Jan
09
Militaire : une mutation doit-elle tenir compte de la situation de famille du militaire ?

OUI : dans toute la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service. Même si les militaires peuvent être appelés à servir en tout temps et en tout lieu, l'article L.4121-5 du code de la défense dispose que dans toute la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service, les mutations tiennent compte de leur situation de famille, notamment lorsque, pour des raisons professionnelles, ils sont séparés de leur conjoint ou du partenaire avec lequel ils sont liés par un pacte civil de solidarité. (PACS).

L'article L.4121-5 du code de la défense dispose que :

« Les militaires peuvent être appelés à servir en tout temps et en tout lieu.

Dans toute la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service, les mutations tiennent compte de la situation de famille des militaires, notamment lorsque, pour des raisons professionnelles, ils sont séparés :

1° De leur conjoint ;

2° Ou du partenaire avec lequel ils sont liés par un pacte civil de solidarité, lorsqu' ils produisent la preuve qu'ils se soumettent à l'obligation d'imposition commune prévue par le code général des impôts ;

La liberté de résidence des militaires peut être limitée dans l'intérêt du service.

Lorsque les circonstances l'exigent, la liberté de circulation des militaires peut être restreinte. »

Dans son arrêt en date du 13 janvier 1988, le Conseil d'Etat rappelle qu'il appartient à l'autorité militaire compétente d'apprécier l'intérêt du service pour prononcer la mutation des personnels et leur affectation et définir les missions à leur confier.

SOURCE : Conseil d'Etat, 10 SS, du 13 janvier 1988, 76303, inédit au recueil Lebon

Il faut noter que la nouvelle affectation d'un militaire séparé de la mère de ses enfants, prononcée dans l'intérêt du service eu égard aux besoins en personnel de l'armée, contraint nécessairement l'intéressé à modifier le mode de garde de ses enfants, et porte ainsi, nonobstant le statut du militaire et les conditions de service propres à l'exercice de la fonction militaire, une atteinte disproportionnée au droit de l'intéressé au respect de sa vie privée et familiale au sens des dispositions de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

SOURCE : Tribunal administratif d'Orléans, 1ère Chambre, 27 janvier 2011, n°0803818.

Commentaires

Mais il est vrai que: "(...) les militaires ne détiennent aucun droit à obtenir une affectation conforme à leurs voeux, quels que soient les motifs, notamment familiaux, qu'ils invoquent" (Voir en ce sens Tribunal administratif de Rennes, 27 avril 2000, Monsieur B.).

Nom: 
Stéphane.
Site: 
http://

Bjr, Le jugement du Tribunal administratif d'Orléans a été annulé par la décision du Conseil d'Etat n° 347717 en date du 03 février 2012. Confirmation ainsi de la décision que vous citez (CE 02/02/2011, requête n° 326768), ce qui corrobore aussi l'arrêt du Conseil d'Etat daté du 10 décembre 2003 (requête n° 235640) et celui de principe du 13 janvier 1988 (CE n° 76303). Cdlt, Stéphane.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA