Par andre.icard le 10/05/15

Le Tribunal administratif de Strasbourg  (ICI) et la cour administrative d’appel de Nancy (ICI) mettent en ligne les rôles des prochaines séances publiques et de lecture (sous réserve bien sûr de modifications éventuelles).

Personnellement, cela me donne une idée sur ma position sur le rôle, pour apprécier mon heure  de passage, et sur l’identité des avocats susceptibles d’être présents ou substitués ce jour là, afin d’éventuellement leur demander de me remplacer dans le cas où je ne pourrais pas me déplacer du fait de mon emploi du temps chargé en région parisienne. 

De plus, ça peut éviter d'attendre des heures le passage de son affaire, car les affaires sont de moins en moins évoquées en suivant l'ordre d'arrivée des avocats, ou en prenant en compte l'ancienneté de l'avocat ou en donnant la priorité au avocats extérieurs ou aux avocats aux conseil, mais simplement dans l'ordre naturel du rôle, et que les parties soit assistées (représentées) ou non par un avocat.

C'est ainsi, que parfois convoqué à 13 heures 30, vous passez à 17 heures après avoir entendu de longues plaidoiries d'assises et la lecture exhaustive des longues conlusions du rapporteur public obligé de répondre aux nombreux moyens de droit soulevés par les parties. Et le temps de l'avocat, c'est de plus en plus de l'argent !

(Cf : mes audiences de la semaine dernière)

C'est pourquoi, il faut espérer qu'à l'heure de la dématérialisation des procédures et de l'Internet, cette heureuse initiative soit suivie par d'autres juridictions et pourquoi pas généralisée.

Pour contacter : Maître André ICARD

 Cabinet d’Avocats André ICARD
64, avenue Louis Aragon – 94800 VILLEJUIF
Métro ligne 7 (Plaque bleue) : Villejuif – Louis Aragon
Tél : 01 46 78 76 70 – Fax : 01 46 77 04 27 – Courriel : 

Site Internet : www.jurisconsulte.net

Par andre.icard le 17/02/15

EN BREF : c'est un arrêt du Conseil d'Etat en date du 29  juillet 1998 qui résume le mieux le rôle du rapporteur public devant une juridiction administrative, encore appelé à l'époque « commissaire du gouvernement », comme ayant pour mission d'exposer les questions que présente à juger chaque recours contentieux et de faire connaître, en formulant en toute indépendance ses conclusions, son appréciation, qui doit être impartiale, sur les circonstances de fait de l'espèce et les règles de droit applicables ainsi que son opinion sur les solutions qu'appelle, suivant sa conscience, le litige soumis à la juridiction à laquelle il appartient, prononce ses conclusions après la clôture de l'instruction à laquelle il a été procédé contradictoirement. L'exercice de cette fonction n'est pas soumis au principe du contradictoire applicable à l'instruction. 

Il suit de là que, pas plus que la note du rapporteur (1) ou le projet de décision, les conclusions du commissaire du gouvernement - qui peuvent d'ailleurs ne pas être écrites - n'ont à faire l'objet d'une communication préalable aux parties, lesquelles n'ont pas davantage à être invitées à y répondre.

  • (1) Le conseiller rapporteur est un conseiller du tribunal administratif ou de la cour administrative d'appel, chargé :
  • d'instruire le dossier présenté à la juridiction administrative ;
  • de rédiger un projet de décision ainsi qu'une note explicative ;
  • d'exposer aux membres du tribunal administratif ou de la cour administrative d'appel les circonstances de fait et de droit du litige qui leur est soumis. 

SOURCE : Conseil d'Etat, 5 / 3 SSR, du 29 juillet 1998, 179635 180208, publié au recueil Lebon 

Pour contacter : Maître André ICARD

Cabinet d'Avocats André ICARD
Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne
64, avenue Louis Aragon - 94800 VILLEJUIF
Métro : Villejuif Louis Aragon (Ligne 7 - plaque bleue)
Tél : 01 46 78 76 70 - Fax : 01 46 77 04 27
Portable : 06 07 47 95 12
Courriel :
Toque: PC 286