Dec
10
Révolution en assurances : l'action oblique admise pour faire échec à l'absence d'action directe en assurances de chose !

Cet arrêt est commenté par :

- François-Xavier AJACCIO, Dictionnaire permanent « assurances », bulletin, janvier 2013, p. 4.

- François-Xavier AJACCIO, Rémi PORTE et Albert CASTON, Gaz. Pal., 2013, n° 61, p. 31.

- M. ROUSSEL, Revue de droit immobilier, « RDI », 2013, p. 277.

- M. DESSUET, REVUE GENERALE DU DROIT DES ASSURANCES RGDA, 2013, p. 352.

Cour de cassation

chambre civile 3

Audience publique du mercredi 21 novembre 2012

N° de pourvoi: 11-23.116

Non publié au bulletin Rejet

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Nimes, 17 mai 2011), rendu sur renvoi après cassation ( civ.2°, 17 décembre 2009 pourvoi n° 0819090), que la société SCABI a confié la maîtrise d'oeuvre de la construction d'une villa à M. X..., assuré auprès des Mutuelles du Mans assurances (MMA) ; que le lot terrassement a été réalisé par l'entreprise Y..., assurée auprès de la société Cannone, aux droits de laquelle vient le GIE G 20 ; que la société SCABI a, postérieurement, fait édifier un mur soutenant une hauteur importante de remblai pour la création d'une plate-forme devant la villa ; qu'un effondrement ayant eu lieu, la société Scabi a assigné en responsabilité et indemnisation Mme Z... en qualité de liquidateur de M. Y..., son assureur, M. X... et la société MMA ;

Sur le premier moyen :

Attendu que la société MMA fait grief à l'arrêt de la condamner à payer une somme à la Société SCABI, en application des dispositions de l'article 1166 du code civil, alors, selon le moyen :

1°) que le juge ne doit pas dénaturer les documents de la cause ; qu'en l'espèce, la Société Scabi avait, dans le dispositif de ses écritures du 19 février 2002, prié la cour d'appel de "... déclarer si nécessaire Monsieur Y... tenu des risques de l'effondrement sur le fondement des articles 1788 et suivants du Code civil et recevoir l'action oblique de la Société SCABI contre le GIE 20 en le condamnant comme ci-dessus (...)" ; que les motifs de ces mêmes écritures soutenant que "... le maître de l'ouvrage est bien fondé par le jeu de l'action oblique à exercer le recours contre la compagnie que l'assuré, son débiteur, n'exerce pas" se rapportaient à ce dispositif ; qu'ainsi l'action oblique n'avait été exercée par la Société SCABI que contre le GIE 20, assureur de Monsieur Y... et non contre les MMA, assureur de Monsieur X... ; qu'en déduisant de ces écritures claires et précises une "...demande formée au titre de l'action oblique contre la Société MMA", la cour d'appel a violé le principe susvisé ;

2°) Qu'en toute hypothèse, seules peuvent être prises en considération les demandes formulées sans équivoque dans les motifs des conclusions ; qu'en l'espèce, l'action oblique invoquée par la société SCABI dans les motifs de ses écritures consacrées à la garantie du GIE 20, assureur de M. Y..., en liquidation judiciaire, et reprise dans son dispositif contre ce seul assureur, ne constituait pas une demande formulée sans équivoque contre les Mutuelles du Mans Assurances ; qu'en décidant le contraire, la cour d'appel a violé l'article 954 du code de procédure civile ;

Mais attendu qu'ayant relevé que la société SCABI avait précisé, dans les motifs de ses conclusions du 11 février 2002, qu'à tout le moins M. X... était redevable au maître de l'ouvrage des conséquences de l'effondrement par application de l'article 1788 du code civil et que dans ce cas le maître de l'ouvrage était bien fondé par le jeu de l'action oblique à exercer le recours contre la compagnie que l'assuré, son débiteur, n'exerçait pas, la cour d'appel a pu retenir, sans dénaturation, ni violation de l'article 954 du code de procédure civile, dans sa rédaction applicable à la cause, que l'action oblique était bien engagée sans équivoque contre la société MMA et qu'il importait peu que cette demande n'ait pas été à nouveau formulée dans le dispositif ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le second moyen :

Attendu que la société MMA fait grief à l'arrêt de statuer comme il l'a fait alors, selon le moyen :

1°) que la garantie "effondrement avant réception" constitue une assurance de chose au profit de l'assuré tenu de reprendre à ses frais les travaux qui se révèlent défectueux avant leur livraison, qui ne permet pas l'exercice d'une action directe de la victime du dommage ; qu'en condamnant, au titre d'une telle assurance, les Mutuelles du Mans Assurances à régler directement à la société SCABI, victime du dommage, "la somme de 158 278,21 euros retenue à l'encontre de M. X...", la cour d'appel a violé l'article L.124-3 du Code des assurances ;

2°) Que l'exercice d'une action oblique par le créancier ne peut avoir pour objet et pour effet une condamnation directe au profit de ce créancier mais uniquement la réintégration des sommes dues à son débiteur dans le patrimoine de celui-ci ; qu'en retenant qu'"en l'état de la garantie qu'elle doit à son assuré au titre du risque effondrement avant réception de l'ouvrage, la société MMA sera condamnée à payer à la société SCABI, en application des dispositions de l'article 1166 du code civil, la somme de 158 278,21 € (...)", la cour d'appel a violé l'article 1166 du code civil ;

3°) Que dans ses écritures d'appel la société SCABI, avait demandé à la cour d'appel de "sur le fondement de l'action oblique, condamner la compagnie Mutuelles du Mans Assurances à garantir son assuré, M. X..., du fait de la garantie effondrement due au contrat d'assurance et la condamner à verser au patrimoine de son assuré la somme de 158 278,21 euros outre intérêts légaux à compter du 7 mai 1996 (...)" ; qu'en condamnant cependant les Mutuelles du Mans Assurances à régler directement à la société SCABI, victime du dommage, au titre de la garantie effondrement avant réception, "la somme de 158.278,21 euros retenue à l'encontre de M. X..." la cour d'appel, qui a dénaturé les termes du litige, a violé l'article 4 du code de procédure civile ;

Mais attendu, d'une part, que la cour d'appel ayant retenu que la demande était fondée sur l'action oblique, le moyen qui reproche à la cour d'appel d'avoir admis l'exercice d'une action directe manque en fait en sa première branche ;

Attendu, d'autre part, que M. X... ayant été mis en cause avant la date des conclusions par lesquelles la société SCABI avait sollicité la condamnation de la société MMA au titre d'une action oblique, la cour d'appel, devant laquelle la société SCABI demandait le versement à son profit des sommes dues par la société MMA à ce constructeur, a pu, sans modifier l'objet du litige, condamner cette société à payer à la société SCABI les sommes dues par elle en application de la garantie souscrite par son assuré ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne la société MMA iard et la société MMA iard assurances mutuelles aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, condamne in solidum la société MMA et la société MMA iard assurances mutuelles à payer la somme de 2 500 € à la société Scabi ; rejette la demande de la société MMA iard et la société MMA iard assurances mutuelles ;

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA