Mar
17
Moscow-Vladivostok: virtual journey on Google Maps

The great Trans Siberian Railway, the pride of Russia, goes across two continents, 12 regions and 87 cities. The joint project of Google and the Russian Railways lets you take a trip along the famous route and see Baikal, Khekhtsirsky range, Barguzin mountains, Yenisei river and many other picturesque places of Russia without leaving your house. During the trip, you can enjoy Russian classic literature, brilliant images and fascinating stories about the most attractive sites on the route. Let's go!

Tout le voyage filmé par la fenêtre : phénoménal !

C'est là :

http://www.google.ru/intl/ru/landing/transsib/en.html

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Nom: 
alexia
Site: 
http://

tout colle à merveille, les acteurs sont fabuleux et la bande son très rythmée

... d'autres accompagnements sonores (Balalaïka, Guerre et Paix, etc.), mais il est vrai que déjà au bout du 4ème jour on peut ressentir une certaine lassitude, j'en conviens. (Pour ma part, j'ai tenu 10 minutes, en zappant d'une ville à l'autre, mais je ne suis pas un très bon sujet...).

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Même un ferrovipathe doit trouver le temps long. Faut apporter ses mots croisés.

Moi, je préfère un bon feu de cheminée....

c'est compliqué ....

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Ils sont pourtant très orthodoxes...

..."crucifiants" ! (-:

Nom: 
JRM
Site: 
http://

.....:-) sans doute ?

Ce clavier est impossible.... Je veux dire :-) et il écrit (-:

C'est agaçant quand même....

Bon, je retourne à mes mots de tête puisque je suis dans le wagon de queue et que le voyage est bien long......et triste.....et long......et triste ! .

Booooouhhhh ! Snif !

...m'ont mis la tête à l'envers !

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...c'est moi qui suis gaucher !

... alors dans le même sens (même si on essaie de suivre la même voie)

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...à la bataille navale puisqu'on est face à face dans le wagon !

... on dit "les voitures".

(On dit : "En voiture !" et non : "En wagon !", ou "voiture 1", etc.).

Cela étant, je ne refuse pas de jouer, mais sachez que je préfère gagner.

Nom: 
JRM
Site: 
http://

1.- Wagon : c'est pour les marchandises ET les animaux.... Mais que sommes nous, Mon Bon Monsieur, je vous l'demande ?

2.- Et que faites vous des "wagons-lits" ? C'est pour que les marchandises puissent se reposer, peut-être..... ?

1-0 Balle au centre.....!

... à la SNCF (quand on ne publie pas d'accident imaginaire), on parle d'ailleurs de "voiture-lit".

Votre dossier ne me parait donc guère plaidable ...

Nom: 
JRM
Site: 
http://

WAGON, subst. masc.

A. Véhicule tracté par une locomotive ou par une locomotrice sur une voie ferrée. Wagon de chemin de fer; wagon de tête, de queue; wagon à bogies, à essieux; tirer, traîner les wagons. Quant au matériel roulant il faut le diviser en deux parties: le matériel de traction constitué par les locomotives; le matériel de transport constitué par les wagons, wagons de voyageurs ou wagons de marchandises (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p. 46).

SYNT. Caisse, crochet d'attelage, tampon d'un wagon; lanterne du dernier wagon; rame, train de x wagons; acheminement, triage des wagons; déraillement d'un wagon; atteler, débrancher, décrocher, enrayer, trier les wagons.

1. Voiture destinée au transport des voyageurs et à certains services. Wagon bien aménagé, confortable; wagon bondé, vide; wagon sanitaire; wagon de bois, wagon de première/deuxième classe; banquette, coin, compartiment, couloir, fenêtre, filet, marchepied, portière, vitre du wagon; poussière, trépidation du wagon; monter en wagon; s'installer dans un wagon. Les wagons, doublés pour la plupart en beau velours d'Utrecht rouge, sont larges et capitonnés d'importance (DU CAMP, Hollande, 1859, p. 98). Lucienne et Germaine sont dans le wagon et il y a justement encore de la place (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 161).

En appos. avec valeur d'adj. Vert wagon. Vert vif et soutenu dont étaient peintes les anciennes voitures de voyageurs. Avec ce jeune homme barbu, tennis effondrés, chemise à carreaux, shetland vert wagon et Levi's marronnasse, le glamour hollywoodien en prend un vieux coup ! (Le Point, 8 sept. 1980, p. 124, col. 1).

P. anal. Wagon (de métro). Jerphanion se trouvait assis avec Odette dans un wagon de métro, entre les stations du Palais-Royal et de Saint-Paul (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 242). Une rame entrait en gare, je sautai dans un wagon et descendis à Cambronne (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 388).

P. méton. Ensemble des personnes transportées dans le wagon. Tout le wagon dort, maintenant, toutes les têtes se balancent (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p. 153).

2. CH. DE FER. Véhicule destiné au transport des animaux et des marchandises. Wagon de marchandises, de messageries; wagon de charbon, de vin, de volailles; charger, décharger, expédier les wagons. Les wagons de champagne étiquetés via Laon, Tergnier, Amiens, arrivèrent en deux jours à quatre heures cinquante, matin, à Calais-Triage par train 5.799 (HAMP, Champagne, 1909, p. 188). Comme pour ceux de Rawaruska, cela commença par l'ignoble voyage de quatre jours et cinq nuits dans l'entassement des wagons à bestiaux (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 303). V. benne ex. 9.

En partic. Wagon dévoyé. ,,Wagon qui par cause accidentelle a été dérouté`` (Industries 1986). Wagon différé. ,,Wagon qu'un incident technique oblige à retirer de la composition de son train`` (Industries 1986). Wagon de particulier. ,,Wagon n'appartenant pas à la société de chemin de fer et admis à circuler sur le réseau en vertu d'un « contrat d'immatriculation » connu entre la société et le propriétaire du wagon`` (Juridique 1987). Wagon de secours. ,,Wagon (...) qui porte l'outillage nécessaire pour remettre sur la voie les machines et wagons déraillés`` (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 2, 1894, p. 165).

Wagon + adj. [Pour désigner un wagon constr. ou aménagé pour des transp. déterminés] Wagon bâché, blindé.

Wagon couvert. Wagon dont la caisse est pourvue d'une toiture fixe. Le bois est de plus en plus fréquemment remplacé par la tôle dans (...) les bouts et pavillons des wagons couverts (Industr. fr. bois, 1955, p. 11).

Wagon plat. Wagon sans bords ou à bords peu élevés. Nous citerons: les wagons plats, destinés au transport de charges indivisibles lourdes ou encombrantes (BAILLEUL, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 98).

Wagon postal. Synon. de wagon-poste (s.v. wagon- A). Les wagons postaux utilisés pour le transport et le tri du courrier sont incorporés normalement dans les convois de la SNCF (Admin. P. et T., 1964, p. 39).

Wagon frigorifique. Wagon équipé d'une machine frigorifique pour le transport de denrées périssables. Des wagons frigorifiques pour les viandes ou les matières périssables (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p. 42). Wagon réfrigérant. Même sens. Les wagons réfrigérants (...) sont caractérisés par un bon isolement calorifuge de la caisse et par la présence, dans celle-ci, de paniers pouvant recevoir de la glace (BAILLEUL, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 99). Wagon ventilé. Wagon équipé d'un système de ventilation. Au débarquement, celle-ci [la marchandise] est entreposée dans des hangars climatisés, avant d'être enlevée par camions isothermes ou wagons ventilés (BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p. 106).

P. méton. Contenu d'un wagon. On a téléphoné au collège pour demander confirmation d'une commande surprenante: un wagon de pommes du Canada, pour des expériences sur les moisissures (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 189). P. anal., fam. Grande quantité. Je sais la manière de travailler de Zola, oui: des documents. Un jour, un de mes amis lui en a apporté deux wagons. Zola dut coucher dehors (RENARD, Journal, 1892, p. 123).

Rem. Dans la lang. techn. des ch. de fer, voiture est le mot usité pour les véhicules assurant le transport des voyageurs. La lang. commune qui empl. encore wagon tend à adopter cet usage; cependant, des comp. comme wagon-lit, wagon-restaurant sont encore très vivants, sans doute à cause de l'image de marque donnée par la Compagnie des wagons-lits qui a eu le monopole de ces services depuis leur orig. et qui reste actuellement encore symb. de luxe ou de restauration haut-de-gamme dans les trains rapides (d'apr. HANSE Nouv. 1983).

B. Spécialement

1. HIST. DES TRANSP., rare (et dans un cont. anglo-saxon). Fourgon, chariot. Les caravanes se préparent (...). Les départs s'effectuent à cheval, en voiture, en longues théories de wagons couverts tirés par douze couples de boeufs (CENDRARS, Or, 1925, p. 48).

2. MAÇONN. Élément de conduit à incorporer dans un mur et possédant des oreilles pour liaisonner (d'apr. BARB.-CAD. 1971).

3. TERRASS. Véhicule ou caisse portée sur quatre roues et circulant sur des rails pour le transport des terres (d'apr. CHABAT 1876 et 1881).

4. Arg., pop. Verre de vin de grande capacité servi au bistrot (d'apr. FRANCE 1907). Recharger les wagons. Remplir de nouveau les verres. Il suffit d'observer [au bistrot] comment l'orateur hausse le ton, ménage ses effets, glisse au moment opportun « la même chose, garçon! » ou « rechargez les wagons! » pour comprendre qu'ici les rôles sont tenus par des virtuoses de l'émotion (Le Monde aujourd'hui, 6-7 avr. 1986, p. IX, col. 1).

REM. 1. Wagonnée, subst. fém., rare. Contenu d'un wagon. C'était la première aventure de voyage. Elle dilata de joie toute la wagonnée (E. BERGERAT, Le Livre de Caliban, 1887, p. 329 ds QUEM. DDL t. 15). 2. Waguine, subst. fém., région. (Canada). Voiture de travail à quatre roues. C'est lui [le rebouteux] qui a remmanché le petit Roméo Boily, après qu'il avait été écrasé par une waguine chargée de planches (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p. 216).

Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1878. ,,Le w initial de wagon (...) n'est noté [w] que par FÉL. 1851, et bien plus tard, Henri Bauche constatera que, dans le peuple de Paris, on prononçait encore quelquefois ouagon, mais depuis la seconde moitié du XIXe siècle, le [w], qui existe pourtant dans le système consonantique du français (oui, oie, poire, ouate, etc.) a été remplacé par [v] (...); parfois, on écrivait même vagon`` (G. STRAKA ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 no 1 1981, p. 200). Voir LITTRÉ: vagon, wagon et ROB. 1985: ,,La variante graphique vagon est archaïque``. Mais CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971, p. 315 recommande la forme francisée. Comparer wagon avec des mots du même type mais moins cour. qui conservent [w]: watergang, wateringue ou qui hésitent entre [w] et [v]: wallon, warrant, waters [], [va-] (abrév. de water(-)closet, v. STRAKA, op. cit., p. 197). Étymol. et Hist. 1. 1698 terme de relation dans des empl. isolés waggon « chariot, charrette » ([H. MISSON DE VALBOURG], Mém. et observations faites par un voyageur en Angleterre, 413 ds HÖFLER Anglic.); 2. a) 1826 vagon « voiture de chemin de fer » (SEGUIN et BIOT, Exposé des concessionnaires de la ligne Saint-Étienne-Lyon, 4, XII, pp. 21-22 ds WEXLER, p. 117); 1827 wagon (Registre des délibérations du Conseil d'Administration de la ligne Saint-Étienne-Andrézieux, II, p. 67, p. 79, pp. 160-163, ibid., p. 116); b) 1866 arg. « verre de vin de grande contenance » (p. compar. au contenu d'un wagon) (DELVAU, p. 400); c) 1881 « contenu d'un wagon » (Le Génie civil, 15 oct., 579a ds HÖFLER Anglic.); 3. 1872 « élément de conduit de fumée dont l'assemblage est comparable à celui des wagons d'un train » (LITTRÉ). Empr. à l'angl. wagon, waggon d'abord « véhicule à quatre roues pour le transport de lourdes charges » (1523 ds NED) puis, au XVIIe s. « véhicule couvert pour le transport de marchandises et de passagers » ainsi que « chariot de transport de minerai » d'où son empl. au XVIIIe s. pour désigner une voiture ouverte circulant sur des rails, d'abord pour le transport de minerais, puis d'autres marchandises et de passagers lorsque les chemins de fer se développèrent. Désignant encore tout type de voiture de chemin de fer au mil. du XIXe s., le terme vit ensuite son usage restreint au transport des marchandises (v. NED), le mot car étant utilisé pour le transport des voyageurs, comme plus tard voiture* en fr. L'angl. wagon, dont la forme waggon, apparue au XVIIIe s., est plus cour. en Grande-Bretagne qu'aux États-Unis, est empr. au néerl. wagen « voiture, chariot ». Fréq. abs. littér.: 1 103. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 44, b) 1 325; XXe s.: a) 2 989, b) 2 144.

DÉR. 1. Wagonnage, subst. masc., technol., rare. a) Fabrication des wagons. Dans la construction des véhicules, le charronnage, le wagonnage, la carrosserie courante, les bâtis de machines, on a fait appel de tout temps à ses fortes cotes de qualités [du bois] (CAMPREDON, Bois, 1948, p. 127). b) Transport par wagon. Dans les caves, les transports de fromages se font depuis longtemps par wagonnage (AUSS. Roquefort 1984, s.v. wagonnet). Ch. de fer. Indice de wagonnage. Groupe de deux chiffres et d'une lettre mentionné sur l'étiquette d'expédition et indiquant la direction à donner à un wagon. (Dict. XXe s.). []. 1re attest. 1894 (K. SACHS, C. VILLATTE, Enzyklop. Wörterbuch...: Supplement zum frz.-deutschen Teil, p. 326); de wagon, suff. -age*. Cf. aussi les termes angl. de même sens wag(g)onage et wag(g)oning (NED). 2. Wagonnier, subst. masc., technol. Ouvrier qui manoeuvre les wagonnets. Ch. de fer, vieilli. Homme d'équipe qui manoeuvre les wagons. Toutes ces victuailles, dont le transport donnait souvent lieu à des aventures rocambolesques, aboutissaient au Dépôt et étaient partagées entre toutes les équipes (...). Les chefs de train, et les wagonniers en faisaient autant de leur côté (H. VINCENOT, Mém. d'un enfant du rail, 1980, p. 58). []. 1res attest. 1846 wagonier ou vagonier (BESCH.), 1876 wagonnier, wagonnier ou vagonier (Lar. 19e); de wagon, suff. -ier*. Traduit l'angl. wag(g)oner att. dep. le XVIe s. (NED) et déjà traduit wagonnier fin XVIIIe s. en dehors du vocab. des ch. de fer (LA ROCHEFOUCAULD-LIANCOURT, Voyage dans les États-Unis d'Amérique, IV, an VII, 232 ds HÖFLER Anglic.).

BBG. BONN. 1920, p. 166.

... car vos propres pièces établissent le contraire de ce que vous prétendez établir : je vous cite :"le terme vit ensuite son usage restreint au transport des marchandises (v. NED), le mot car étant utilisé pour le transport des voyageurs, comme plus tard voiture"

Vous avez perdu !

Nom: 
zen
Site: 
http://

...et vous aurez la confirmation qu'un wagon ne peut concerner que des marchandises ou des bestiaux...

Sauf pendant quelques années extrêmement sombres de l'histoire de France.

Des déportés s'en souviennent...

Nom: 
JRM
Site: 
http://

.......d'où son empl. au XVIIIe s. pour désigner une voiture ouverte circulant sur des rails, d'abord pour le transport de minerais, puis d'autres marchandises ET DE PASSAGERS lorsque les chemins de fer se développèrent.

1 PARTOUT.

... que j'avais raison ...

Cela étant, merci pour la doc ! ça vient d'où ?

il y a maintenant le Wagon-Mosquée

Et paf ....!! comme quoi lorsque l'on est de mauvaise foi, mieux vaut se relire ... :-)

... effectivement !

De la terre à la lune

--------------------------------------------------------------------------------

Le wagon-projectile

Après l'achèvement de la célèbre Columbiad, l'intérêt public se rejeta immédiatement sur le projectile, ce nouveau véhicule destiné à transporter à travers l'espace les trois hardis aventuriers. Personne n'avait oublié que, par sa dépêche du 30 septembre, Michel Ardan demandait une modification aux plans arrêtés par les membres du Comité.

Le président Barbicane pensait alors avec raison que la forme du projectile importait peu, car, après avoir traversé l'atmosphère en quelques secondes, son parcours devait s'effectuer dans le vide absolu. Le Comité avait donc adopté la forme ronde, afin que le boulet pût tourner sur lui-même et se comporter à sa fantaisie. Mais, dès l'instant qu'on le transformait en véhicule, c'était une autre affaire. Michel Ardan ne se souciait pas de voyager à la façon des écureuils; il voulait monter la tête en haut, les pieds en bas, ayant autant de dignité que dans la nacelle d'un ballon, plus vite sans doute, mais sans se livrer à une succession de cabrioles peu convenables.

De nouveaux plans furent donc envoyés à la maison Breadwill and Co. d'Albany, avec recommandation de les exécuter sans retard. Le projectile, ainsi modifié, fut fondu le 2 novembre et expédié immédiatement à Stone's-Hill par les railways de l'Est. Le 10, il arriva sans accident au lieu de sa destination. Michel Ardan, Barbicane et Nicholl attendaient avec la plus vive impatience ce «wagon-projectile» dans lequel ils devaient prendre passage pour voler à la découverte d'un nouveau monde.

Il faut en convenir, c'était une magnifique pièce de métal, un produit métallurgique qui faisait le plus grand honneur au génie industriel des Américains. On venait d'obtenir pour la première fois l'aluminium en masse aussi considérable, ce qui pouvait être justement regardé comme un résultat prodigieux. Ce précieux projectile étincelait aux rayons du Soleil. A le voir avec ses formes imposantes et coiffé de son chapeau conique, on l'eût pris volontiers pour une de ces épaisses tourelles en façon de poivrières, que les architectes du Moyen Age suspendaient à l'angle des châteaux forts. Il ne lui manquait que des meurtrières et une girouette.

Pfff, chouchou démasqué:

WAGON, subst. masc.

A− Véhicule tracté par une locomotive ou par une locomotrice sur une voie ferrée. Wagon de chemin de fer; wagon de tête, de queue; wagon à bogies, à essieux; tirer, traîner les wagons. Quant au matériel roulant il faut le diviser en deux parties: le matériel de traction constitué par les locomotives; le matériel de transport constitué par les wagons, wagons de voyageurs ou wagons de marchandises (Albitreccia, Gds moyens transp., 1931, p. 46).

SYNT. Caisse, crochet d'attelage, tampon d'un wagon; lanterne du dernier wagon; rame, train de x wagons; acheminement, triage des wagons; déraillement d'un wagon; atteler, débrancher, décrocher, enrayer, trier les wagons.

1. Voiture destinée au transport des voyageurs et à certains services. Wagon bien aménagé, confortable; wagon bondé, vide; wagon sanitaire; wagon de bois, wagon de première/deuxième classe; banquette, coin, compartiment, couloir, fenêtre, filet, marchepied, portière, vitre du wagon; poussière, trépidation du wagon; monter en wagon; s'installer dans un wagon. Les wagons, doublés pour la plupart en beau velours d'Utrecht rouge, sont larges et capitonnés d'importance (Du Camp, Hollande, 1859, p. 98). Lucienne et Germaine sont dans le wagon et il y a justement encore de la place (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 161).

− En appos. avec valeur d'adj. Vert wagon. Vert vif et soutenu dont étaient peintes les anciennes voitures de voyageurs. Avec ce jeune homme barbu, tennis effondrés, chemise à carreaux, shetland vert wagon et Levi's marronnasse, le glamour hollywoodien en prend un vieux coup ! (Le Point, 8 sept. 1980, p. 124, col. 1).

− P. anal. Wagon (de métro). Jerphanion se trouvait assis avec Odette dans un wagon de métro, entre les stations du Palais-Royal et de Saint-Paul (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 242). Une rame entrait en gare, je sautai dans un wagon et descendis à Cambronne (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 388).

− P. méton. Ensemble des personnes transportées dans le wagon. Tout le wagon dort, maintenant, toutes les têtes se balancent (Duhamel, Nuit St-Jean, 1935, p. 153).

2. CH. DE FER. Véhicule destiné au transport des animaux et des marchandises. Wagon de marchandises, de messageries; wagon de charbon, de vin, de volailles; charger, décharger, expédier les wagons. Les wagons de champagne étiquetés via Laon, Tergnier, Amiens, arrivèrent en deux jours à quatre heures cinquante, matin, à Calais-Triage par train 5.799 (Hamp, Champagne, 1909, p. 188). Comme pour ceux de Rawaruska, cela commença par l'ignoble voyage de quatre jours et cinq nuits dans l'entassement des wagons à bestiaux (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 303). V. benne ex. 9.

− En partic. Wagon dévoyé. ,,Wagon qui par cause accidentelle a été dérouté`` (Industries 1986). Wagon différé. ,,Wagon qu'un incident technique oblige à retirer de la composition de son train`` (Industries 1986). Wagon de particulier. ,,Wagon n'appartenant pas à la société de chemin de fer et admis à circuler sur le réseau en vertu d'un « contrat d'immatriculation » connu entre la société et le propriétaire du wagon`` (Juridique 1987). Wagon de secours. ,,Wagon (...) qui porte l'outillage nécessaire pour remettre sur la voie les machines et wagons déraillés`` (Bricka, Cours ch. de fer, t. 2, 1894, p. 165).

− Wagon + adj. [Pour désigner un wagon constr. ou aménagé pour des transp. déterminés] Wagon bâché, blindé.

♦ Wagon couvert. Wagon dont la caisse est pourvue d'une toiture fixe. Le bois est de plus en plus fréquemment remplacé par la tôle dans (...) les bouts et pavillons des wagons couverts (Industr. fr. bois, 1955, p. 11).

♦ Wagon plat. Wagon sans bords ou à bords peu élevés. Nous citerons: − les wagons plats, destinés au transport de charges indivisibles lourdes ou encombrantes (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 98).

♦ Wagon postal. Synon. de wagon-poste (s.v. wagon- A). Les wagons postaux utilisés pour le transport et le tri du courrier sont incorporés normalement dans les convois de la SNCF (Admin. P. et T., 1964, p. 39).

♦ Wagon frigorifique. Wagon équipé d'une machine frigorifique pour le transport de denrées périssables. Des wagons frigorifiques pour les viandes ou les matières périssables (Albitreccia, Gds moyens transp., 1931, p. 42). Wagon réfrigérant. Même sens. Les wagons réfrigérants (...) sont caractérisés par un bon isolement calorifuge de la caisse et par la présence, dans celle-ci, de paniers pouvant recevoir de la glace (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 99). Wagon ventilé. Wagon équipé d'un système de ventilation. Au débarquement, celle-ci [la marchandise] est entreposée dans des hangars climatisés, avant d'être enlevée par camions isothermes ou wagons ventilés (Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 106).

− P. méton. Contenu d'un wagon. On a téléphoné au collège pour demander confirmation d'une commande surprenante: un wagon de pommes du Canada, pour des expériences sur les moisissures (Duhamel, Maîtres, 1937, p. 189). P. anal., fam. Grande quantité. Je sais la manière de travailler de Zola, oui: des documents. Un jour, un de mes amis lui en a apporté deux wagons. Zola dut coucher dehors (Renard, Journal, 1892, p. 123).

Rem. Dans la lang. techn. des ch. de fer, voiture est le mot usité pour les véhicules assurant le transport des voyageurs. La lang. commune qui empl. encore wagon tend à adopter cet usage; cependant, des comp. comme wagon-lit, wagon-restaurant sont encore très vivants, sans doute à cause de l'image de marque donnée par la Compagnie des wagons-lits qui a eu le monopole de ces services depuis leur orig. et qui reste actuellement encore symb. de luxe ou de restauration haut-de-gamme dans les trains rapides (d'apr. Hanse Nouv. 1983).

B. − Spécialement

1. HIST. DES TRANSP., rare (et dans un cont. anglo-saxon). Fourgon, chariot. Les caravanes se préparent (...). Les départs s'effectuent à cheval, en voiture, en longues théories de wagons couverts tirés par douze couples de boeufs (Cendrars, Or, 1925, p. 48).

2. MAÇONN. Élément de conduit à incorporer dans un mur et possédant des oreilles pour liaisonner (d'apr. Barb.-Cad. 1971).

3. TERRASS. Véhicule ou caisse portée sur quatre roues et circulant sur des rails pour le transport des terres (d'apr. Chabat 1876 et 1881).

4. Arg., pop. Verre de vin de grande capacité servi au bistrot (d'apr. France 1907). Recharger les wagons. Remplir de nouveau les verres. Il suffit d'observer [au bistrot] comment l'orateur hausse le ton, ménage ses effets, glisse au moment opportun « la même chose, garçon! » ou « rechargez les wagons! » pour comprendre qu'ici les rôles sont tenus par des virtuoses de l'émotion (Le Monde aujourd'hui, 6-7 avr. 1986, p. IX, col. 1).

REM. 1.

Wagonnée, subst. fém., rare. Contenu d'un wagon. C'était la première aventure de voyage. Elle dilata de joie toute la wagonnée (E. Bergerat, Le Livre de Caliban, 1887, p. 329 ds Quem. DDL t. 15).

2.

Waguine, subst. fém., région. (Canada). Voiture de travail à quatre roues. C'est lui [le rebouteux] qui a remmanché le petit Roméo Boily, après qu'il avait été écrasé par une waguine chargée de planches (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 216).

Prononc. et Orth.: [vag??]. Att. ds Ac. dep. 1878. ,,Le w initial de wagon (...) n'est noté [w] que par Fél. 1851, et bien plus tard, Henri Bauche constatera que, dans le peuple de Paris, on prononçait encore quelquefois ouagon, mais depuis la seconde moitié du xixe siècle, le [w], qui existe pourtant dans le système consonantique du français (oui, oie, poire, ouate, etc.) a été remplacé par [v] (...); parfois, on écrivait même vagon`` (G. Straka ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 no 1 1981, p. 200). Voir Littré: vagon, wagon et Rob. 1985: ,,La variante graphique vagon est archaïque``. Mais Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 315 recommande la forme francisée. Comparer wagon avec des mots du même type mais moins cour. qui conservent [w]: watergang, wateringue ou qui hésitent entre [w] et [v]: wallon, warrant, waters [watε?], [va-] (abrév. de water(-)closet, v. Straka, op. cit., p. 197). Étymol. et Hist. 1. 1698 terme de relation dans des empl. isolés waggon « chariot, charrette » ([H. Misson de Valbourg], Mém. et observations faites par un voyageur en Angleterre, 413 ds Höfler Anglic.); 2. a) 1826 vagon « voiture de chemin de fer » (Seguin et Biot, Exposé des concessionnaires de la ligne Saint-Étienne-Lyon, 4, XII, pp. 21-22 ds Wexler, p. 117); 1827 wagon (Registre des délibérations du Conseil d'Administration de la ligne Saint-Étienne-Andrézieux, II, p. 67, p. 79, pp. 160-163, ibid., p. 116); b) 1866 arg. « verre de vin de grande contenance » (p. compar. au contenu d'un wagon) (Delvau, p. 400); c) 1881 « contenu d'un wagon » (Le Génie civil, 15 oct., 579a ds Höfler Anglic.); 3. 1872 « élément de conduit de fumée dont l'assemblage est comparable à celui des wagons d'un train » (Littré). Empr. à l'angl. wagon, waggon d'abord « véhicule à quatre roues pour le transport de lourdes charges » (1523 ds NED) puis, au xviie s. « véhicule couvert pour le transport de marchandises et de passagers » ainsi que « chariot de transport de minerai » d'où son empl. au xviiie s. pour désigner une voiture ouverte circulant sur des rails, d'abord pour le transport de minerais, puis d'autres marchandises et de passagers lorsque les chemins de fer se développèrent. Désignant encore tout type de voiture de chemin de fer au mil. du xixe s., le terme vit ensuite son usage restreint au transport des marchandises (v. NED), le mot car étant utilisé pour le transport des voyageurs, comme plus tard voiture* en fr. L'angl. wagon, dont la forme waggon, apparue au xviiie s., est plus cour. en Grande-Bretagne qu'aux États-Unis, est empr. au néerl. wagen « voiture, chariot ». Fréq. abs. littér.: 1 103. Fréq. rel. littér.: xixe s.: a) 44, b) 1 325; xxe s.: a) 2 989, b) 2 144.

DÉR. 1.

Wagonnage, subst. masc., technol., rare. a) Fabrication des wagons. Dans la construction des véhicules, le charronnage, le wagonnage, la carrosserie courante, les bâtis de machines, on a fait appel de tout temps à ses fortes cotes de qualités [du bois] (Campredon, Bois, 1948, p. 127). b) Transport par wagon. Dans les caves, les transports de fromages se font depuis longtemps par wagonnage (Auss. Roquefort 1984, s.v. wagonnet). Ch. de fer. Indice de wagonnage. Groupe de deux chiffres et d'une lettre mentionné sur l'étiquette d'expédition et indiquant la direction à donner à un wagon. (Dict. xxe s.). − [vag?na?]. −1re attest. 1894 (K. Sachs, C. Villatte, Enzyklop. Wörterbuch...: Supplement zum frz.-deutschen Teil, p. 326); de wagon, suff. -age*. Cf. aussi les termes angl. de même sens wag(g)onage et wag(g)oning (NED).

2.

Wagonnier, subst. masc., technol. Ouvrier qui manoeuvre les wagonnets. Ch. de fer, vieilli. Homme d'équipe qui manoeuvre les wagons. Toutes ces victuailles, dont le transport donnait souvent lieu à des aventures rocambolesques, aboutissaient au Dépôt et étaient partagées entre toutes les équipes (...). Les chefs de train, et les wagonniers en faisaient autant de leur côté (H. Vincenot, Mém. d'un enfant du rail, 1980, p. 58). − [vag?nje]. − 1res attest. 1846 wagonier ou vagonier (Besch.), 1876 wagonnier, wagonnier ou vagonier (Lar. 19e); de wagon, suff. -ier*. Traduit l'angl. wag(g)oner att. dep. le xvie s. (NED) et déjà traduit wagonnier fin xviiie s. en dehors du vocab. des ch. de fer (La Rochefoucauld-Li

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA