albert.caston

juil
03

Bis repetita

Par albert.caston le 03/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

COMMUNIQUE DU SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

Paris, le 2 juillet 2014

Bis repetita

C’est maintenant devenu classique, chaque fois qu’une personnalité politique
est mise en cause dans une affaire judiciaire, elle tente de détourner
l’attention en accusant ses juges d’acharnement, de partialité ou de vindicte
personnelle. Nicolas Sarkozy ne déroge pas à cette règle.

En mars 2014, il comparait la police et la justice française à la Stasi.
Aujourd’hui mis en examen pour des faits d’une particulière gravité, portant
atteinte à la probité publique et à la confiance des citoyens dans nos
institutions, sa stratégie de défense reste la même. Il persiste à tenter de
jeter le discrédit sur ceux dont la profession est de rechercher la
manifestation de la vérité.

C’est maintenant la supposée appartenance syndicale des magistrats qui le
priverait du droit à voir son affaire traitée par un juge impartial. Il fait
l’amalgame entre la critique par un syndicat, personne morale, d’une politique
menée et l’action d’un magistrat directeur d’enquête, dans le cadre de ses
fonctions. Il feint d’ignorer qu’un juge, même syndiqué – ce qui est un droit
constitutionnellement reconnu – n’en est pas moins impartial. Parce que,
comme tout magistrat, il respecte les règles du procès équitable et du
contradictoire qui garantissent à chacun d’être jugé sans a priori.

En réalité, tout juge est quotidiennement amené à prendre des décisions à
l’égard de personnes dont il ne partage pas nécessairement les convictions
politiques, religieuses, les choix de vie, les comportements. Mais cela ne
l’empêche pas d’agir en toute impartialité et avec professionnalisme.
Et comme tous ces justiciables, Nicolas Sarkozy bénéficie naturellement de la
présomption d’innocence et des droits de la défense. Mais de grâce, qu’il en
réserve l’exercice au prétoire, afin que, pour lui comme pour tous, la justice
puisse travailler en toute sérénité !

SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

12-14 rue Charles Fourier
75013 PARIS
Tel 01 48 05 47 88
Fax 01 47 00 16 05
Mail : contact@syndicat-magistrature.org
site : www.syndicat-magistrature.org

Par albert.caston le 03/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

A voir sur :
http://castonblog.blogspot.fr/

Marchés publics d'assurance : solution de base et ...
Assurance - déclaration tardive - déchéance - cond...
Transaction et nécessité de concessions réciproque...
Assurance-construction - Activité non garantie - A...
Interruption de la prescription décennale : non-re...
Le secret des conversations entre un avocat et son...
AIDE JURIDICTIONNELLE : Mouvement national d'actio...

Et beaucoup d'autres encore !

Rappel :

Je ne suis pas averti de l’arrivée de vos commentaires. Il est donc préférable de m’envoyer un mail : acaston@ccgmlavocats.com
ou d’aller directement sur

http://castonblog.blogspot.fr/

Par albert.caston le 03/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

Ecoutes téléphoniques :

le Bâtonnier de Paris proteste contre la retranscription des conversations entre un avocat et son Bâtonnier

Le Bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, a appris avec consternation qu’une conversation qu’il avait eue avec Maître Thierry Herzog avait été écoutée et retranscrite dans un dossier d’instruction concernant cet avocat.

Cette pratique est inadmissible.

Pierre-Olivier Sur entend rappeler que les conversations entre un avocat et son Bâtonnier doivent être regardées comme couvertes par le secret le plus absolu. L’avocat doit en effet pouvoir se confier à son Bâtonnier sans craindre que ses propos soient retranscrits, voire utilisés contre lui.

Le Bâtonnier est le confident naturel de tous les membres de son barreau. Les conversations qu’il entretient avec eux ne sauraient en aucune façon être divulguées. Le Bâtonnier de Paris proteste contre la retranscription et l’utilisation de ses échanges avec Maître Thierry Herzog.

N’étant pas partie à la procédure, le Bâtonnier ne peut exercer à l’encontre de cette retranscription aucune voie de recours. Il invite toutefois l’ensemble des protagonistes à faire respecter ces principes essentiels

Par albert.caston le 02/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

Malgré la forte mobilisation des avocats et des Ordres lors des journées nationales d'action des 5 et 26 juin 2014, le Ministère de la Justice n'a retenu aucune des propositions de la profession et poursuit au contraire sa réflexion tendant à instaurer une taxe inacceptable sur le chiffre d'affaires des cabinets d'avocats.

Par une décision unanime, le Conseil de l'Ordre de Paris a décidé de s'associer au mouvement national d'action et à la grève totale des audiences. Il invite les avocats parisiens à prendre part à la manifestation qui sera organisée par le Conseil national des barreaux le 7 juillet 2014 à 14h00.

Cette manifestation partira de la Trinité en direction de l'Hôtel Matignon en passant par l'Opéra.

Par albert.caston le 01/07/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

Au 1er juillet 2014, 15 nouveaux billets d’informations juridiques importantes récentes sur mon blog libre ...

A voir sur :
http://castonblog.blogspot.fr/

1. Etude d'un cas clinique de prescription lucrative
2. Un "droit à l'oubli" numérique consacré par la CJU...
3. "Ecologisation" du droit civil des biens à l'aune ...
4. Caractère légal du partenariat public-privé pour l...
5. La consécration du concept d'obligation environnem
6. Les conséquences dramatiques de la suppression des...
7. Loi PINEL, baux, artisanat et entreprises individu...
8. Grève des avocats JEUDI 26 JUIN 2014
9. Obligation pour les artisans de mentionner sur dev...
10. Compétence du Conseil d'Etat et décisions du Burea...
11. Dommages ouvrage - Irrecevabilité de toute demande...
12. Assurance dommages ouvrage - délai de 60 jours imp...
13. Responsabilité contractuelle - erreur d'implantati...
14. Loi sur la sous-traitance - Caution - QPC - Consti...
15. Travaux supplémentaires sur demande orale

Et beaucoup d'autres encore !

Rappel :

Je ne suis pas averti de l’arrivée de vos commentaires. Il est donc préférable de m’envoyer un mail : acaston@ccgmlavocats.com
ou d’aller directement sur

http://castonblog.blogspot.fr/