albert.caston

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 15630 de Mme Françoise Dumas ( Socialiste, républicain et citoyen - Gard ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > professions judiciaires et juridiques Tête d'analyse > avoués Analyse > suppression. conséquences

Question publiée au JO le : 15/01/2013 page : 325

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6181

Date de signalement : 16/04/2013

Texte de la question

Mme Françoise Dumas attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur la situation dramatique que rencontrent beaucoup de femmes, depuis la suppression du statut d'avoué. La loi du 25 janvier 2011, concoctée par le précédent Gouvernement et votée par l'ancienne majorité, a provoqué le licenciement de nombreuses femmes, cinquantenaires, qui n'ont pas retrouvé d'emploi à ce jour. Mal pensée, pas anticipée, cette loi portant réforme du statut d'avoué n'a pas mesuré les conséquences humaines qu'elle entraînerait. La réalité démontre que bon nombre d'avoués n'ont pas été absorbés par les cabinets d'avocats et qu'ils n'ont pas non plus été intégrés par les administrations ou les collectivités territoriales. Aussi, elle lui demande si elle envisage de corriger cette injustice.

Texte de la réponse

Pour les salariés qui ne pourraient pas conserver leur place auprès de leur employeur devenu avocat, la loi a organisé une indemnisation et un dispositif d'accompagnement spécifiques et améliorés par rapport au droit commun. Ceux qui le souhaitaient pouvaient s'adresser à la Chambre nationale des avoués ou au prestataire choisi afin de bénéficier de l'accompagnement mis en place. La période d'accompagnement n'est pas terminée pour un grand nombre d'entre eux, puisque dans le cadre de ces mesures spécifiques, elle a été portée de 12 à 18 mois. Face à la difficulté de trouver des postes administratifs relevant de leur expérience, certains salariés souhaiteraient intégrer d'office une administration ou une collectivité territoriale de leur région. Toutefois, les règles de la fonction publique ne permettent pas de tels recrutements. En revanche, des recrutements sans concours d'adjoints administratifs ont été organisés, qui leur étaient ouverts. D'autres le seront prochainement, auxquels ils pourront particciper. Les services de la Chancellerie suivent avec attention les résultats du dispositif d'accompagnement des salariés d'avoués licenciés qui a été mis en place en vue de leur reclassement effectif.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 16035 de M. Gérald Darmanin ( Union pour un Mouvement Populaire - Nord ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > justice Tête d'analyse > juridictions civiles Analyse > affaires. statistiques

Question publiée au JO le : 22/01/2013 page : 742

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6182

Date de renouvellement : 04/06/2013

Texte de la question

M. Gérald Darmanin interroge Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur le fonctionnement des tribunaux civils. Il souhaite connaître, par tribunal et sous forme de tableau, le nombre de dossiers en instance dans chacun de ces tribunaux et le délai moyen de traitement d'un dossier distingué selon le type de procédure (référé, procédure au fond, procédure à jour fixe) et le type de décision ayant donné lieu à l'extinction de l'instance, au 31 décembre 2012.

Texte de la réponse

Les données concernant les affaires civiles en stock dans les tribunaux d'instance ne sont pas disponibles. De même, aucune donnée spécifique n'est disponible sur les procédures à jours fixes, qui ne constituent qu'une forme particulière du référé. Les autres éléments sollicités sont récapitulés dans les tableaux ci-dessous. A cette période de l'année les données de l'année précédente, qui sont issues du RGC et des enquêtes trimestrielles auprès des juridictions, ne sont encore que provisoires et, parfois, incomplètes.

COURS D'APPEL

NOMBRE D'AFFAIRES

en stock

au 31/12/2012 DÉLAI MOYEN

de traitement

référés

[En mois]

DÉLAI MOYEN

de traitement

hors référés

[En mois]

PART

des décisions au fond

CA AGEN 1546 0,85 9,22 79,23 %

CA AIX EN PROVENCE 26988 1,61 12,65 67,95 %

CA AMIENS 5428 1,49 10,49 67,27 %

CA ANGERS 2911 1,14 10,64 77,37 %

CA BASSE TERRE 2191 1,37 13,18 57,37 %

CA BASTIA 1658 1,44 13,32 70,77 %

CA BESANCON 2285 0,84 10,59 80,13 %

CA BORDEAUX 7037 1,26 10,85 68,84 %

CA BOURGES 1402 0,95 7,59 70,17 %

CA CAEN 5054 2,10 12,68 69,79 %

CA CAYENNE 749 1,38 17,45 68,95 %

CA CHAMBERY 2592 1,61 9,47 73,04 %

CA COLMAR 5776 1,70 11,11 71,40 %

CA DIJON 3655 1,90 10,29 75,64 %

CA DOUAI 9894 1,13 9,29 67,45 %

CA FORT DE FRANCE 1466 2,13 13,13 66,21 %

CA GRENOBLE 6223 1,49 12,15 73,16 %

CA LIMOGES 1299 1,32 8,29 75,47 %

CA LYON 9421 0,98 11,55 70,44 %

CA METZ 6884 1,48 19,25 73,96 %

CA MONTPELLIER 10568 1,19 11,42 74,00 %

CA NANCY 2899 2,03 11,58 74,01 %

CA NIMES 7239 1,84 13,33 69,44 %

CA ORLEANS 2689 1,35 8,99 69,74 %

CA PAPEETE 1350 2,56 18,77 81,92 %

CA PARIS 50288 2,50 13,70 66,92 %

CA PAU 4280 1,43 11,18 73,69 %

CA POITIERS 3991 1,15 11,30 74,54 %

CA REIMS 3480 1,71 10,44 74,45 %

CA RENNES 11857 1,80 14,83 68,00 %

CA RIOM 3186 1,23 10,04 76,85 %

CA ROUEN 4178 4,07 7,86 70,35 %

CA ST DENIS 2827 1,11 12,13 72,56 %

CA TOULOUSE 9158 1,18 13,44 73,23 %

CA VERSAILLES 15137 0,98 11,81 66,81%

TRIBUNAUX DE GRANDE INSTANCE

et TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PAPEETE

NOMBRE d'AFFAIRES

en stock

au 31/12/2012 DÉLAI MOYEN

de traitement

référés

[En mois]

DÉLAI MOYEN

de traitement

hors référés

[En mois]

PART

des décisions au fond

TGI AGEN 2720 1,46 10,17 79,28 %

TGI AIX EN PROVENCE 7700 1,71 10,87 76,75 %

TGI AJACCIO 1576 2,86 12,39 70,07 %

TGI ALBERTVILLE 1359 1,40 11,27 67,95 %

TGI ALBI 1373 1,41 8,59 74,61 %

TGI ALENCON 1070 1,11 8,32 83,74 %

TGI ALES 1594 2,18 9,31 80,96 %

TGI AMIENS 4082 1,13 8,21 74,06 %

TGI ANGERS 5985 1,28 9,65 79,13 %

TGI ANGOULEME 2423 1,87 8,98 78,08 %

TGI ANNECY 2125 1,77 9,61 76,23 %

TGI ARGENTAN 795 0,89 7,25 84,05 %

TGI ARRAS 2143 2,45 8,86 72,03 %

TGI AUCH 1285 1,81 13,54 71,86 %

TGI AURILLAC 598 1,76 10,30 77,19 %

TGI AUXERRE 1355 1,98 10,29 77,70 %

TGI AVESNES SUR HELPE 1645 3,61 7,71 77,50 %

TGI AVIGNON 4573 1,94 11,34 75,41 %

TGI BAR LE DUC 627 2,04 10,90 75,00 %

TGI BASSE TERRE 1870 4,12 15,66 68,24 %

TGI BASTIA 1958 1,36 9,29 77,60 %

TGI BAYONNE 2742 1,51 10,35 79,07 %

TGI BEAUVAIS 2172 1,41 8,36 73,28 %

TGI BELFORT 760 1,74 7,73 78,10 %

TGI BERGERAC 1649 2,20 9,81 76,32 %

TGI BESANCON 2453 1,69 8,58 80,80 %

TGI BETHUNE 4639 1,86 10,67 74,56 %

TGI BEZIERS 4085 1,15 10,65 78,70 %

TGI BLOIS 2630 2,94 10,90 76,58 %

TGI BOBIGNY 14361 1,82 9,64 72,73 %

TGI BONNEVILLE 1457 1,32 8,47 81,49 %

TGI BORDEAUX 12248 2,21 11,51 77,33 %

TGI BOULOGNE SUR MER 2620 1,89 6,54 78,16 %

TGI BOURG EN BRESSE 4300 1,49 12,38 77,78 %

TGI BOURGES 2489 2,39 11,13 81,08 %

TGI BOURGOIN JALLIEU 1558 1,59 8,91 78,78 %

TGI BREST 3350 1,61 11,98 77,44 %

TGI BRIEY 1303 3,20 10,28 78,16 %

TGI BRIVE LA GAILLARDE 1897 2,27 9,75 83,20 %

TGI CAEN 4394 1,95 11,69 75,24 %

TGI CAHORS 1320 1,56 8,60 82,43 %

TGI CAMBRAI 971 1,82 7,12 66,28 %

TGI CARCASSONNE 1773 1,85 8,61 84,43 %

TGI CARPENTRAS 2303 3,53 10,66 75,96 %

TGI CASTRES 1257 1,64 8,97 79,44 %

TGI CAYENNE 1539 1,87 11,66 69,26 %

TGI CHALONS EN CHAMPAGNE 2088 2,13 10,29 80,02 %

TGI CHALON SUR SAONE 2454 1,87 11,52 75,83 %

TGI CHAMBERY 3030 1,57 12,97 72,17 %

TGI CHARLEVILLE MEZIERES 2489 1,65 9,90 78,24 %

TGI CHARTRES 3515 2,03 15,30 75,16 %

TGI CHATEAUROUX 1269 1,34 8,68 72,17 %

TGI CHAUMONT 1116 2,16 8,94 80,26 %

TGI CHERBOURG OCTEVILLE 1260 2,02 13,33 79,44 %

TGI CLERMONT FERRAND 4614 2,57 12,48 80,39 %

TGI COLMAR 2984 2,68 15,51 78,23 %

TGI COMPIEGNE 1333 1,49 8,90 72,79 %

TGI COUTANCES 1895 1,30 10,59 77,63 %

TGI CRETEIL 11628 2,14 10,24 74,77 %

TGI CUSSET 1059 1,75 7,45 81,22 %

TGI DAX 2108 2,06 12,04 73,71 %

TGI DIEPPE 1589 2,22 15,07 71,42 %

TGI DIGNE LES BAINS 1496 2,21 10,13 73,66 %

TGI DIJON 4793 1,92 13,60 78,09 %

TGI DOUAI 1478 2,21 8,56 74,94 %

TGI DRAGUIGNAN 6459 1,18 13,42 77,72 %

TGI DUNKERQUE 2738 3,19 9,29 77,70 %

TGI EPINAL 2465 2,14 11,11 77,87 %

TGI EVREUX 3109 1,37 8,00 75,77 %

TGI EVRY 10435 3,11 11,00 76,79 %

TGI FOIX 1259 2,20 9,30 63,36 %

TGI FONTAINEBLEAU 1348 1,91 9,99 76,67 %

TGI FORT DE FRANCE 5347 3,20 12,09 70,17 %

TGI GAP 1422 2,02 10,55 73,90 %

TGI GRASSE 9448 3,06 10,58 77,71 %

TGI GRENOBLE 7528 1,90 11,58 79,96 %

TGI GUERET 1,23 9,98 79,13 %

TGI LAON 1198 1,10 7,94 74,96 %

TGI LA ROCHELLE 3167 1,31 9,85 78,01 %

TGI LA ROCHE SUR YON 2342 2,12 11,20 64,61 %

TGI LAVAL 1574 1,52 10,26 76,03 %

TGI LE HAVRE 2680 0,94 10,16 78,71 %

TGI LE MANS 3623 1,11 10,25 77,53 %

TGI LE PUY EN VELAY 1390 2,40 14,86 68,61 %

TGI LES SABLES D'OLONNE 1472 2,22 9,63 79,36 %

TGI LIBOURNE 1793 1,95 10,03 74,29 %

TGI LILLE 10055 2,83 9,67 72,65 %

TGI LIMOGES 3057 1,42 8,18 83,62 %

TGI LISIEUX 1648 1,21 11,78 70,36 %

TGI LONS LE SAUNIER 1693 1,99 11,04 77,58 %

TGI LORIENT 2243 1,80 9,57 78,87 %

TGI LYON 15895 1,68 10,37 76,90 %

TGI MACON 1034 1,21 10,24 82,41 %

TGI MARSEILLE 18047 2,45 11,18 73,01 %

TGI MEAUX 5591 1,38 6,99 81,23 %

TGI MELUN 3739 2,42 11,57 73,19 %

TGI MENDE 570 2,48 10,67 77,46 %

TGI METZ 5019 2,19 11,80 79,30 %

TGI MONTARGIS 1533 2,05 11,88 73,78 %

TGI MONTAUBAN 1896 1,25 8,06 79,09 %

TGI MONTBELIARD 1019 1,44 9,74 78,74 %

TGI MONT DE MARSAN 1828 1,92 11,69 80,57 %

TGI MONTLUCON 695 3,00 10,36 76,07 %

TGI MONTPELLIER 8160 1,86 10,39 77,33 %

TGI MOULINS 667 2,29 17,39 80,04 %

TGI MULHOUSE 4779 2,17 12,32 73,81 %

TGI NANCY 5143 1,71 9,26 78,57 %

TGI NANTERRE 12749 2,33 9,73 72,33 %

TGI NANTES 8348 2,36 12,59 81,19 %

TGI NARBONNE 1786 1,60 10,61 77,09 %

TGI NEVERS 1399 2,04 8,21 82,44 %

TGI NICE 9023 3,16 9,22 76,52 %

TGI NIMES 6320 1,88 9,78 77,10 %

TGI NIORT 2364 1,56 8,32 82,16 %

TGI ORLEANS 4078 2,97 13,14 76,57 %

TGI PARIS 35147 1,52 8,45 75,08 %

TGI PAU 2906 1,85 8,57 79,58 %

TGI PERIGUEUX 1993 2,05 6,32 78,53 %

TGI PERPIGNAN 5720 2,25 11,14 75,15 %

TGI POINTE A PITRE 3600 2,35 13,03 74,20 %

TGI POITIERS 4105 2,68 9,29 82,67 %

TGI PONTOISE 9447 1,99 10,08 77,68 %

TGI PRIVAS 1149 1,09 5,44 69,77 %

TGI QUIMPER 2773 3,56 10,95 79,55 %

TGI REIMS 2463 1,61 9,44 75,50 %

TGI RENNES 6406 1,83 10,69 77,88 %

TGI ROANNE 859 1,25 10,05 76,57 %

TGI RODEZ 2102 2,51 10,67 72,38 %

TGI ROUEN 5627 1,71 9,99 77,00 %

TGI SAINTES 2105 1,46 10,19 78,47 %

TGI SARREGUEMINES 2518 3,46 12,70 78,71 %

TGI SAVERNE 1257 2,77 12,70 78,15 %

TGI SENLIS 1445 1,52 9,71 67,54 %

TGI SENS 1367 1,98 10,96 80,29 %

TGI SOISSONS 1127 2,04 8,63 72,19 %

TGI ST BRIEUC 3728 1,95 12,29 68,86 %

TGI ST DENIS 3428 1,57 10,83 68,54 %

TGI ST ETIENNE 4000 1,83 10,72 76,50 %

TGI ST MALO 2682 2,38 18,03 75,67 %

TGI ST NAZAIRE 2604 3,92 13,30 77,74 %

TGI ST OMER 642 1,81 8,49 70,18 %

TGI ST PIERRE 1975 2,38 9,50 65,67 %

TGI ST QUENTIN 928 1,64 6,58 77,94 %

TGI STRASBOURG 7685 1,29 11,89 74,97 %

TGI TARASCON 1922 1,49 9,87 74,16 %

TGI TARBES 2493 1,75 9,38 78,23 %

TGI THIONVILLE 2608 3,66 12,53 71,91 %

TGI THONON LES BAINS 2916 1,30 10,44 60,41 %

TGI TOULON 6742 1,46 10,13 78,86 %

TGI TOULOUSE 11378 2,35 11,75 75,06 %

TGI TOURS 4563 3,29 12,18 79,06 %

TGI TROYES 2213 1,75 8,07 75,51 %

TGI VALENCE 3238 0,68 8,88 78,06 %

TGI VALENCIENNES 1979 2,57 8,49 75,65 %

TGI VANNES 2440 1,54 10,00 66,99 %

TGI VERDUN 606 1,73 8,23 74,98 %

TGI VERSAILLES 10402 2,23 10,56 72,13 %

TGI VESOUL 1466 1,58 8,10 81,77 %

TGI VIENNE 2170 1,50 12,26 74,78 %

TGI VILLEFRANCHE SUR SAONE 1274 2,13 9,80 77,75 %

TPI PAPEETE 11,48 88,55%

TRIBUNAUX D'INSTANCE

NOMBRE D'AFFAIRES

en stock

au 31/12/2012 DÉLAI MOYEN

de traitement

référés

[En mois]

DÉLAI MOYEN

de traitement

hors référés

[En mois]

TI ABBEVILLE 2,61 4,90 81,57 %

TI AGEN 2,49 5,42 83,43 %

TI AIX EN PROVENCE 2,43 5,70 77,88 %

TI AJACCIO 6,19 9,64 67,87 %

TI ALBERTVILLE 3,24 4,81 77,39 %

TI ALBI 4,08 4,71 81,36 %

TI ALENCON 3,56 4,95 87,30 %

TI ALES 4,44 5,91 81,51 %

TI AMIENS 2,25 12,15 76,99 %

TI ANGERS 1,92 4,67 83,43 %

TI ANGOULEME 2,77 5,56 82,75 %

TI ANNECY 3,03 7,06 77,17 %

TI ANNEMASSE 7,35 7,99 79,56 %

TI ANNONAY 2,67 6,37 82,63 %

TI ANTIBES 2,84 5,28 75,75 %

TI ANTONY 3,71 5,94 80,78 %

TI ARCACHON 2,62 8,41 81,24 %

TI ARGENTAN 3,32 4,06 88,57 %

TI ARRAS 3,73 4,92 81,39 %

TI ASNIERES SUR SEINE 3,70 5,82 78,43 %

TI AUBAGNE 4,48 8,91 77,64 %

TI AUBENAS 2,82 9,11 81,10 %

TI AUBERVILLIERS 4,47 6,56 79,82 %

TI AUCH 2,91 4,65 84,15 %

TI AULNAY SOUS BOIS 3,89 6,09 77,26 %

TI AURILLAC 3,96 6,66 84,77 %

TI AUXERRE 2,79 5,59 83,57 %

TI AVESNES SUR HELPE 3,42 5,41 83,69 %

TI AVIGNON 3,10 6,69 76,15 %

TI AVRANCHES 2,30 6,29 79,48 %

TI BAR LE DUC 3,66 8,89 81,20 %

TI BASSE TERRE 4,09 8,55 80,57 %

TI BASTIA 3,85 6,52 73,60 %

TI BAYONNE 3,63 5,45 78,60 %

TI BEAUNE 3,50 4,98 83,17 %

TI BEAUVAIS 3,20 6,08 80,88 %

TI BELFORT 3,19 4,04 81,49 %

TI BELLEY 3,14 4,70 85,38 %

TI BERGERAC 4,12 6,39 77,89 %

TI BERNAY 4,51 6,28 83,24 %

TI BESANCON 3,28 4,89 82,63 %

TI BETHUNE 3,16 5,86 81,57 %

TI BEZIERS 2,81 6,59 77,56 %

TI BLOIS 4,10 7,20 82,97 %

TI BOBIGNY 5,68 6,03 79,00 %

TI BOISSY ST LEGER 4,12 7,65 75,79 %

TI BONNEVILLE 3,47 4,93 79,50 %

TI BORDEAUX 2,55 6,62 76,83 %

TI BOULOGNE BILLANCOURT 3,90 7,50 72,61 %

TI BOULOGNE SUR MER 4,19 6,31 79,80 %

TI BOURG EN BRESSE 2,41 3,98 85,57 %

TI BOURGES 3,64 6,25 86,74 %

TI BOURGOIN JALLIEU 2,50 5,01 84,24 %

TI BRESSUIRE 4,04 3,98 88,12 %

TI BREST 2,71 5,27 83,43 %

TI BRIEY 6,49 6,95 79,57 %

TI BRIGNOLES 2,21 7,84 74,95 %

TI BRIVE LA GAILLARDE 2,68 4,96 81,00 %

TI CAEN 4,63 8,15 81,95 %

TI CAGNES SUR MER 2,88 5,87 73,71 %

TI CAHORS 2,67 4,28 81,17 %

TI CALAIS 3,44 6,41 79,73 %

TI CAMBRAI 3,22 6,30 84,07 %

TI CANNES 2,85 7,09 79,42 %

TI CARCASSONNE 3,10 5,58 82,23 %

TI CARPENTRAS 3,21 6,02 75,47 %

TI CASTELSARRASIN 2,68 6,55 81,72 %

TI CASTRES 2,65 5,76 81,49 %

TI CAYENNE 7,15 9,29 77,83 %

TI CHALONS EN CHAMPAGNE 5,56 8,40 84,01 %

TI CHALON SUR SAONE 2,70 17,06 80,74 %

TI CHAMBERY 4,55 6,37 75,74 %

TI CHARENTON LE PONT 3,84 5,60 79,60 %

TI CHARLEVILLE MEZIERES 3,62 5,91 82,84 %

TI CHARTRES 4,41 8,15 82,19 %

TI CHATEAUROUX 3,41 4,63 82,60 %

TI CHATELLERAULT 2,97 6,33 83,84 %

TI CHAUMONT 5,05 6,15 84,50 %

TI CHERBOURG OCTEVILLE 1,96 8,56 80,78 %

TI CHOLET 2,63 4,22 84,82 %

TI CLAMECY 2,41 31,08 84,91 %

TI CLERMONT FERRAND 2,76 5,58 84,79 %

TI COGNAC 3,83 8,62 86,90 %

TI COLMAR 3,31 5,03 81,02 %

TI COLOMBES 3,65 4,28 73,73 %

TI COMPIEGNE 2,16 4,64 74,51 %

TI CONDOM 7,47 5,32 85,29 %

TI COURBEVOIE 2,98 5,92 73,64 %

TI COUTANCES 5,92 8,00 77,55 %

TI DAX 4,15 6,56 83,57 %

TI DIEPPE 4,70 4,73 85,90 %

TI DIGNE LES BAINS 3,64 10,22 74,34 %

TI DIJON 3,78 6,33 82,46 %

TI DINAN 2,66 5,03 80,28 %

TI DOLE 5,33 6,08 83,82 %

TI DOUAI 4,16 6,02 77,85 %

TI DRAGUIGNAN 3,48 6,87 81,73 %

TI DREUX 2,68 5,04 85,97 %

TI DUNKERQUE 2,36 4,76 76,91 %

TI EPINAL 2,34 5,84 83,98 %

TI ETAMPES 4,03 4,50 81,94 %

TI EVREUX 3,11 6,69 79,85 %

TI EVRY 4,44 4,10 83,53 %

TI FIGEAC 3,19 3,75 87,08 %

TI FLERS 1,85 5,51 84,96 %

TI FOIX 3,85 5,24 79,39 %

TI FONTAINEBLEAU 4,11 5,81 72,67 %

TI FONTENAY LE COMTE 4,09 5,44 79,16 %

TI FORT DE FRANCE 2,62 5,27 76,25 %

TI FOUGERES 3,21 4,55 80,27 %

TI FREJUS 2,79 6,33 74,87 %

TI GAP 2,51 5,44 75,15 %

TI GONESSE 3,98 6,22 80,96 %

TI GRASSE 3,17 6,71 79,91 %

TI GRENOBLE 4,32 7,00 79,29 %

TI GUEBWILLER 2,47 4,75 70,87 %

TI GUERET 3,98 7,75 83,56 %

TI GUINGAMP 4,26 6,41 76,43 %

TI HAGUENAU 4,36 6,25 77,03 %

TI HAZEBROUCK 3,44 6,11 80,99 %

TI ILLKIRCH GRAFFENSTADEN 3,49 4,07 63,26 %

TI IVRY SUR SEINE 2,95 4,77 77,39 %

TI JONZAC 5,17 4,79 84,78 %

TI JUVISY SUR ORGE 4,66 6,07 79,30 %

TI LA FLECHE 2,71 7,77 83,25 %

TI LAGNY SUR MARNE 3,43 6,40 80,43 %

TI LAON 3,65 26,25 87,67 %

TI LA ROCHELLE 2,76 4,06 82,63 %

TI LA ROCHE SUR YON 3,74 12,42 66,18 %

TI LAVAL 3,51 6,40 86,10 %

TI LE CREUSOT 3,14 5,48 83,93 %

TI LE HAVRE 2,36 7,55 81,32 %

TI LE MANS 2,48 8,26 85,82 %

TI LENS 3,72 5,62 85,34 %

TI LE PUY EN VELAY 3,51 4,22 85,15 %

TI LE RAINCY 3,52 6,13 76,68 %

TI LES ANDELYS 2,78 5,56 80,77 %

TI LES SABLES D'OLONNE 5,01 7,71 79,01 %

TI LIBOURNE 3,53 5,86 85,18 %

TI LILLE 3,41 6,11 73,75 %

TI LIMOGES 3,78 4,54 86,56 %

TI LISIEUX 3,44 17,41 72,86 %

TI LONGJUMEAU 6,22 6,77 80,64 %

TI LONS LE SAUNIER 3,54 7,86 85,00 %

TI LORIENT 1,95 4,25 79,50 %

TI LUNEVILLE 2,13 4,99 79,44 %

TI LURE 2,59 5,31 85,81 %

TI LYON 1,66 6,64 78,62 %

TI MACON 1,65 4,54 85,44 %

TI MAMOUDZOU 2,19 8,94 60,18 %

TI MANOSQUE 2,78 5,99 78,39 %

TI MANTES LA JOLIE 3,09 4,72 81,95 %

TI MARMANDE 3,01 5,12 84,48 %

TI MARSEILLE 2,81 6,55 82,41 %

TI MARTIGUES 3,18 8,19 76,65 %

TI MAUBEUGE 4,37 6,81 80,28 %

TI MEAUX 5,96 7,13 73,97 %

TI MELUN 3,30 5,63 79,21 %

TI MENDE 3,91 4,77 83,77 %

TI MENTON 4,66 7,41 73,68 %

TI METZ 2,94 8,73 80,51 %

TI MILLAU 2,68 5,78 81,94 %

TI MOLSHEIM 2,60 6,62 74,72 %

TI MONTARGIS 2,47 6,07 75,57 %

TI MONTAUBAN 2,63 5,79 81,72 %

TI MONTBARD 3,50 4,43 90,39 %

TI MONTBELIARD 3,45 6,24 78,80 %

TI MONTBRISON 3,36 4,91 82,36 %

TI MONT DE MARSAN 3,22 7,22 74,94 %

TI MONTELIMAR 2,29 3,81 88,61 %

TI MONTLUCON 3,35 5,66 78,33 %

TI MONTMORENCY 2,36 4,49 77,69 %

TI MONTPELLIER 2,80 10,25 77,94 %

TI MONTREUIL (62) 3,15 4,43 80,91 %

TI MONTREUIL (93) 4,09 7,65 74,33 %

TI MORLAIX 1,38 5,13 84,43 %

TI MOULINS 1,90 4,78 86,86 %

TI MULHOUSE 3,53 9,26 71,98 %

TI MURET 2,55 3,78 86,88 %

TI NANCY 3,02 6,91 79,40 %

TI NANTES 2,90 9,56 73,46 %

TI NANTUA 3,69 4,32 89,89 %

TI NARBONNE 3,35 5,73 74,83 %

TI NEVERS 3,45 7,64 83,05 %

TI NICE 4,54 10,26 73,26 %

TI NIMES 3,51 6,80 77,64 %

TI NIORT 3,67 5,25 83,93 %

TI NOGENT SUR MARNE 3,77 8,09 57,34 %

TI OLORON STE MARIE 2,92 4,60 78,52 %

TI ORANGE 3,67 5,81 80,08 %

TI ORLEANS 4,02 7,30 76,05 %

TI PALAISEAU 5,13 5,27 78,55 %

TI PANTIN 2,62 4,67 79,15 %

TI PARIS 10EME 2,95 4,66 74,40 %

TI PARIS 11EME 3,37 7,37 72,26 %

TI PARIS 12EME 2,97 5,03 69,67 %

TI PARIS 13EME 4,07 8,06 73,76 %

TI PARIS 14EME 3,12 6,42 67,75 %

TI PARIS 15EME 2,87 4,73 72,43 %

TI PARIS 16EME 3,85 6,17 63,41 %

TI PARIS 17EME 3,26 6,32 70,05 %

TI PARIS 18EME 3,29 6,51 73,56 %

TI PARIS 19EME 4,06 6,76 71,91 %

TI PARIS 1er 4,18 4,93 51,08 %

TI PARIS 20EME 2,89 17,05 73,45 %

TI PARIS 2EME 3,27 6,60 58,88 %

TI PARIS 3EME 5,43 7,34 68,46 %

TI PARIS 4EME 2,62 4,33 65,67 %

TI PARIS 5EME 3,83 5,02 64,86 %

TI PARIS 6EME 3,88 5,52 69,96 %

TI PARIS 7EME 3,01 7,41 67,17 %

TI PARIS 8EME 3,73 8,77 58,64 %

TI PARIS 9EME 2,17 4,14 67,01 %

TI PAU 2,66 7,53 80,53 %

TI PERIGUEUX 3,05 5,24 80,25 %

TI PERONNE 3,67 4,10 83,96 %

TI PERPIGNAN 3,18 7,90 76,50 %

TI PERTUIS 4,35 6,82 75,25 %

TI POINTE A PITRE 3,22 6,09 76,79 %

TI POISSY 3,78 5,28 77,95 %

TI POITIERS 2,76 9,07 73,86 %

TI PONTARLIER 3,04 7,15 85,30 %

TI PONTOISE 3,36 5,48 78,72 %

TI PRIVAS 3,58 6,48 82,64 %

TI PUTEAUX 4,61 7,16 73,22 %

TI QUIMPER 3,08 2,96 81,89 %

TI RAMBOUILLET 5,50 5,85 76,60 %

TI REDON 3,97 8,07 82,04 %

TI REIMS 2,45 4,95 82,85 %

TI RENNES 2,53 7,72 82,08 %

TI RIOM 3,13 5,47 82,48 %

TI ROANNE 2,30 5,46 84,87 %

TI ROCHEFORT 3,64 4,07 87,74 %

TI RODEZ 3,36 10,09 79,00 %

TI ROMANS SUR ISERE 2,56 4,42 67,86 %

TI ROUBAIX 3,48 8,90 78,34 %

TI ROUEN 6,16 10,24 70,97 %

TI SAINTES 3,43 4,91 84,94 %

TI SALON DE PROVENCE 2,67 5,69 75,22 %

TI SANNOIS 3,25 10,13 78,86 %

TI SARLAT LA CANEDA 4,01 4,27 77,46 %

TI SARREBOURG 3,03 4,47 78,92 %

TI SARREGUEMINES 5,84 7,23 76,61 %

TI SAUMUR 3,27 4,41 85,67 %

TI SAVERNE 3,43 5,31 81,11 %

TI SCHILTIGHEIM 3,25 6,65 72,57 %

TI SEDAN 5,28 4,07 82,69 %

TI SELESTAT 3,70 4,81 72,56 %

TI SENLIS 2,98 5,07 78,22 %

TI SENS 2,44 5,76 79,74 %

TI SETE 2,62 4,57 79,14 %

TI SOISSONS 2,93 4,81 81,79 %

TI ST AMAND MONTROND 3,11 4,11 89,37 %

TI ST AVOLD 2,90 6,91 84,03 %

TI ST BENOIT 3,44 4,67 75,83 %

TI ST BRIEUC 4,17 5,96 82,38 %

TI ST CLAUDE 2,78 4,63 82,72 %

TI ST DENIS 3,88 6,49 76,09 %

TI ST DENIS DE LA REUNION 2,73 5,17 78,52 %

TI ST DIE DES VOSGES 2,82 6,61 82,64 %

TI ST DIZIER 3,15 5,55 85,19 %

TI ST ETIENNE 3,09 6,01 77,81 %

TI ST FLOUR 7,08 5,76 77,46 %

TI ST GAUDENS 3,37 4,70 85,93 %

TI ST GERMAIN EN LAYE 3,14 5,96 77,64 %

TI ST GIRONS 1,30 6,78 79,88 %

TI ST MALO 3,27 5,53 81,86 %

TI ST MARTIN 3,48 8,80 70,77 %

TI ST MAUR DES FOSSES 3,15 7,87 76,25 %

TI ST NAZAIRE 2,42 5,77 78,90 %

TI ST OMER 2,91 3,14 86,46 %

TI ST OUEN 3,47 6,40 69,18 %

TI ST PAUL 3,84 4,44 84,25 %

TI ST PIERRE 4,73 6,04 75,08 %

TI ST QUENTIN 3,90 6,42 81,90 %

TI STRASBOURG 3,15 5,54 76,14 %

TI TARASCON 3,21 4,67 80,57 %

TI TARBES 3,09 5,83 80,21 %

TI THANN 3,14 5,02 82,60 %

TI THIERS 3,99 4,57 85,53 %

TI THIONVILLE 3,46 5,84 79,71 %

TI THONON LES BAINS 4,43 4,94 74,91 %

TI TOULON 3,84 11,14 72,10 %

TI TOULOUSE 2,44 5,34 76,42 %

TI TOURCOING 6,71 6,68 81,00 %

TI TOURS 2,83 5,10 83,71 %

TI TREVOUX 2,09 4,38 85,53 %

TI TROYES 3,77 6,40 80,45 %

TI TULLE 3,88 5,99 79,60 %

TI UZES 2,73 5,97 81,36 %

TI VALENCE 2,87 4,20 85,23 %

TI VALENCIENNES 2,48 5,04 78,81 %

TI VANNES 1,49 6,05 80,84 %

TI VANVES 3,14 6,18 78,51 %

TI VERDUN 1,59 4,32 83,27 %

TI VERSAILLES 4,25 7,02 73,89 %

TI VESOUL 4,03 6,11 84,38 %

TI VICHY 34,39 6,81 84,65 %

TI VIENNE 6,13 5,73 85,92 %

TI VILLEFRANCHE SUR SAONE 3,85 7,26 84,21 %

TI VILLEJUIF 5,08 6,59 79,20 %

TI VILLENEUVE SUR LOT 4,36 7,49 81,22 %

TI VILLEURBANNE 3,07 5,10 84,42 %

TI VIRE 3,01 4,33 87,02%

CONSEILS DE PRUD'HOMMES

NOMBRE D'AFFAIRES

en stock

au 31/12/2012 DÉLAI MOYEN

de traitement

référés

[En mois]

DÉLAI MOYEN

de traitement

hors référés

[En mois]

PART

des décisions au fond

CPH ABBEVILLE 144 1,03 15,70 53,63 %

CPH AGEN 524 1,02 13,71 46,23 %

CPH AIX EN PROVENCE 2132 1,98 20,85 51,88 %

CPH AIX LES BAINS 75 1,76 9,25 62,81 %

CPH AJACCIO 418 1,15 11,63 49,44 %

CPH ALBERTVILLE 173 1,16 7,62 51,23 %

CPH ALBI 270 1,01 13,37 45,11 %

CPH ALENCON 181 1,12 13,16 62,95 %

CPH ALES 319 1,55 17,47 79,07 %

CPH AMIENS 851 1,20 14,40 29,77 %

CPH ANGERS 2034 1,10 16,10 38,68 %

CPH ANGOULEME 370 1,35 10,84 68,91 %

CPH ANNECY 325 1,19 12,38 55,81 %

CPH ANNEMASSE 425 1,55 10,69 50,00 %

CPH ANNONAY 271 1,65 9,94 61,76 %

CPH ARGENTAN 310 1,94 12,45 65,25 %

CPH ARGENTEUIL 1,81 7,13 55,54 %

CPH ARLES 829 0,89 17,92 60,29 %

CPH ARRAS 453 1,23 14,42 62,33 %

CPH AUBENAS 182 1,80 13,63 54,35 %

CPH AUCH 178 1,77 11,48 54,21 %

CPH AURILLAC 214 0,96 11,26 75,15 %

CPH AUXERRE 233 1,04 11,62 49,82 %

CPH AVESNES SUR HELPE 377 1,46 13,66 67,61 %

CPH AVIGNON 1289 1,88 15,43 57,85 %

CPH AVRANCHES 153 0,89 18,66 50,56 %

CPH BAR LE DUC 62 0,83 7,24 62,20 %

CPH BASSE TERRE 750 3,68 31,40 54,29 %

CPH BASTIA 377 1,58 9,13 51,74 %

CPH BAYONNE 666 1,61 11,78 61,37 %

CPH BEAUVAIS 1205 1,29 18,77 36,23 %

CPH BELFORT 199 0,84 12,41 46,33 %

CPH BELLEY 123 1,46 8,32 45,83 %

CPH BERGERAC 183 1,09 8,93 50,38 %

CPH BERNAY 174 1,06 14,34 46,59 %

CPH BESANCON 541 1,50 15,44 62,83 %

CPH BETHUNE 665 2,07 17,33 55,63 %

CPH BEZIERS 1078 2,48 16,00 63,04 %

CPH BLOIS 946 1,14 14,82 49,43 %

CPH BOBIGNY 8771 3,21 22,96 51,90 %

CPH BONNEVILLE 217 1,02 7,16 38,67 %

CPH BORDEAUX 4443 1,41 15,84 45,28 %

CPH BOULOGNE BILLANCOURT 3279 2,41 18,42 56,58 %

CPH BOULOGNE SUR MER 491 1,62 22,89 39,53 %

CPH BOURG EN BRESSE 462 1,69 17,72 70,95 %

CPH BOURGES 414 1,13 10,23 46,00 %

CPH BOURGOIN JALLIEU 277 1,19 11,16 62,37 %

CPH BREST 317 1,34 9,82 46,67 %

CPH BRIVE LA GAILLARDE 294 1,58 12,46 49,68 %

CPH CAEN 1936 1,44 19,77 43,30 %

CPH CAHORS 190 1,00 10,87 63,67 %

CPH CALAIS 408 1,45 10,93 59,26 %

CPH CAMBRAI 273 1,23 8,63 51,32 %

CPH CANNES 972 2,53 15,11 60,63 %

CPH CARCASSONNE 286 1,61 10,39 66,57 %

CPH CASTRES 218 1,34 9,70 73,27 %

CPH CAYENNE 1022 12,58 34,87 46,83 %

CPH CHALONS EN CHAMPAGNE 1,60 10,72 69,29 %

CPH CHALON SUR SAONE 691 1,09 11,17 45,86 %

CPH CHAMBERY 497 1,42 12,47 57,51 %

CPH CHARLEVILLE MEZIERES 893 1,35 14,67 43,20 %

CPH CHARTRES 450 1,26 12,18 66,09 %

CPH CHATEAUDUN 108 1,72 16,19 65,45 %

CPH CHATEAUROUX 229 1,38 10,37 66,86 %

CPH CHAUMONT 829 1,37 9,47 59,06 %

CPH CHERBOURG OCTEVILLE 234 1,05 11,61 50,59 %

CPH CLERMONT FERRAND 1017 1,73 13,74 59,01 %

CPH COLMAR 432 0,95 7,29 50,34 %

CPH COMPIEGNE 1031 1,16 9,73 46,33 %

CPH COUTANCES 380 1,12 28,62 48,37 %

CPH CREIL 840 1,29 15,86 66,94 %

CPH CRETEIL 5080 2,58 19,41 54,49 %

CPH DAX 285 1,61 11,52 60,33 %

CPH DIEPPE 213 1,57 6,63 57,43 %

CPH DIGNE LES BAINS 656 1,54 12,40 55,05 %

CPH DIJON 1314 1,70 12,50 57,54 %

CPH DINAN 89 0,80 8,61 56,44 %

CPH DOLE 80 0,92 10,63 64,86 %

CPH DOUAI 371 1,24 13,48 47,75 %

CPH DRAGUIGNAN 588 1,25 15,60 64,34 %

CPH DREUX 323 1,22 11,90 42,95 %

CPH DUNKERQUE 903 1,53 11,49 74,24 %

CPH EPERNAY 103 1,72 9,82 56,41 %

CPH EPINAL 634 0,92 13,96 64,95 %

CPH EVREUX 699 1,38 18,41 41,13 %

CPH EVRY 1331 1,89 12,44 56,68 %

CPH FOIX 222 1,12 12,91 57,14 %

CPH FONTAINEBLEAU 517 1,87 11,82 54,53 %

CPH FORBACH 539 1,43 11,47 53,49 %

CPH FORT DE FRANCE 2032 5,34 27,14 61,29 %

CPH FREJUS 507 1,10 11,37 63,27 %

CPH GAP 193 1,34 11,46 63,32 %

CPH GRASSE 1173 1,92 10,93 59,81 %

CPH GRENOBLE 2122 1,12 13,47 49,87 %

CPH GUERET 97 0,85 9,63 49,04 %

CPH GUINGAMP 160 1,49 10,87 59,53 %

CPH HAGUENAU 264 1,49 13,85 52,98 %

CPH HAZEBROUCK 84 1,50 7,93 58,85 %

CPH LANNOY 869 1,10 16,34 56,64 %

CPH LAON 464 2,03 14,74 58,51 %

CPH LA ROCHELLE 522 1,11 9,43 58,63 %

CPH LA ROCHE SUR YON 720 0,70 12,10 55,03 %

CPH LAVAL 247 1,48 9,65 62,67 %

CPH LE HAVRE 874 1,24 9,43 41,71 %

CPH LE MANS 608 1,47 9,48 50,65 %

CPH LENS 1161 1,64 11,09 56,91 %

CPH LE PUY EN VELAY 214 0,64 9,36 53,17 %

CPH LES SABLES D'OLONNE 118 1,05 9,67 50,42 %

CPH LIBOURNE 401 1,54 11,90 62,30 %

CPH LILLE 2605 2,24 15,71 60,18 %

CPH LIMOGES 511 1,06 10,74 37,51 %

CPH LISIEUX 540 1,64 17,33 49,82 %

CPH LONGJUMEAU 1620 2,13 18,83 59,95 %

CPH LONGWY 143 1,57 7,78 54,70 %

CPH LONS LE SAUNIER 0,82 7,64 59,01 %

CPH LORIENT 1075 1,22 15,38 61,71 %

CPH LOUVIERS 490 1,13 8,57 57,35 %

CPH LURE 65 0,85 8,63 63,29 %

CPH LYON 8935 2,21 20,77 56,22 %

CPH MACON 382 1,35 9,71 63,67 %

CPH MANTES LA JOLIE 233 1,21 5,84 44,89 %

CPH MARMANDE 110 1,09 10,81 60,00 %

CPH MARSEILLE 7998 1,77 20,26 52,65 %

CPH MARTIGUES 1435 1,27 12,89 66,76 %

CPH MEAUX 3042 2,34 24,15 50,50 %

CPH MELUN 1083 2,13 13,39 45,20 %

CPH MENDE 61 1,43 8,27 77,36 %

CPH METZ 2016 1,69 13,17 61,88 %

CPH MILLAU 90 1,18 9,41 59,20 %

CPH MONTARGIS 119 0,94 6,52 22,70 %

CPH MONTAUBAN 682 1,72 16,54 57,25 %

CPH MONTBELIARD 187 0,80 11,15 56,67 %

CPH MONTBRISON 399 1,27 12,34 56,68 %

CPH MONT DE MARSAN 231 1,29 16,20 67,89 %

CPH MONTELIMAR 266 1,01 11,97 39,41 %

CPH MONTLUCON 344 1,13 10,80 29,73 %

CPH MONTMORENCY 1391 1,94 13,90 44,51 %

CPH MONTPELLIER 2668 1,72 14,65 62,87 %

CPH MORLAIX 90 1,69 10,35 44,88 %

CPH MOULINS 123 0,89 10,10 62,84 %

CPH MULHOUSE 1134 1,50 13,91 62,06 %

CPH NANCY 1378 1,07 11,99 58,49 %

CPH NANTERRE 7867 2,57 23,41 51,93 %

CPH NANTES 1601 1,38 15,12 38,61 %

CPH NARBONNE 455 1,52 11,50 65,82 %

CPH NEVERS 339 1,77 10,04 50,93 %

CPH NICE 2219 1,52 13,62 58,38 %

CPH NIMES 1749 1,71 18,07 52,83 %

CPH NIORT 595 0,83 10,67 55,59 %

CPH ORANGE 499 2,07 16,85 67,65 %

CPH ORLEANS 1118 1,31 15,50 43,46 %

CPH OYONNAX 174 0,96 12,01 47,88 %

CPH PAPEETE 1,49 15,01 85,75 %

CPH PARIS 25343 2,70 16,89 53,66 %

CPH PAU 698 1,26 14,53 59,11 %

CPH PERIGUEUX 384 1,13 16,88 65,22 %

CPH PERONNE 261 1,30 9,28 43,65 %

CPH PERPIGNAN 1198 2,58 15,76 60,19 %

CPH POINTE A PITRE 1040 3,18 18,91 62,04 %

CPH POISSY 609 1,32 9,41 62,74 %

CPH POITIERS 659 1,30 13,71 47,48 %

CPH PONTOISE 763 1,43 11,44 57,90 %

CPH QUIMPER 403 0,88 12,35 45,73 %

CPH RAMBOUILLET 428 1,42 14,19 23,91 %

CPH REIMS 1,62 12,81 68,60 %

CPH RENNES 1488 1,08 12,48 59,16 %

CPH RIOM 308 1,35 10,66 55,69 %

CPH ROANNE 210 1,59 10,44 63,82 %

CPH ROCHEFORT 128 0,99 7,59 61,17 %

CPH RODEZ 3,75 17,05 57,00 %

CPH ROUBAIX 540 1,52 9,34 43,66 %

CPH ROUEN 3413 1,51 17,52 47,34 %

CPH SAINTES 277 0,62 11,42 70,70 %

CPH SAUMUR 109 1,10 8,24 53,55 %

CPH SAVERNE 258 11,67 11,09 59,77 %

CPH SCHILTIGHEIM 534 1,79 14,46 56,00 %

CPH SENS 204 1,41 8,15 50,16 %

CPH SETE 310 2,56 16,74 79,10 %

CPH SOISSONS 164 1,34 11,59 46,56 %

CPH ST BRIEUC 325 1,23 10,00 44,84 %

CPH ST DENIS 2,13 14,88 65,42 %

CPH ST DIE DES VOSGES 188 1,38 10,81 43,03 %

CPH ST ETIENNE 898 1,56 13,78 56,22 %

CPH ST GAUDENS 177 1,08 9,26 55,41 %

CPH ST GERMAIN EN LAYE 513 2,01 10,55 52,20 %

CPH ST MALO 121 1,44 10,06 63,88 %

CPH ST NAZAIRE 499 1,10 10,74 67,48 %

CPH ST OMER 118 1,12 3,91 43,87 %

CPH ST PIERRE 1,90 9,83 74,10 %

CPH ST QUENTIN 251 1,06 8,36 46,48 %

CPH STRASBOURG 1502 1,51 15,92 44,43 %

CPH TARBES 440 2,43 11,51 56,66 %

CPH THIONVILLE 303 2,06 11,29 66,57 %

CPH THOUARS 67 1,10 6,86 49,66 %

CPH TOULON 1980 2,14 15,84 72,25 %

CPH TOULOUSE 6278 2,32 20,39 68,65 %

CPH TOURCOING 429 1,52 10,36 54,14 %

CPH TOURS 1350 1,27 9,88 54,12 %

CPH TROYES 644 1,47 10,13 53,19 %

CPH TULLE 88 1,03 6,69 70,18 %

CPH VALENCE 833 0,96 11,49 52,22 %

CPH VALENCIENNES 918 2,03 16,29 61,26 %

CPH VANNES 834 1,39 19,63 40,22 %

CPH VERDUN 70 1,23 10,34 67,54 %

CPH VERSAILLES 2736 3,29 16,71 42,63 %

CPH VESOUL 104 1,34 8,57 56,67 %

CPH VICHY 221 1,07 10,12 68,83 %

CPH VIENNE 985 2,24 14,71 43,09 %

CPH VILLEFRANCHE SUR SAONE 508 1,49 14,76 52,04 %

CPH VILLENEUVE ST GEORGES 1,84 12,80 26,36%

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 16993 de Mme Marie-Jo Zimmermann ( Union pour un Mouvement Populaire - Moselle ) Question écrite

Ministère interrogé > Écologie, développement durable et énergie Ministère attributaire > Égalité des territoires et logement

Rubrique > urbanisme Tête d'analyse > autorisations d'urbanisme Analyse > actions judiciaires. associations. droit d'ester. Alsace-Moselle

Question publiée au JO le : 29/01/2013 page : 941

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6118

Date de changement d'attribution : 05/02/2013

Texte de la question

Mme Marie-Jo Zimmermann attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur le fait que l'article L. 600-1-1 du code de l'urbanisme circonscrit l'intérêt à agir des associations contre les autorisations d'urbanisme. Celles-ci ne sont recevables à agir que si leurs statuts ont été déposés en préfecture avant l'affichage en mairie de la demande du pétitionnaire. Dans la mesure où, dans les trois départements d'Alsace-Moselle, le dépôt des statuts s'effectue selon une procédure complexe et souvent très longue auprès du tribunal d'instance, elle lui demande comment les dispositions de l'article susvisé doivent y être appliquées.

Texte de la réponse

En application de l'article L. 600-1-1, une association n'est recevable à agir contre une décision relative à l'occupation ou l'utilisation des sols que si le dépôt des statuts de l'association en préfecture est intervenu antérieurement à l'affichage en mairie de la demande du pétitionnaire. Une association ayant son siège social dans l'un des trois départements d'Alsace-Moselle ne relève pas de la loi du 1er juillet 1901 mais des articles 21 à 79-III du code civil local entré en vigueur le 1er janvier 1900 et éventuellement de la loi d'Empire du 19 avril 1908. Il existe dans ces départements deux catégories d'associations : « l'association non inscrite » et « l'association inscrite ». « L'association non inscrite », entité juridique soumise à un régime juridique propre au droit local, n'a pas la personnalité juridique alors que « l'association inscrite » acquiert la capacité juridique par une inscription au registre du tribunal d'instance du siège de l'association. Suite à sa déclaration auprès du tribbunal d'instance en vue de son inscription au registre, un double contrôle est effectué par la justice (sur la forme) et par la préfecture (sur le fond) et l'inscription peut être refusée par le préfet en six semaines maximum. Ce contrôle porte tout particulièrement sur l'objet de l'association qui doit être en harmonie avec l'ordre public, les lois pénales et les bonnes moeurs. La publicité légale de cette inscription se fait par les journaux locaux ayant une rubrique de publications légales (et non par le Journal officiel de la République française). Du fait du contrôle juridique, l'inscription sur le registre des associations tenu au tribunal d'instance donne à l'association la pleine capacité juridique. Sont recevables à agir les « associations inscrites » et les associations qui ont entrepris une déclaration auprès du tribunal d'instance en vue de leur inscription au registre préalablement à l'affichage en mairie de la demande d'autorisation. Il a été en effet jugé que « la condition de recevabilité posée par l'article L. 600-1-1 doit être regardée comme remplie lorsque, préalablement à l'affichage en mairie de la demande de permis, la déclaration de cette association, effectuée en vue de son inscription au registre des associations qui donne lieu à une publication dans un journal d'annonces légales, a été réalisée auprès du tribunal d'instance dans le ressort duquel l'association a son siège conformément aux articles 55 à 59 du Code civil local » (TA de Strasbourg du 5 octobre 2007 n° 0704258).

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 17887 de M. Rémi Delatte ( Union pour un Mouvement Populaire - Côte-d'Or ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > droit pénal Tête d'analyse > tapage nocturne Analyse > sanctions

Question publiée au JO le : 12/02/2013 page : 1481

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6201

Texte de la question

M. Rémi Delatte attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur la répression du tapage nocturne. Les procédures pour sanctionner les fauteurs de troubles sont généralement classées sans suite malgré le flagrant délit constaté par les forces de police. En effet, si, comme le précise l'article R. 623-2 du code pénal, le tapage nocturne est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe (450 euros au plus), l'impunité pour le contrevenant est totale puisque l'amende n'est jamais encaissée immédiatement. Le rapport relatif à la déjudiciarisation de certains contentieux, qui a été remis le 30 juin 2008 au Garde des sceaux par la commission présidée par le recteur Guinchard, propose pour remédier à cette impunité d'étendre la procédure de l'amende forfaitaire à de nouvelles contraventions, dont celle de tapage nocturne, afin de permettre une répression adaptée et efficace de ces infractions. Cette modification pourrait figurer dans un prochain décret en Conseil d'État. En conséquence, il souhaite connaître les mesures que le Gouvernement entend prendre pour que désormais la sanction de ce délit soit plus efficace.

Texte de la réponse

La répression effective et efficace des infractions relatives aux bruits de voisinage est une préoccupation constante du ministère de la justice. Dans sa dépêche en date du 16 décembre 2010, la Chancellerie a rappelé aux parquets généraux les directives édictées par la circulaire du 16 octobre 2003 en ce domaine. Ainsi les parquets sont invités à rechercher la pacification des relations de voisinage par la mise en oeuvre de mesures alternatives aux poursuites telles le rappel solennel à la loi ou la médiation, permettant à la fois d'éviter de laisser se développer un sentiment d'impunité chez l'émetteur de nuisances, tout en permettant de rechercher une solution concrète, immédiate et durable à la situation donnée. En revanche, en présence de personnes qui réitèrent et n'acceptent pas de modifier leur comportement, ou dans des hypothèses où d'emblée toute tentative d'amélioration de la situation ou de résolution du conflit éventuel apparaitrait impossible, des poursuites immédiates permettant d'aboutir à une sanction rapide notamment par le biais de l'ordonnance pénale sont préconisées. Afin d'améliorer à nouveau ce dispositif, le décret n° 2012-343 du 9 mars 2012 a étendu la procédure d'amende forfaitaire aux contraventions en matière de bruit, prévues par les articles R.623-2 du code pénal relatif aux bruits ou tapages injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité d'autrui, ainsi qu'aux contraventions prévues par le code de la santé publique relatives aux bruits de voisinage.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 19172 de M. Julien Aubert ( Union pour un Mouvement Populaire - Vaucluse ) Question écrite

Ministère interrogé > Intérieur Ministère attributaire > Intérieur

Rubrique > transports ferroviaires Tête d'analyse > sécurité des usagers Analyse > perspectives

Question publiée au JO le : 19/02/2013 page : 1759

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6154

Texte de la question

M. Julien Aubert appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur l'insécurité qui règne sur les axes TGV et plus particulièrement la ligne Paris-Marseille. Premièrement, une embuscade a été menée à l'encontre d'un TGV reliant Marseille à Nice, à hauteur de la cité Air Bel de Marseille. Au regard des premiers éléments révélés par la presse, on découvre que tout était prémédité : les objets avaient été amenés afin de bloquer le train sur les voies. Le sang-froid du conducteur de train et la rapidité d'action de la police ont permis d'arrêter près de huit personnes. Mais cet acte inacceptable risque de se reproduire par effet de contagion, toute la scène ayant été filmée. Deuxièmement, il apparaît que les voitures-bar sont très régulièrement pillées avant même le départ des trains par des bandes. Face à ce constat, il lui demande ce que le Gouvernement entend prendre comme mesure afin d'assurer la sécurité des voyageurs sur l'ensemble du réseau ferré de France.

Texte de la réponse

Axée sur la proximité et sur l'efficacité, la politique du ministre de l'intérieur vise à améliorer en profondeur et durablement la sécurité des Français dans leur vie quotidienne. Alors que la mobilité est devenue une caractéristique centrale de notre société et que des millions de nos concitoyens utilisent au quotidien les transports en commun pour se rendre à leur travail, la sécurité des transports publics de voyageurs constitue un enjeu essentiel, notamment pour renforcer le sentiment de sécurité. Les forces de l'ordre sont mobilisées et travaillent en étroite collaboration avec les transporteurs. La sécurité dans les transports en commun constitue en effet une mission essentielle des exploitants et des autorités organisatrices de transports, qui consentent d'importants efforts. Elle doit aussi être prise en compte par les collectivités territoriales. Dans l'Ile-de-France, une coordination permanente de la police, de la gendarmerie et des services de sécurité de la SNCF et de la RATP est assurée auu quotidien par la sous-direction régionale de la police des transports de la préfecture de police de Paris. Dans les agglomérations de Lille, Lyon et Marseille, des services interdépartementaux de sécurisation des transports en commun permettent d'adapter l'action des forces de l'ordre à la réalité des réseaux. La coordination opérationnelle des forces de police et de gendarmerie concourant à la sécurité des réseaux ferrés est, elle, assurée par le service national de la police ferroviaire de la direction centrale de la police aux frontières, en lien avec les exploitants. Pour renforcer la coordination et l'échange d'informations opérationnelles entre les forces de sécurité et les services de sûreté des exploitants, une unité de coordination de la sécurité des transports en commun a par ailleurs été installée auprès du directeur général de la police nationale en application du plan national de sécurisation des transports élaboré en 2010. D'importantes actions de prévention et d'anticipation sont menées, notamment avec la vidéoprotection. La SNCF par exemple dispose de plus de 22 300 caméras et ce chiffre devrait atteindre 25 000 à la fin de l'année. Par ailleurs, une expérimentation de « vidéo-patrouilleurs » a été engagée avec succès au centre multimodal de Châtelet-Les Halles à Paris. Au total, 2 770 policiers et gendarmes et 3 525 agents de sûreté de la SNCF et de la RATP sont quotidiennement mobilisés pour cette mission et chaque jour plus de 2 400 trains et lignes et plus de 3 100 gares et stations sont sécurisés. En 2012, plus de 31 000 opérations de sécurisation ont été réalisées sur les sites et lignes les plus sensibles et plus de 66 000 interpellations effectuées. Témoignage de l'engagement de l'Etat, le ministre de l'intérieur et le ministre chargé des transports réuniront dans les prochains mois le comité national de la sécurité dans les transports, avec les représentants des forces de sécurité intérieure de l'Etat, les opérateurs de transport (SNCF, RATP, Véolia, Keolis), l'union des transports publics et ferroviaires ainsi que le groupement des autorités responsables des transports. Le ministère de la justice sera associé à ces travaux. S'agissant de l'entrave à la circulation commise sur le réseau ferré marseillais le 2 février dernier, elle s'inscrit malheureusement dans le prolongement d'actions similaires perpétrées à plusieurs reprises ces dernières années à proximité des quartiers Nord et Sud de la ville. Mais la sécurité à Marseille fait dorénavant l'objet d'une action globale et renforcée, pilotée par le préfet de police, fondée sur d'importants renforts d'effectifs et la création de deux zones de sécurité prioritaires (ZSP). Cette action en profondeur, conduite en coopération avec les acteurs locaux (police municipale...), prendra du temps mais l'Etat s'engage aujourd'hui massivement aux côtés des Marseillais. En tout état de cause, l'incident du 2 février est inadmissible et le ministère de l'intérieur (unité de coordination de la sécurité des transports en commun et service national de la police ferroviaire) travaille actuellement, avec les services de police locaux, à un retour d'expérience qui associera les forces de l'ordre intervenantes, les marins-pompiers de Marseille, la SNCF et Réseau ferré de France. Un exercice opérationnel commun aux forces de sécurité intérieure et à la SNCF est également en cours d'élaboration sur la base des incidents de début février à Marseille, avec pour objectif d'optimiser les stratégies d'intervention et de coordination des différents acteurs sur le réseau ferroviaire de la zone de défense et de sécurité Sud. Il convient également de souligner que l'axe TER Aix-Marseille, qui bénéficie déjà, depuis 2012, d'une stratégie de sûreté et de tranquillité dans le cadre d'un partenariat spécifique entre les services de l'Etat et la SNCF, est désormais pleinement intégré en zone de sécurité prioritaire (ZSP) et fait l'objet d'une coordination renforcée entre les services de la sécurité publique et ceux de la police aux frontières.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 191 de M. Lionel Tardy ( Union pour un Mouvement Populaire - Haute-Savoie ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > justice Tête d'analyse > contrats Analyse > lettre recommandée électronique. champ d'application

Question publiée au JO le : 03/07/2012 page : 4266

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6171

Texte de la question

M. Lionel Tardy attire l'atte

ntion de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur le mécanisme de la lettre recommandée électronique, prévu à l'article 1369-8 du code civil pour la résiliation d'un contrat. Il est en effet précisé dans cet article qu'une lettre recommandée relative à la conclusion ou à l'exécution d'un contrat peut être envoyée par courrier électronique, mais il n'est pas fait mention de la possibilité de résilier un contrat par ce mécanisme. Il souhaite donc savoir s'il est également possible d'utiliser la lettre recommandée électronique pour résilier un contrat.

Texte de la réponse

L'article 1369-8 du code civil dispose qu'une lettre recommandée relative à la conclusion ou à l'exécution d'un contrat peut être envoyée par courrier électronique. Si ce texte ne mentionne pas expressément la possibilité de solliciter également selon ce procédé la résiliation d'un contrat, il y a lieu de considérer qu'une telle modalité pourrait aussi être utilisée, dès lors que la résiliation, qui permet à l'une des parties de mettre fin à un contrat, notamment lorsque l'autre partie n'exécute pas ses obligations, est une modalité « relative à l'exécution du contrat ».

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 19582 de M. Jean-Luc Drapeau ( Socialiste, républicain et citoyen - Deux-Sèvres ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > justice Tête d'analyse > expertise Analyse > paiement. délais

Question publiée au JO le : 26/02/2013 page : 2081

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6202

Texte de la question

M. Jean-Luc Drapeau interroge Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur les difficultés rencontrées par la profession d'expert-traducteur auprès des tribunaux. Parmi ces difficultés, des retards importants sont régulièrement signalés dans le paiement des actes de traduction. Par exemple, dans sa circonscription, un expert-traducteur n'a pas reçu, à ce jour, d'indemnisation pour des missions confiées en 2011. Il lui demande de lui indiquer, dans un premier temps, les intentions du Gouvernement en la matière et, dans un second temps, si elle compte mener une réflexion sur la mise en place d'un nouveau circuit permettant d'accélérer la mise en paiement des mémoires de frais de justice.

Texte de la réponse

Le ministère de la justice est particulièrement attentif à l'amélioration des délais de paiement des indemnités dues aux interprètes. Les retards de paiement actuels s'expliquent en partie par la volumétrie des mémoires traités par les juridictions et par la complexité du circuit de traitement de ces mémoires. Ils s'expliquent également par le caractère très contraint de la dotation budgétaire, d'autant que depuis le passage à la LOLF, les crédits sur lesquels sont imputées les indemnités allouées aux experts et aux interprètes sont devenus des crédits limitatifs. La Chancellerie a mis en place en 2012 un plan d'actions ayant pour objet à la fois de réduire le nombre des mémoires de frais, de simplifier la procédure et d'accélérer les délais de paiement. S'agissant des interprètes, elle a incité les juridictions à proposer aux interprètes intervenant de manière récurrente l'établissement de mémoires regroupant les frais de plusieurs missions. D'autres mesures seront prises en 2013 pour accélérer les déllais de traitement des mémoires avec, notamment, la généralisation du contrôle par sondage. Dans cette perspective, la Chancellerie a saisi le Conseil d'Etat d'un projet de décret relatif aux frais de justice. Ainsi, la diminution très importante du flux des mémoires à traiter, associée aux nouvelles modalités de contrôle, devrait avoir pour conséquence une réduction des délais de paiement. Par ailleurs, la dotation accordée au titre des frais de justice pour l'année 2013 dans le cadre de la loi de finances initiale est en augmentation par rapport à l'année 2012. Ces crédits supplémentaires devraient également contribuer à doter les cours d'appel de telle sorte qu'elles puissent faire face à leurs engagements, en particulier à l'endroit des traducteurs interprètes.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 20530 de M. Rudy Salles ( Union des démocrates et indépendants - Alpes-Maritimes ) Question écrite

Ministère interrogé > Intérieur Ministère attributaire > Intérieur

Rubrique > télécommunications Tête d'analyse > Internet Analyse > escroqueries. lutte et prévention

Question publiée au JO le : 05/03/2013 page : 2431

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6163

Texte de la question

M. Rudy Salles attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le phénomène de la cyber-escroquerie qui touche déjà des dizaines de milliers de citoyens français. Depuis l'ouverture du réseau internet au trafic commercial au début des années 1990, les cyber-escroqueries n'ont cessé d'augmenter et sont un vrai fléau international. Les services comme paypal ou moneybookers sont régulièrement clonés pour faire de faux sites à ces enseignes. Les banques françaises et européennes font aussi l'objet d'usurpation. De faux courriels à enseigne de ces banques sont envoyés par centaines de milliers aux internautes dans le but d'obtenir l'identifiant et le mot de passe de leur compte bancaire en ligne. Des faux documents à l'enseigne de grandes banques internationales se multiplient. Il en va de même pour les abonnements des internautes. Des faux courriels à en-tête d'Orange, Free, Club internet, Alice-adsl, etc., circulent chaque jour. Très récemment, la SACEM, la CAF, mais également l'administration fiscale française faisaient l'objet d'usurpation, dans le cadre d'une tentative d'escroquerie visant à récupérer des numéros de cartes bancaires. Les internautes se voient proposer de fausses offres d'emploi ou des stages rémunérés. Les candidats sont invités à envoyer un dossier de candidature et devront s'acquitter des frais de dossier de 100 à 350 euros. Les victimes, qui bien souvent auront avisé « Pôle emploi » de ce nouvel emploi, ne sont plus indemnisées pendant un certain temps. Ce phénomène prend aussi la forme d'annonces de gain à une loterie, d'héritage ou de don via le courrier électronique. Se référant à l'ordonnance n° 2009-104 du 30 janvier 2009 (article 19), le Crédit agricole d'Aquitaine a récemment demandé par courrier électronique à ses clients la transmission de la copie de leur pièce d'identité et d'un justificatif de domicile, proposant de retourner les documents scannés par voie électronique. Il s'agissait là d'une demande réelle mais, pour le consommateur, il est de plus en plus difficile de faire la part entre le vrai et le faux, tant ils sont peu ou mal informés des risques et des pratiques. Eu égard à ces observations, il lui demande quelles mesures il compte prendre pour protéger les internautes français des cyber-escroqueries.

Texte de la réponse

La sécurité de l'espace numérique constitue pour la société et pour l'Etat un enjeu majeur alors que ledéveloppement d'Internet et des systèmes d'information a donné naissance à une nouvelle forme de criminalité, souvent internationale, qui sait tirer profit des structures de l'environnement numérique (anonymisation, etc.) et développe des techniques sans cesse plus sophistiquées. La lutte contre la cybercriminalité (escroqueries, utilisations frauduleuses de moyens de paiement, pédophilie, etc.) est donc un axe central de la politique de sécurité. Le 11 janvier dernier, la visite des services spécialisés de la police et de la gendarmerie nationales par le ministre de l'Intérieur et la ministre déléguée chargée de l'Economie Numérique, comme leur participation, ainsi que celle du ministre délégué aux Anciens Combattants, au forum international sur la cybercriminalité (FIC) qui s'est tenu à Lille, les 28 et 29 janvier dernier, témoignent de l'importance que le Gouvernement accorde à cet enjeu. Les forcess de sécurité de l'Etat consacrent d'importants moyens à la lutte contre cette délinquance, recourent à des méthodes d'investigation modernes et proactives (enquêtes sous pseudonymes...) et développent des partenariats avec différents acteurs (universités, réseau européen des centres d'excellence en matière de lutte contre la cybercriminalité...). Au sein du ministère de l'intérieur, l'action de la police et de la gendarmerie s'appuie sur un réseau de plus de 600 enquêteurs spécialisés dans le numérique. Cependant, la lutte contre la cybercriminalité incombe à titre principal à l'office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) de la direction centrale de la police judiciaire. Composé de policiers et de gendarmes, cet office central anime et coordonne sur le plan opérationnel et technique l'action des services centraux et territoriaux de la police judiciaire. Il conduit des actes d'enquête et des travaux techniques d'investigation en appui de nombreux services, aussi bien de police et de gendarmerie que d'autres administrations (direction générale des douanes et des droits indirects, etc.). Depuis 2008, un groupe d'enquêteurs spécialisés a été mis en place et spécialement chargé d'engager des procédures contre les réseaux utilisant Internet pour commettre des escroqueries (fraude à la carte de paiement utilisée pour les ventes à distance, faux sites, fausses annonces, etc.). A cette occasion, L'OCLCTIC a renforcé son partenariat avec la fédération bancaire française et le groupement d'intérêt économique des cartes bancaires afin d'améliorer l'échange d'informations opérationnelles et techniques. Dans le cadre de la prévention, notamment technique, ce service a également développé des liens avec les professionnels chargés de la production d'automates de paiement, pour améliorer la protection des équipements, la détection des dispositifs de captation et la remontée de l'information vers les services de police. Le dernier rapport de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement fait état sur ce point de réelles avancées dans la sécurisation des opérations de paiement par carte bancaire via Internet (dispositifs d'authentifïcation « non rejouable » tels la technologie « 3D-Secure...). Parallèlement à ces groupes d'enquête, il convient de rappeler que depuis 2009, une plate-forme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements (PHAROS), a été mise en place pour gérer le site www. internetsignalement. gouv. fr. Cette plateforme, qui offre par ailleurs des conseils de prévention, permet aux internautes et aux professionnels de signaler des sites au contenu illégal ou des infractions dont ils ont été victimes. Près de 120 000 signalements ont été recueillis en 2012, dont des milliers ont été transmis pour enquête aux services répressifs français et à Interpol. Une plateforme téléphonique d'information et de prévention du public sur toutes les formes d'escroqueries existe également. Appelée "Info escroqueries" et composée de policiers et de gendarmes, elle a reçu près de 42 000 appels en 2011. Sur le plan juridique, la loi du 14 mars 2011 d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure a doté les services de sécurité de moyens accrus (captation à distance des données issues de communications électroniques dans la lutte contre la criminalité organisée, obligation pour les fournisseurs d'accès à Internet de bloquer les images pédopornographiques sur des sites notifiés par le ministère de l'intérieur, "cyberpatrouilles" pour détecter les infractions d'apologie et de provocation aux actes de terrorisme). Par ailleurs, la loi précitée a introduit dans le code pénal une incrimination spécifique d'usurpation d'identité sur Internet. Le ministre de l'intérieur a récemment annoncé la mise en place d'un groupe de travail interministériel associant les ministères de l'intérieur, de la justice et de l'économie numérique pour aller plus loin. Enfin, la cybercriminalité étant un phénomène essentiellement transnational, les coopérations bilatérales avec les pays "sources" sont renforcées et la coopération opérationnelle internationale se développe dans le cadre de diverses enceintes européennes et internationales (Union européenne, Conseil de l'Europe, G8, Interpol...). On peut noter la mise en place, en janvier dernier, d'un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) auprès d'Europol. La France est également adhérente à la convention sur la cybercriminalité du Conseil de l'Europe du 23 novembre 2001, première et unique convention internationale en la matière, qui favorise la coopération judiciaire et promeut la participation des parties au réseau d'alerte "G8/H24", qui permet la mise en relation directe des services d'investigation pour répondre aux demandes urgentes de gel de données numériques. En France, c'est l'OCLCTIC qui a été désigné comme point de contact.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 22121 de M. Xavier Bertrand ( Union pour un Mouvement Populaire - Aisne ) Question écrite

Ministère interrogé > Économie et finances Ministère attributaire > Économie et finances

Rubrique > marchés publics Tête d'analyse > réglementation Analyse > applicabilité. procédures contentieuses

Question publiée au JO le : 26/03/2013 page : 3187

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6107

Texte de la question

M. Xavier Bertrand remercie M. le ministre de l'économie et des finances pour sa réponse à la question n° 16049, relative à l'applicabilité du code des marchés publics aux missions d'expertise décidées par la juridiction administrative. À la lecture complète de la réponse, il tient toutefois à le solliciter à nouveau, craignant en effet de ne pas avoir été suffisamment compris. Si le code des marchés publics ne doit pas s'appliquer à la commande d'expertise à proprement parler, qu'en est-il précisément du cas où l'expert désigné sollicite des travaux, non directement intégrés aux frais d'expertise ? En effet, un expert peut parfaitement solliciter la personne publique afin de lui demander de recourir à une entreprise spécialisée pour effectuer, par exemple, des travaux exploratoires ou encore de confortation, qu'il considère comme nécessaires à l'établissement des responsabilités. Quand l'expert demande ces travaux dans l'urgence, qu'il indique qu'il ne les prendra pas en charge au titre de sa mission, que le tribunal ne rendra pas d'ordonnance de taxation, qu'en est-il des procédures de publicité et de mise en concurrence normalement applicables ? La personne publique concernée peut-elle s'exonérer des règles habituelles pour considérer que l'instance en cours s'inscrit dans une démarche globale de justice, où doit-elle demander à l'expert, et aux parties, de surseoir dans l'attente du respect des délais et procédures dont la longueur peuvent nuire à la conservation d'éléments de preuve et donc à l'efficacité de la procédure en cours ? Il souhaiterait qu'il se prononce le plus précisément possible au sujet de cette question qui revêt une grande importance pratique à la fois pour les techniciens du droit et les parties en cause.

Texte de la réponse

Aux termes de l'article 1er du code des marchés publics, un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur et un opérateur économique pour répondre à ses besoins en matière de travaux, de fournitures ou de services. Dans le cas particulier où l'expert désigné sollicite des travaux, non directement intégrés aux frais d'expertise, cas qui devrait rester exceptionnel, la réponse précédente conserve sa pertinence. Ces travaux complémentaires sont demandés à l'initiative de l'expert et s'inscrivent dans le cadre de la bonne exécution de sa mission. Ils ne répondent pas directement à un besoin de la personne publique, mais bien à celui de la justice administrative. La personne publique n'a d'ailleurs pas le choix du contenu de ces travaux et ne sera pas à l'origine des prescriptions du cahier des charges. Par conséquent, ils ne peuvent être qualifiés de marchés publics et échappent à l'application du code des marchés publics.

Par albert.caston le 13/06/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 4 mois

14ème législature

Question N° : 22650 de M. Gérald Darmanin ( Union pour un Mouvement Populaire - Nord ) Question écrite

Ministère interrogé > Justice Ministère attributaire > Justice

Rubrique > droit pénal Tête d'analyse > procédure pénale Analyse > jurés populaires. suppression

Question publiée au JO le : 02/04/2013 page : 3482

Réponse publiée au JO le : 11/06/2013 page : 6204

Texte de la question

M. Gérald Darmanin interroge Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l'expérimentation des jurés populaires dans les tribunaux correctionnels. Elle a en effet annoncé, le lundi 18 mars 2013, que l'arrêt de l'expérimentation de cette mesure prise durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy serait effectif le 30 avril 2013. Cette décision est malheureuse en ce qu'elle remet en cause un dispositif permettant une proximité plus grande entre la justice et les citoyens. Il lui demande de bien vouloir lui préciser les motivations de cet abandon.

Texte de la réponse

La garde des sceaux, ministre de la justice, a signé le 18 mars 2013 un arrêté mettant un terme à l'expérimentation de la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale dans les cours d'appel de Dijon et Toulouse afin que cette expérimentation s'arrête à la date du 30 avril 2013. Cette décision a été prise après qu'elle ait fait procéder à une évaluation complète de l'expérimentation mise en place dans les deux cours d'appel de Toulouse et Dijon. Le rapport remis le 28 février 2013 par MM. Didier Boccon-Gibod, premier avocat général à la Cour de cassation, et Xavier Salvat, avocat général à la Cour de cassation, constate qu'en dépit de certains aspects positifs, dont la motivation des citoyens impliqués et leur intérêt pour cette expérience, la réforme des citoyens assesseurs a augmenté le coût de la justice et allongé les délais d'audiencement sans que l'image de celle-ci ne s'en trouve améliorée. Par ailleurs, la présence des citoyens assesseurs a été sans effet sur le cours de la jjustice et le prononcé des peines. La réflexion sur l'association des citoyens à la justice se poursuit selon d'autres manières. C'est l'un des axes du groupe de travail sur l'organisation judiciaire que la garde des sceaux a mis en place. Des citoyens rendent tous les jours la justice, qu'il s'agisse de juges de proximité, de conseillers de prud'hommes, de juges consulaires ou d'assesseurs au tribunal pour enfants. Ce sont ces modèles qu'il conviendrait de davantage développer.