment de doubler les cotisations retraite (de 14 à 28%) pour les avocats gagnant moins de 40 000 euros par an.

Cela "va tuer les petits cabinets", estime la profession.

Le projet envisage aussi une diminution des pensions : à la retraite, les avocats perçoivent actuellement au minimum 1 400 euros par mois, mais après la réforme, ce montant tomberait à 1 000 euros.

(Source : article France info).

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA