Par albert.caston le 20/05/10

C'est là et c'est superbe.

Ne la manquez pas !

Par albert.caston le 18/05/10

C'est là, et c'est très chouette !

Par albert.caston le 05/05/10

C'est là ...

Fugues, un autre regard sur la musique classique

Dans le langage de la musique classique, la fugue est un fragment mélodique répété, un procédé censé procurer une sensation de fuite. Cette forme d'écriture a également inspiré son nom à un projet vidéo hors norme, Fugues.cc. Son credo ? "filmer la musique classique différemment", une échappée loin des institutions et des salles de concert feutrées. Produit par la compagnie française Providences et parrainé par Arte, ce site propose des performances de musique classique filmées dans des lieux improbables, scènes de la vie quotidienne. Exemple, les pointures Edna Stern et Alexander Gurning se relayant sur un piano à queue disposé au milieu d'une patinoire ouverte au public. Autre performance symbolique, "L'art de la fugue", de Beethoven, considéré par les mélomanes comme une référence en la matière, interprété dans la cour d'un hôpital psychiatrique par le quartuor à cordes Diotima. Autre curiosité, la série intitulée "Cadavres occis" recense des vidéos irregardables de reprises de chefs-d'oeuvre

Source :

Le Monde.fr - lettre checklist (version HTML) [checklist-html@listes.lemonde.fr]

Par albert.caston le 27/03/10

Le souci de la perfection extrême ! ...

Agrandissez pour voir le "détail des détails".

Par albert.caston le 27/03/10

C'est comme un jardin, au dessus de Menton, loin de tout, calme et ensoleillé, dans la vallée du Borrigo. Je me suis toujours demandé à quoi correspondait ce nom ?

Par albert.caston le 25/03/10

Pris sur : http://www.aerobuzz.fr/spip.php?article664

lundi 22 mars 2010

Ricardo Mortora et son équipage, ont amélioré le record de Steve Fossett de plus de neuf heures. Le Sabreliner 65 s'est reposé, dimanche 21 mars 2010, vers 17h00.

Le vol autour du monde s'est déroulé comme prévu... ou presque. C'est précisément cette part d'impondérable qui donne du piquant à une tentative et fait qu'un record n'est jamais gagné d'avance. Le moment critique s'est produit entre Montréal et Keflavik, quand le contrôle a contacté l'équipage pour lui annoncer que tous les terrains d'Islande étaient fermés pour cause d'éruption volcanique.

« Nous étions au-dessus du Groenland quand nous avons reçu l'info », explique Flavien Guderzo, l'un des deux copilotes. « Le commandant de bord qui connaît bien les terrains du Groenland a estimé que nous étions trop fatigués pour négocier un atterrissage de nuit au fond du fjord. Il a préféré rebrousser chemin et descendre sur Goose Bay ». A ce moment du vol, l'équipage était sur une base d'un record en 53 h de vol. La marge était suffisante. La seule incertitude résidait dans le temps qu'il lui faudrait pour faire les pleins et surtout redéposer les plans de vol et obtenir la clearance océanique. Depuis Genève, Tom Zorma, le routeur a fait un remarquable travail. L'escale a été négociée en 64 minutes. Il a du également tracer une nouvelle route pour revenir sur Genève.

Initialement, de Keflavik, le Sabreliner 65 devait descendre sur Casablanca avant de remonter sur Genève. En passant maintenant par Shannon (depuis Goose Bay), cela impliquait de descendre un peu plus au sud. D'où l'option de Marrakech. « Il est évident que notre demi-tour n'est pas pris en compte par la FAI dans le calcul de la distance totale qui doit être équivalente au tour du monde à l'équateur ».

Le Sabreliner 65 s'est posé dimanche 21 mars 2010 vers 17h00 sur l'aéroport de Genève. Record pulvérisé pour Ricardo Mortora qui est toujours resté aux commandes. Ses deux jeunes copilotes, son fils Gabriel, et le français Flavien Guderzo, se sont relayés en place droite. Trois passagers étaient également à bord.

Gil Roy

Par albert.caston le 24/03/10

Pris sur http://www.eurocockpit.com/

publié le 14 mars 2010 à 11:01 par Alain PIA.

En aéronautique, le sensationnel prend très vite le pas sur les faits techniques que peu de commentateurs prennent le temps d'assimiler. C'est dommage...

Le faux vrai pilote

Ainsi on a pu lire ici et là qu'un faux pilote a volé pendant des années avant de se faire arrêter à Amsterdam la semaine passée, laissant entendre que n'importe qui pouvait s'asseoir dans un cockpit en place gauche, glaçant d'effroi les pauvres passagers. En réalité, il faut savoir que tout pilote de ligne doit avoir un brevet théorique en premier lieu, ce qui lui donne ensuite accès à une licence de vol obtenue après une formation et des examens pratiques. Cette licence est régulièrement renouvelée après des contrôles au simulateur et en vol.

Autrement dit, il ne risque pas d'y avoir de "faux pilotes" dans un cockpit... Toutefois, certains pilotes (très peu nombreux) "arrangent" leur brevet, voire leur licence, et profitant du marché mondial où beaucoup de pays reconnaissent les licences des autres pays, se font embaucher loin de chez eux puis passent avec succès les examens pratiques dans la nouvelle compagnie. C'était le cas de ce pilote suédois, habitant à Milan et volant pour la compagnie turque Corendon Airlines, après avoir volé dans plusieurs autres compagnies.

En France, deux petits malins avaient même falsifié leurs documents pour voler sur B737 dans leur propre compagnie il y a quelques années... Il est arrivé que les couloirs d'une ou deux compagnies aient pu bruire du cas d'un pilote obligé de (re)passer en catastrophe un certificat théorique douteux (une équivalence mal gérée au fil des changements incessants du régime des examens à une époque).

Mais de faux pilotes il n'a jamais été question : le métier ne s'apprend pas sur Flight Simulator ;-)...

Le vrai faux crash évité

Cette semaine, on ne parle que de crash évité à Nice de justesse et chacun de (faire) croire qu'un Airbus d'Air France partant pour Paris n'a dû son salut qu'en piquant à mort vers la montagne pour éviter un jet privé. Les journaux télévisés rivalisent d'animations montrant une collision certaine.

En fait, mercredi vers 16h30 l'A319 a décollé de la piste 22 et a effectué la procédure de départ standard vers la mer avant de tourner vers les Alpes. L'avion suivant était un jet privé suisse qui semble ne pas avoir respecté le cheminement standard et qui, par son taux de montée élevé, allait ainsi croiser de trop près la trajectoire de l'Airbus.

Les contrôleurs, le logiciel dédié du radar au sol et les systèmes anticollisions embarqués (TCAS) des deux avions ont tous détecté le problème. Dans ce cas, les pilotes doivent suivre les "ordres" de leurs systèmes embarqués qui "dialoguent" entre eux : l'Airbus a cessé sa montée pour redescendre quelque peu tandis que le jet privé a poursuivi la sienne.

Les deux avions sont ainsi passés à plus de 2.500m de distance avec un étagement de 120m. Il s'agit d'un incident (airprox) comme il en arrive souvent dans le monde et non d'un quasi-crash. Le dernier en France qui avait fait parler de lui mettait en scène un avion ministériel et un petit avion d'aéroclub. Souvenez-vous, d'après certains notre Premier ministre avait failli périr...

Par albert.caston le 21/03/10

Source : http://avherald.com/h?article=42620150&opt=0

Le texte de l'article en traduction automatique ...

Accident: B744 Cargolux à Luxembourg le 21 janvier 2010, a touché van sur la piste pendant l'atterrissage

Par Simon Hradecky, créé le jeudi 21 janvier 2010 21:15 Z, dernière mise à jour le mercredi 24 février 2010 21:12 Z

Le toit de la fourgonnette (Photo: ChristiaanJ)

Un Cargolux cargo Boeing 747-400, immatriculé LX-OCV spectacle de vol CV-7933 de Barcelone, SP (Espagne) à Luxembourg (Luxembourg) avec 3 membres d'équipage, a été autorisé à atterrir sur la piste du Luxembourg 24 en faible visibilité due au brouillard (RVR 350 mètres), lorsque l'un des pneus touché le toit d'une camionnette stationnée sur la piste à 1253 L (11:53 Z). L'avion a atterri en toute sécurité, le conducteur de la fourgonnette échappé avec un simple choc, la camionnette a reçu des dommages importants, l'avion a subi des dommages au pneu.Ministère luxembourgeois des Transports signalé, que la fourgonnette avait engagé sur la piste pour effectuer un travail d'entretien de l'éclairage au sol de la piste. Trois enquêtes ont été lancées. Le ministère n'a pas dit non, que la fourgonnette avait été autorisé à s'engager sur la piste.Tout d'abord les résultats préliminaires des enquêtes sur l'incident ont été libérés le samedi (23 janvier) disant que la camionnette avait été autorisé à s'engager sur la piste pour effectuer un travail de maintenance. A cette époque, le Boeing Cargolux n'avait pas encore commencé son approche.Le 9 février Ministère luxembourgeois des Transports a pris des mesures disciplinaires contre les contrôleurs de la tour suivant de nouveaux résultats de l'enquête sur l'accident. L'enquête a confirmé une irrégularité d'exploitation se sont produits à la tour au moment du Boeing 747 a reçu l'autorisation d'atterrissage en dépit de la piste étant occupée par les travailleurs d'entretien et de leur fourgonnette. En outre, l'enquête met en doute, que les travaux d'entretien nécessaires, en particulier à un moment où les procédures par faible visibilité étaient en vigueur.Le NTSB a rapporté le 24 février, que les conditions CATIIIb prévalaient au moment de l'atterrissage. La fourgonnette a reçu substantielle, l'avion a subi des dommages mineurs. L'équipage de 3 sur le bord de l'avion et de deux préposés à l'entretien de la piste est restée intacte. L'événement a été noté un accident, le NTSB a assigné un représentant accrédité pour participer à l'enquête par l'administration luxembourgeoise des Enquêtes Techniques.

Et en VO :

Accident: Cargolux B744 at Luxembourg on Jan 21st 2010, touched van on runway during landing

By Simon Hradecky, created Thursday, Jan 21st 2010 21:15Z, last updated Wednesday, Feb 24th 2010 21:12Z

The roof of the van (Photo: ChristiaanJ)

A Cargolux Boeing 747-400 freighter, registration LX-OCV performing flight CV-7933 from Barcelona,SP (Spain) to Luxembourg (Luxembourg) with 3 crew, was cleared to land on Luxembourg's runway 24 in low visibility due to fog (RVR 350 meters), when one of the tyres impacted the roof of a van parked on the runway at 12:53L (11:53Z). The airplane landed safely, the driver of the van escaped with just a shock, the van received substantial damage, the airplane suffered damage to the tyre.Luxembourg's Ministry of Transport reported, that the van had entered the runway to perform maintenance work at the runway ground lighting. Three investigations have been initiated. The Ministry did not tell, whether the van had been cleared to enter the runway.First preliminary results of the investigations into the incident were released on Saturday (Jan 23rd) stating, that the van had been cleared to enter the runway to perform maintenance work. At that time the Cargolux Boeing had not yet begun its approach.On Feb 9th Luxembourg's Ministry of Transport initiated disciplinary action against tower controllers following further results of the investigation into the ocurrence. The investigation confirmed an operating irregularity had occured at the tower when the Boeing 747 received landing clearance despite the runway being occupied by the maintenance workers and their van. In addition, the investigation puts into doubt, that the maintenance work was necessary, particularly at a time when low visibility procedures were in effect.The NTSB reported on Feb 24th, that CATIIIb conditions prevailed at the time of the landing. The van received substantial, the aircraft minor damage. The 3 crew on board of the aircraft and two maintenance workers on the runway remained uninjured. The occurrence has been rated an accident, the NTSB has assigned an Accredited Representative to participate in the investigation by the Luxembourg Administration Des Enquêtes Techniques.

Par albert.caston le 17/03/10

The great Trans Siberian Railway, the pride of Russia, goes across two continents, 12 regions and 87 cities. The joint project of Google and the Russian Railways lets you take a trip along the famous route and see Baikal, Khekhtsirsky range, Barguzin mountains, Yenisei river and many other picturesque places of Russia without leaving your house. During the trip, you can enjoy Russian classic literature, brilliant images and fascinating stories about the most attractive sites on the route. Let's go!

Tout le voyage filmé par la fenêtre : phénoménal !

C'est là :

http://www.google.ru/intl/ru/landing/transsib/en.html

Par albert.caston le 13/03/10

C'est là ...

Et nous sommes tristes.