Dec
23
Comment peut-on être Persan ?

LETTRE XXX.

RICA AU MEME.

A Smyrne.

Les habitants de Paris sont d'une curiosité qui va jusqu'à l'extravagance. Lorsque j'arrivai, je fus regardé comme si j'avais été envoyé du ciel: vieillards, hommes, femmes, enfants, tous voulaient me voir. Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres; si j'étais aux Tuileries, je voyais aussitôt un cercle se former autour de moi; les femmes mêmes faisaient un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs, qui m'entourait. Si j'étais aux spectacles, je voyais aussitôt cent lorgnettes dressées contre ma figure: enfin jamais homme n'a tant été vu que moi. Je souriais quelquefois d'entendre des gens qui n'étaient presque jamais sortis de leur chambre, qui disaient entre eux: Il faut avouer qu'il a l'air bien persan. Chose admirable! Je trouvais de mes portraits partout; je me voyais multiplié dans toutes les boutiques, sur toutes les cheminées, tant on craignait de ne m'avoir pas assez vu.

Tant d'honneurs ne laissent pas d'être à la charge: je ne me croyais pas un homme si curieux et si rare; et quoique j'aie très bonne opinion de moi, je ne me serais jamais imaginé que je dusse troubler le repos d'une grande ville où je n'étais point connu. Cela me fit résoudre à quitter l'habit persan, et à en endosser un à l'européenne, pour voir s'il resterait encore dans ma physionomie quelque chose d'admirable. Cet essai me fit connaître ce que je valais réellement. Libre de tous les ornements étrangers, je me vis apprécié au plus juste. J'eus sujet de me plaindre de mon tailleur, qui m'avait fait perdre en un instant l'attention et l'estime publique; car j'entrai tout à coup dans un néant affreux. Je demeurais quelquefois une heure dans une compagnie sans qu'on m'eût regardé, et qu'on m'eût mis en occasion d'ouvrir la bouche; mais, si quelqu'un par hasard apprenait à la compagnie que j'étais Persan, j'entendais aussitôt autour de moi un bourdonnement: Ah! ah! monsieur est Persan? C'est une chose bien extraordinaire! Comment peut-on être Persan?

Montesquieu

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
radoteuse
Site: 
http://

Lâches gueux, leur terreur se déguise en scrupules

Victor Hugo

Voilà qui est bien écrit et cette sentence peut s'appliquer à nos élites qui par bien des travers sont des gueux.

ET le cas échéant, veuillez traduire pour éviter un nouveau prétendu quiproquo.

Oui, parce que les KUCHUKIAN sont de SMYRNE, où étaient nés mon père, mon grand père paternel et mon arrière grand père paternel.

Qyuant à ma grand mère paternelle, qui s'appelait SIDEM elle était Persane d'origine comme Assyro Chaldéenne et les Chrétiens qui vivaient en ce temps là et là bas.

Si c'est une pure coicidence, je suis rassuré.

Voulez vous qu'on parle maintenant des échelles du Levant ?

Montesquieu est insoupçonnable de toute volonté de discrimination (et j'espère que moi aussi ...)

Merci Montesquieu.

Nom: 
JRM
Site: 
http://

on évite les quiproquos maintenant ! Mais ou va-t-on ? ;-)

Dîtes moi cher Maître, sauriez-vous, par hasard, si Montesquieu, a aussi écrit sur le délire de Perse...écution ??? :-)

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA