Sep
27
LA RECEPTION TACITE

En l'absence de procès-verbal, il appartient au juge du fond d'apprécier, d'après les circonstances de la cause, quelle a été l'intention du maître de l'ouvrage.

Sous le régime ancien de la double réception, la prise de possession accompagnée de lettres de réclamation avait été assimilée à une réception provisoire tacite (Cass. civ. 24 juin 1929, Gaz. Pal. 1929-2056 - Cass. civ. 3e 2 juillet 1970, Bull. cass. 457-332). En revanche, l'intention de réception ne pouvait résulter d'une occupation avant l'achèvement complet des travaux (Cass. civ. 17 juillet 1961, AJPI 1961, p. 167), ou d'une utilisation partielle dans les mêmes conditions (Cass. req. 4 janvier 1888, D. 1889-I-211), alors que la vraisemblance de la prise de possession était douteuse, si le branchement d'eau de l'immeuble au réseau principal n'était pas intervenu (Cass. civ. 3e 13 mai 1971, Arnaud c/Muriant).

La prise de possession devait ainsi révéler l'intention d'approbation non équivoque, par le maître de l'ouvrage, des travaux (Cass. civ. 3e 8 octobre 1974, Bull. Cass. n° 337, p. 258).

Sous l'empire du régime de la réception en deux temps, une occupation, s'accompagnant d'un règlement à 95 % des travaux, faisait présumer la réception provisoire (Cass. civ. 3e 9 janvier 1969, Bull. cass. n° 29, p. 26) ; compte tenu du caractère aujourd'hui unique de la réception, laissant cependant subsister les obligations de parachèvement, il n'est pas douteux qu'un tel règlement équivaudrait à une réception sous réserve d'examiner les travaux pendant un laps de temps complémentaire.

Dans l'hypothèse où le maître de l'ouvrage ne signait pas le procès-verbal, préparé par l'architecte ou l'entrepreneur, la transmission qui lui en était faite laissait présumer son accord, s'il ne protestait pas dans les jours qui suivaient, quand bien même il n'aurait pas assisté à la visite de réception tenue, entre l'architecte et les entrepreneurs, plusieurs jours auparavant (Cass. civ. 3e 23 avril 1970, Le Goue c/Figaroli). Encore faudra-t-il établir aujourd'hui qu'il a été dument convoqué, en application de l'article 1792-6 du code civil.

La mise en service de l'ouvrage , à l'époque de la réception en deux temps, faisait présumer la réception provisoire à sa date, même si le procès-verbal prévu au cahier des charges, avait été dressé ultérieurement (Cass. civ. 3e 10 octobre 1969, Sté toulousaine de minoterie c/Sté Entr française de construction et travaux publics.).

La loi du 4 janvier 1978 ne traite pas de la réception tacite ; tout au contraire, à l'article 1792-6 du Code civil, elle définit la réception comme « l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserve ». Cette formulation a troublé certains esprits qui se sont demandé s'il y avait encore place, dans le système de 1978, pour une réception tacite, compte tenu de ce que le législateur ne semblait prévoir que la réception expresse.

Le bruit a même couru, à la lecture, non d'un décret d'application, ni même d'un arrêté, mais simplement d'une clause type, figurant à l'annexe de l'arrêté du 17 novembre 1978 (concernant l'assurance obligatoire), que le législateur aurait entendu mettre fin au caractère tacite de la réception.

Plus précisément, au nombre des clauses types applicables au contrat d'assurance de dommages (annexe 2 de l'article A. 241-1 du Code des assurances) figure, sous la rubrique « obligations de l'assuré », une disposition par laquelle ce dernier s'engage à déclarer à l'assureur « les réceptions de travaux ainsi qu'à lui remettre dans le mois de leur prononcé le ou les procès-verbaux desdites réceptions,... ». On a, en outre, appelé à la rescousse la formulation du nouvel article 1792-6 du Code civil (« la réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage... »), en soulignant en outre que la loi ne prévoit, à défaut, que la seule réception judiciaire. Ainsi, en l'absence de procès-verbal ou d'assignation, point de réception ; le délai décennal ne s'ouvrirait pas ; la responsabilité serait perpétuelle ! La thèse était singulière et faisait preuve d'un formalisme surprenant.

Cette interprétation était en effet totalement irréaliste ; elle mêlait deux notions qu'un raisonnement juridique classique distingue aisément : l'existence de l'acte juridique et son mode de preuve.

L'absence de procès-verbal de réception amiable n'est pas une situation nouvelle en jurisprudence. Les cours et tribunaux, dans le silence du maître de l'ouvrage, ont déjà eu l'occasion de retenir deux circonstances fondamentales, permettant d'interpréter la volonté de celui pour le compte de qui les travaux ont été exécutés.

Il s'agit de la prise de possession de l'ouvrage achevé et, surtout, de son paiement. Il est bien évident que cette double attitude du maître de l'ouvrage caractérise un comportement éloquent, au regard de la notion de réception, alors surtout que ce paiement (acte juridique par excellence) correspond à l'exécution d'une obligation d'un contrat synallagmatique, marquant ainsi, par la réciprocité des exécutions, que chaque partie est satisfaite de l'accomplissement par l'autre, de son obligation.

La rédaction d'un procès-verbal ne facilite donc que la preuve de l'acte de réception, mais elle ne conditionne nullement l'existence de celui-ci ; la réception n'est pas encore un acte solennel. Cependant, l'article L 231-6-4 du code de la construction et de l'habitation exige, en matière de contrat de construction de maison individuelle une réception écrite.

Cela étant, la réception judiciaire ne concerne que les hypothèses dans lesquelles l'entrepreneur estime que le maître de l'ouvrage aurait dû accepter les travaux, alors qu'il s'y refuse et le juge du contrat doit trancher ce litige ; il le faisait déjà avant que la loi ne le prévoie.

Que l'assureur des dommages exige, pour les besoins de la mise en œuvre de la police, la production du procès-verbal de réception n'est pas de nature à ruiner l'intérêt de ces considérations ; une telle demande n'est, ici encore, pas nouvelle. Avant 1978, quelle que soit la police (individuelle de base ou police dite « des maîtres d'ouvrage »), l'assureur prévoyait toujours la nécessité d'une justification du cadre juridique dans lequel se situe, au temps du sinistre, l'opération de construction, car l'étendue des garanties n'est pas la même avant ou après réception.

C'est d'ailleurs, principalement, à propos de questions d'assurance que le débat sur les modalités de la réception s'est posé en jurisprudence et a été résolu dans le sens d'une réception tacite. En fait, aujourd'hui comme hier, la rédaction d'un procès-verbal est utile car elle évite toute discussion sur l'existence de l'acte.

La thèse de la réception tacite, maintenue à la lumière de la loi de 1978, a été consacrée par la Cour de cassation à de nombreuses reprises :

COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE.

Formation de section.

Rejet.

Arrêt n° 78.

30 janvier 2008.

Pourvoi n° 07-10.822.

Statuant sur le pourvoi formé par

la société Atradius crédit insurance NV, venant aux droits de la société L'Etoile assurance caution, dont le siège est [...],

contre l'arrêt rendu le

9 octobre 2006 par la cour d'appel de Versailles (4e chambre), dans le litige l'opposant

à la société Les Rives d'Asnières, société civile immobilière, dont le siège est [...], représentée par son gérant la société Les Nouveaux Constructeurs,

défenderesse à la cassation ;

La demanderesse invoque, à l'appui de son pourvoi, le moyen unique de cassation annexé au présent arrêt ;

Moyen produit par Me Cossa, avocat aux Conseils pour la société Atradius crédit insurance NV

Le pourvoi fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir constaté que la réception tacite de l'ouvrage réalisé par la société ETIS est intervenue, avec réserves, le 7 décembre 2001 et d'avoir dit, en conséquence, que les sociétés ETOILE COMMERCIALE et ETOILE CAUTION, aux droits desquelles se trouve aujourd'hui la société ATRADIUS INSURANCE CREDIT NV, sont tenues de garantir l'exécution des travaux nécessaires à la levée des réserves ;

Alors, selon le pourvoi, que la réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserves ; qu'en décidant que la réception était intervenue le 7 décembre 2001, motif pris que « le constat d'huissier dressé le 7 décembre 2001 à la requête» de la SCI LES RIVES D'ASNIERES «pour constater l'état d'avancement des travaux du chantier, permet de retenir que la SCI a, de la sorte, accepté l'ouvrage abandonné par le constructeur », ce qui ne caractérise pas l'existence d'une volonté non équivoque du maître de l'ouvrage de recevoir celui-ci, la Cour d'appel n'aurait pas légalement justifié sa décision au regard des dispositions des articles 1792-6 du Code civil et 1er de la loi n°71-584 du 16 juillet 1971 ;

Vu la communication faite au procureur général ;

LA COUR, composée conformément à l'article L. 131-6-1 du code de l'organisation judiciaire, en l'audience publique du 18 décembre 2007, où étaient présents : M. Weber, président, M. Garban, conseiller rapporteur, M Cachelot, Mmes Lardet, Gabet, Renard-Payen, MM. Paloque, Rouzet, Mas, conseillers, Mme Nési, M. Jacques, Mme Vérité, conseillers référendaires, M. Gariazzo, premier avocat général, Mme Berdeaux, greffier de chambre ;

Sur le moyen unique, ci-après annexé :

Attendu qu'ayant relevé, d'une part, que la société civile immobilière Les Rives d'Asnières (SCI) après avoir constaté, le 26 novembre 2001, l'absence de tout personnel de la société Etis sur le chantier, avait avisé celle-ci ce même jour de son intention de faire terminer le chantier sans elle et qu'aucun élément n'était de nature à établir que celle-ci avait manifesté son intention de reprendre ses travaux ou en avait été empêchée, d'autre part, que le constat d'huissier de justice du 7 décembre 2001, établi à la requête de la SCI, décrivait l'état d'avancement du chantier, la cour d'appel, qui a pu en déduire la preuve de l'intention du maître de l'ouvrage de recevoir l'immeuble avec réserves, a légalement justifié sa décision ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi...

CASS. CIV. 3e 16 JUIILET 1987, BULL. CASS. N° 143, P. 84 :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Besançon, 21 novembre 1985), qu'en présence de malfaçons décelées sur son immeuble, après l'achèvement de travaux de rénovation, M. Gatschine a introduit une action en réparation à l'encontre tant de M. Vallet, entrepreneur, qui avait exécuté les travaux, que de l'assureur de celui-ci, la Mutuelle assurance artisanale de France (MAAF) ;

Attendu que cette dernière fait grief' à l'arrêt de l'avoir condamnée à indemniser le maître de l'ouvrage, après avoir admis l'existence d'une réception tacite des travaux, alors, selon le moyen, « que, d'une part, aux termes de l'article 1792-6 du Code civil, applicable en la cause, "la réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage"; que ce texte précise que la réception doit avoir été prononcée contradictoirement"; qu'il ne prévoit aucune autre forme de réception ; qu'ainsi la réception doit désormais être expresse et ne saurait donc résulter de la seule prise de possession des travaux ; qu'en décidant le contraire, la cour d'appel a violé l'article 1792-6, alinéa 1er ; du Code civil, et alors que, d'autre part, en retenant, pour recevoir la demande en garantie formée par le maître de l'ouvrage, qu'une réception tacite était intervenue, la cour d'appel a violé les dispositions combinées des articles 1792, 1792-6, alinéa 1er, et 2270 du Code civil » ,

Mais attendu qu'après avoir exactement énoncé que l'article 1792-6 du Code civil laisse subsister la possibilité d'une réception tacite, la cour d'appel, en relevant que M. Gatschine avait pris possession des ouvrages et les avait acceptés sans réserves, n'en contestant que le prix, a, par ces constatations, caractérisé la réception des travaux en conformité avec les exigences légales. D'où il suit que le moyen n'est pas fondé.

Voir également : Cass. civ. 3e 23 avril 1986 (2 arrêts) Bull. cass. n° 46 et 47, p. 36 et 37 - Cass. civ. 3e 12 octobre 1988, n° 1338 P, Sté Veli, qui casse une décision ayant cru pouvoir consacrer le principe d'une réception écrite MTP, 2 décembre 1988, p. 53, Bull. cass. n° 137, p. 75 ; Cass. civ. 3ème 22 juin 1994, n° 90-11.774.

Encore faut-il que le juge du fait relève une manifestation de volonté non équivoque du maître de l'ouvrage de recevoir les travaux :

CASS. CIV. 3e 18 NOVEMBRE 1992, BULL. CASS. N° 296, P. 182

Justifie légalement sa décision retenant l'existence d'une réception tacite la cour d'appel qui relève que les maîtres de l'ouvrage avaient pris possession des lieux, avaient manifesté sans équivoque leur volonté d'accepter l'ouvrage en installant un important matériel, en ouvrant le garage à la clientèle et en l'utilisant pour leurs besoins professionnels, et que le refus de payer le solde des travaux n'avait été formulé qu'ultérieurement lors de la présentation de la facture.

Cette condition ne résulte pas nécessairement de la prise de possession :

CASS. CIV. 3e 4 OCTOBRE 1989, BULL. CASS. N° 176, P. 97 :

Ne donne pas de base légale à sa décision la cour d'appel qui, après avoir relevé que les maîtres de l'ouvrage avaient pris possession des lieux sans dresser contradictoirement le procès-verbal de réception, retient que la garantie décennale court de cet événement qui vaut réception tacite, alors que la prise de possession ne suffit pas à caractériser la volonté non équivoque du maître de l'ouvrage d'accepter les travaux.

CASS. CIV. 3e 3 MAI 1990, BULL. CASS. N° 104, P. 57 :

Ne donne pas de base légale à sa décision la cour d'appel qui, pour décider que des travaux relevaient de la garantie décennale, retient que ceux-ci ont fait l'objet d'une prise de possession valant réception tacite, sans rechercher si cette prise de possession manifestait la volonté non équivoque du maître de l'ouvrage d'accepter celui-ci.

CASS. CIV. 3e 14 JUIN 1992, BULL. CASS. N° 217, P. 132 :

La réception, qui doit être prononcée contradictoirement, étant caractérisée par la volonté non équivoque du maître de l'ouvrage d'accepter les travaux, justifie légalement sa décision écartant ou limitant la garantie des assureurs faute de réception, la cour d'appel qui, après avoir relevé que le fait que les travaux aient été poursuivis par des entrepreneurs successifs n'établissait pas l'existence d'une réception tacite des travaux exécutés, a retenu qu'en raison de l'absence de tout relevé des parties d'ouvrage exécutés et de la prétention initiale des maîtres de l'ouvrage au remboursement des acomptes versés sur les travaux réalisés, leur volonté de recevoir ceux-ci n'était pas établie.

Cass. civ. 3ème, 9 décembre 2003. Pourvoi n° 02-17.906 :

Attendu qu'ayant constaté que M. Mandon et M. Verstraeten soutenaient qu'une réception tacite était intervenue à une date sur laquelle ils divergeaient et que la société Mutuelle de Poitiers assurance concluait à l'absence d'une telle réception et ayant relevé que M. Mandon restait devoir un solde important et n'avait envisagé une réception assortie de nombreuses réserves que plus de six mois après sa prise de possession des lieux, la cour d'appel a pu en déduire le refus de M. Mandon d'accepter l'ouvrage dans l'état dans lequel il se trouvait au jour de la prise de possession des lieux et décider qu'il n'y avait pas eu de réception des ouvrages ;

Cass. civ. 3ème, 22 novembre 2005. Pourvoi n° 04-19.391 :

Attendu qu'ayant constaté que les travaux portaient sur la restauration de locaux dont la société MBJM était déjà en possession, que cette société s'était refusée à payer le solde du prix des travaux dont elle était redevable et que le coût des reprises des désordres s'élevait à la somme de 345 918,45 francs pour un marché de 457 046 francs, la cour d'appel, répondant aux conclusions, a pu en déduire que la preuve d'une volonté non équivoque du maître de l'ouvrage de recevoir l'ouvrage n'étant pas établie, les travaux réalisés par la société Delfino n'avaient pas été réceptionnés ;

Si la prise de possession est motivée par l'urgence, elle ne saurait faire présumer une volonté non équivoque de réception :

Cass. civ. 3ème, 12 avril 2005. Pourvoi n° 04-11.610 :

Attendu que la cour d'appel ayant relevé qu'en présence de désordres dénoncés par le maître de l'ouvrage, avec constat et assignation en désignation d'expert, la prise de possession des lieux, motivée par l'urgence, n'établissait pas la volonté non équivoque des époux Guéroult d'accepter l'ouvrage, le moyen n'est pas fondé, l'éventuelle apparence des vices de construction et la non-formulation de réserves étant inopérantes en l'absence de réception des ouvrages ;

À moins qu'il y ait paiement intégral du prix (Cass. civ. 3e 16 mars 1994, Bull. cass., n° 59, p. 30) la déclaration d'achèvement des travaux est insuffisante à elle seule :

CASS. CIV. 3e 14 FÉVRIER 1990, BULL. CASS. N° 47, P. 24 :

Est légalement justifié l'arrêt qui, pour rejeter la fin de non-recevoir tirée de la forclusion décennale et condamner un architecte à payer une provision, retient exactement, sans trancher une contestation sérieuse, que la déclaration d'achèvement des travaux n'est pas assimilable à un procès-verbal de réception et relève que l'architecte ne rapporte pas la preuve de la date de la réception dont il se prévaut.

Il incombe au juge du fait, dans le silence du maître de l'ouvrage après l'achèvement des travaux, de rechercher l'existence d'un éventuel paiement complet (Cass. civ. 3ème 10 juillet 1995, Bull. n° 315). Mais il doit, dans le même temps, caractériser la volonté non équivoque de recevoir les travaux (Cass. civ. 3ème 22 juin 1994, Bull. n° 126). La Cour de cassation exerce le contrôle des conditions d'existence de la réception (Cass. civ. 3ème 6 novembre et 4 décembre 1996, RDI 1997, p.83).

L'acceptation du maître de l'ouvrage peut se trouver viciée par le comportement dolosif de l'entrepreneur :

CASS. CIV. 3e 1er DÉCEMBRE 1993, BULL. CASS. N° 155, P. 103 :

Doit être cassé l'arrêt qui, pour débouter un maître d'ouvrage de sa demande en réparation de désordres, retient que les vices de construction et défauts de conformité allégués, qui ne portent atteinte ni à la solidité de l'immeuble ni à sa destination, étant apparents lors de la réception et n'ont pas fait l'objet de réserves dans le procès-verbal, alors qu'ils étaient connus du maître de l'ouvrage, ce qui exclut la mise en ouvre même de la garantie de parfait achèvement, sans répondre aux conclusions soutenant que le procès-verbal de réception ne valait pas acceptation de la construction, cette acceptation ayant été viciée par le refus de l'entrepreneur de mentionner ses réserves au prétexte que le procès-verbal ne devait faire état que de malfaçons réparables et par la rédaction ambiguë du procès-verbal de réception qui « le garantissait de toute contestation ultérieure » laissant ainsi croire que toute réparation postérieure serait recevable.

Les modalités de la réception sont-elles d'ordre public ?

Le législateur (loi n° 90-1129 du 19 décembre 1990) a confirmé le caractère d'ordre public de la garantie de parfait achèvement en modifiant l'article 1792-5, pour interdire uniquement l'exclusion ou la limitation de la portée de cette garantie, sans inclure dans son propos les modalités de la réception.

Ainsi rien ne permet d'affirmer que l'article 1792-6 du Code civil soit d'ordre public sur ce point, alors que l'article 1792-5, qui aurait pu le préciser, s'en est soigneusement abstenu, tant dans sa version originaire que lors de la modification du 19 décembre 1990. Comme le fait observer judicieusement M. Boubli (La Responsabilité et l'assurance des architectes, entrepreneurs et autres constructeurs, 1979, n° 296 et s.), énoncer le caractère d'ordre public de l'article 1792-6, sur ce point, reviendrait à considérer que « la réception est soumise à la formalité obligatoire de l'écrit à peine de nullité », ce qui serait un bouleversement complet des errements suivis jusqu'alors, qui n'étaient eux-mêmes que le reflet des nécessités de la pratique.

Albert CASTON

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
marine
Site: 
http://

Bonjour,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt cet article. Mais que se passe t-il quand un promoteur livre ( en appelant le PV : PV de réception) la maison au Client ( achat en VEFA) alors que lui même n'a pas fait la réception avec les différents intervenants. Suite à problèmes, la dommage ouvrage et la decennale ne veulent pas intervenir. Quels sont mes recours ? alors que je ne suis pas responsable du manquement du promoteur.

Cordiales salutations

Est ce que la résiliation à tords eclusifs de l'entreprise peut elle intervenir après la réception des travaux?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA