Jan
11
France, année zéro (07/01)

Je ne pouvais pas ne pas réagir aux 72 heures tragiques que l’on vient de vivre en France et qui ont coûté la vie à 17 victimes.

En effet, l’attaque sauvage et abjecte qui a été perpétrée contre un journal satirique et l’assassinat sauvage et prémédité de ses principaux journalistes et collaborateurs, de trois policiers, ainsi que des clients d’une épicerie casher le lendemain, à Paris, m’a choqué profondément. C’était le 11 septembre 2001, en France.

En voulant tuer « Charlie Hebdo », les barbares l’ont rendu immortel. Un million d’exemplaires seront, d’ailleurs, disponibles lors de la prochaine édition de mercredi prochain et j’en achèterai un avec plaisir.

La France de Voltaire (« Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. »), de mai 68 (« Il est interdit d’interdire »), de la Révolution (Article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. ») tient et a toujours tenu à cœur la défense et la protection de cette liberté individuelle et ce legs à l’humanité doit nous rendre fiers.

Le peuple français est heureusement assez mûr pour ne pas faire des amalgames. Il sait qu’il ne faut surtout pas tomber dans le piège de la fameuse « lutte des civilisations », voulue insidieusement par les auteurs forcement provocateurs de ces actes violents et aveugles.

La lutte actuelle contre le terrorisme suppose une réponse plus adaptée aux nouveaux défis du moment (Internet, réseaux sociaux…). Le terrorisme a muté et s’est fondu entre nous tous et il faut avec urgence sortir de l’angélisme en ce domaine. Je suis nonobstant sûr et certain que la République vaincra à terme.

Je suis, finalement, inconditionnellement pour la liberté d’expression, pour la liberté de penser, pour la liberté de rire, pour la liberté de lire ou de ne pas lire les derniers livres de Zemmour ou de Houellebecq et, aujourd’hui, dimanche 11 janvier 2015, jour historique de la grande « marche républicaine », j’ai envie tout simplement de scander : « Je suis la France éternelle ».

 

Maître Angel LA TORRE

Avocat au Barreau de PARIS

marche républicaine

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA