Sep
22
Coup de coeur pour « Le siècle des nuages » de Philippe Forest

Un livre extraordinaire. Une tranche de vie (et même tellement plus ...) racontée dans une langue admirable.

A ne manquer sous aucun prétexte.

Extrait :

« Ils descendaient depuis l'azur, laissant vers le bas grossir la forme de leur fuselage, traçant doucement leur trait au travers des nuages. Le vrombissement des quatre moteurs, juchés sur le sommet des ailes, enflait, vibrant dans le vide, résonnant jusqu'à terre. Leur ventre touchait enfin la surface de l'eau, projetant à droite et à gauche un panache puissant qui retombait en écume, bousculant tout avec des remous épais qui dérangeaient les barques amarrées et remontaient haut sur le bord des berges.

C'était l'été sans doute. Les vacances étaient déjà commencées. Il avait couché son vélo dans l'herbe toute brûlée par la chaleur du soleil. Peut-être attendait-il allongé sur le sol ou bien se tenait-il assis sur un ponton, les jambes se balançant au-dessus du courant très lent. À perte de vue, le grand ciel bleu du beau temps recouvrait le monde. Il regardait descendre vers lui le signe en forme de croix de la carlingue et des ailes. Lorsque l'avion heurtait l'eau, le choc le ralentissait net. Forant dans le fleuve une tranchée immatérielle, il creusait son sillage entre les rives, rebondissant formidablement d'avant en arrière, basculant sur l'un et puis l'autre de ses flancs, oscillant sur ses deux flotteurs jusqu'à ce qu'il s'arrête enfin : rond avec son ventre vaste comme celui d'une baleine, inexplicable parmi les péniches et les navires de plaisance, immobile comme un paquebot étrange mouillant au beau milieu des terres. »

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Je suis tellement triste de l'avoir fini que ... je vais le relire.

«Je le revois, lui, mon père vieillissant, et ce qu'il disait du naufrage d'avoir vécu. Il ne se plaignait pas. Il n'avait rien à regretter de sa vie, je crois. C'était autre chose. Au fond, il n'en revenait pas. Que tout soit allé si vite et se trouve désormais accompli.»

....

« Car, en l'espace de quelques années, celles qui se sont écoulées en un battement de paupières depuis Ader et Blériot, l'aviation est devenue cela : cette entreprise anonyme de dévastation qui s'étend méthodiquement sur toute la surface des continents, faisant passer sur ceux-ci des formations par centaines qui accomplissent leur métier de mort, larguant leurs bombes à l'aplomb des villes. »

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA