angel.la-torre

Par angel.la-torre le 29/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Para reflexionar.

Par angel.la-torre le 28/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Mercredi 8 avril dans plusieurs dizaines de villes en France, des milliers de personnes se rendront devant les différents palais de justice pour se constituer prisonniers.

Parce qu'aujourd'hui, en France, accueillir, accompagner ou simplement aider une personne sans-papiers est devenu un délit...

Comme le précise l'article L 622-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile : « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d'un étranger en France sera puni d'un emprisonnement de 5 ans et d'une amende de 30 000 euros ».

Parce que le gouvernement français s'est donné comme objectif en 2009, l'interpellation de 5000 aidants et de 5 500 en 2011, en assimilant citoyens solidaires et militants bénévoles aux trafiquants de main d'oeuvre et autres passeurs....

Mercredi 8 avril, nous serons donc des milliers affirmant avoir un jour aidé un homme ou une femme sanspapiers en difficulté. Nous serons des milliers de citoyens décidés à rester des « aidants » et à affirmer que l'humanité et la solidarité sont des principes supérieurs sans lesquels il n'y a pas de société digne de ce nom.

Cette mobilisation citoyenne nationale ne sera qu'une première étape. Quelques jours plus tard, une proposition de loi rédigée par le collectif associatif sera portée devant le Parlement. Cette proposition visera à :

* réaffirmer le principe de l'accueil inconditionnel dans les structures associatives susceptibles d'accueillir des migrants ;

* dépénaliser les « aidants » ;

* interdire les interpellations de personnes en situation irrégulière dans les lieux d'accompagnement et d'accès aux droits (éducation, santé....).

Montreuil, le 27 mars 2009

Organisations signataires : La Cimade, Comede, Emmaüs France, Fasti, Fédération entraide protestante, Fnars, Gisti, Ligue des droits de l'homme, RESF, SAF (Syndicat des avocats de France), Secours catholique, SOS racisme, Uniopss

Par angel.la-torre le 27/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Le maire de la ville colombienne Medellin, Alonso Salazar, a exprimé jeudi la volonté d'organiser en novembre dans sa ville le 3e sommet sino-latino-américain des entreprises.

"Nous attendons avec impatience d'organiser le sommet dans notre ville. Nous avons présenté la ville aux organisateurs chinois et ils ont été émerveillés par Medellin," a indiqué M. Salazar à Xinhua.

Medellin est située à 200 km au nord-ouest de la capitale colombienne Bogota. La Colombie sera le pays hôte du 3e sommet sino-latino-américain des entreprises.

"Nous avons organisé plusieurs événements importants tels que le 60e anniversaire de l'Organisation des Etats américains et la réunion annuelle de la Banque interaméricaine de développement. Nous nous apprêtons également à organiser les Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes en 2010," a-t-il ajouté.

Dépêche XINHUA de ce jour.

Par angel.la-torre le 25/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

El estatuto de auto-empresario en Francia ha tenido una gran acogida por parte de los ciudadanos que se han lanzado masivamente (90 000 inscripciones hasta el momento, según las últimas estimaciones) a crear a ritmo sostenido una actividad independiente y que permitirá de aumentar, según las mismas estimaciones, de un medio punto el crecimiento anual de la economía francesa.

REGIMEN SOCIAL

El auto-empresario tiene un régimen simplificado de cálculo y de pago de las cotizaciones sociales que le abre los derechos a la protección social completa (enfermedad, desempleo, CSG, CRDS...) y a la jubilación.

Un formulario permitirá de declarar cada trimestre o -a partir de julio del presente año- mensualmente el volumen de negocios realizados en curso de un período determinado y de pagar las cotizaciones sociales correspondientes. Esta declaración podrá asimismo hacerse por Internet.

El monto de las cotizaciones sociales se conocerá inmediatamente debido a que éste será igual al :

• 12 % del volumen de negocios libre de impuestos para las actividades de compra y venta de mercancías, de objetos, de alimentos para llevar o para consumir en el lugar y para el suministro de alojamiento ;

• 21.3 % del volumen de negocios libre de impuestos para los prestatarios de servicios sujetos a los beneficios industriales y comerciales (BIC) ; y desde el 19 de febrero 2009 último,

• 21.3 % del volumen de negocios libre de impuestos para las profesiones liberales no reglamentadas que dependan de la Caja Interprofesional de Previsión y de Seguro de Vejez (CIPAV, por sus siglas en francés).

El principio es que hay que cotizar desde el primer euro realizado dentro del volumen de negocios del período calculado.

En otras palabras, hay que notar que en este régimen, si no hay ningún ingreso no hay nada a pagar.

No hay, en consecuencia, tampoco ninguna cotización social a regularizar durante el siguiente año de ejercicio.

REGIMEN FISCAL

El estatuto de auto-empresario se encuentra obligatoriamente inscrito dentro del régimen fiscal de la micro-empresa.

En consecuencia, el auto-empresario no está sometido a la cotización del IVA. De manera que el auto-empresario no podrá ni colectar ni recuperar el mismo.

El impuesto a la renta podrá ser cancelado según 2 modalidades de imposición :

• Sea mediante el cálculo y el pago del impuesto el año siguiente de la realización de los beneficios ; o

• Sea mediante el nuevo régimen micro-fiscal simplificado con el pago liberatorio del impuesto a la renta.

El principio del pago liberatorio del impuesto a la renta consiste en declarar y pagar el impuesto a la renta cada trimestre y a partir de julio próximo, cada mes. Es lo que se denomina retención en la fuente, mecanismo fiscal totalmente inédito en Francia.

Así, el monto del impuesto a la renta corresponderá a un porcentaje de los ingresos cobrados durante un periodo determinado.

Este monto es de :

• 1 % del volumen de negocios libre de impuestos para las auto-empresas que tengan como actividad la compra y la venta de mercancías o el suministro de alojamiento ;

• 1.7 % del volumen de negocios libre de impuestos para las auto-empresas que tengan como actividad los servicios y que dependan de los beneficios industriales y comerciales (BIC) ; y

• 2.2 % del volumen de negocios libre de impuestos para las auto-empresas que tengan como actividad el ejercicio de las actividades liberales mencionadas líneas arriba.

Asimismo el auto-empresario que opte por el pago liberatorio del impuesto a la renta estará exonerado del impuesto profesional durante un plazo máximo de 3 años.

DISOLUCION DEL ESTATUTO DE AUTO-EMPRESARIO

El auto-empresario puede cerrar su actividad fácilmente gracias a una formalidad muy simplificada, sea ante el Centro de Formalidades de las Empresas (CFE), sea por Internet.

Visto que las cargas sociales y los impuestos son pagados a medida del volumen de negocios realizados, el auto-empresario no deberá entonces abonar nada a la cesación de su actividad.

Esperemos nomás que este nuevo estatuto de creación de empresas sea una buena oportunidad para todos aquellos que, dentro de la comunidad latinoamericana en Francia, se atrevan decididamente a emprender un negocio en este país.

Angel LA TORRE

Abogado inscrito en el Colegio de Abogados de PARIS

Móvil: 06 37 70 70 66

Par angel.la-torre le 24/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

El 1ero de enero del presente año se ha producido una revolución técnica, administrativa y cultural en la creación de nuevas empresas en Francia.

En efecto, a partir de ese primer día del 2009, un régimen totalmente inédito ha visto la luz en este país donde el culto a las grandes empresas es la regla y el aliciente al ejercicio en forma individual la excepción.

Se trata del estatuto de auto-empresario que comentaremos en dos partes (este mes y el próximo) y que está abierto a todos los que desean, casi sin distinción, crear su propia actividad.

Así este nuevo estatuto es compatible y está destinado, a partir de los 18 años de edad, a los desempleados, a los estudiantes, a los asalariados, a los funcionarios, a los jubilados, a los artesanos, a los comerciantes y a partir de mediados del presente mes de febrero a las profesiones libérales que dependan del sistema de jubilación del régimen social de los independientes (RSI).

Este nuevo estatuto puede asimismo ser ejercido tanto en actividad principal como en actividad secundaria y/o complementaria.

Hervé NOVELLI, secretario de Estado encargado del Comercio, de la Artesanía, de las Pequeñas y Medianas empresas, del Turismo y de los Servicios, así como François HUREL, presidente del Foro empresarial de la OCDE, inspiradores de este proyecto hecho realidad, estiman que el nuevo estatuto va a atraer más de 200 000 nuevos auto-empresarios este año y hasta un millón dentro de los próximos años.

La fuente legislativa de este nuevo régimen se encuentra descrito en el capítulo 1 de la ley de la modernización de la economía nº 2008-776 adoptada el 4 de agosto 2008 y que ordena, entre otras medidas, que el estatuto de auto-empresario esté plenamente en vigor, como exponíamos líneas más arriba, a partir del 1ero de Enero del 2009.

CONSTITUCION

La constitución de este nuevo estatuto de auto-empresario es reducida al máximo. De manera que sólo una simple declaración ante el Centro de Formalidades de las Empresas (CFE) es necesaria. Esta declaración se puede hacer también por Internet a la dirección URL siguiente: www.lautoentrepreneur.fr

No es entonces actualmente necesario declararse ante el registro de comercio y de sociedades (RCS) para los comerciantes ni ante el repertorio de oficios (RM, por sus siglas en francés) para los artesanos, como es el caso hasta hoy para las otras estructuras de ejercicio.

El auto-empresario recibirá sin embargo, a pesar de estas dispensas de inscripción, un número SIRET que lo identificará personalmente.

La reglamentación ligada al ejercicio de una actividad deberá además ser respetada

De otro lado, algunas restricciones son aplicadas en lo que respecta, por ejemplo, la creación de actividades que pertenecen al IVA agrícola y ciertas actividades comerciales o no comerciales como el alquiler de materiales y de bienes de consumo durable, las ventas de vehículos nuevos en los otros países miembros de la UE, el alquiler de inmuebles vacíos dedicados a un uso profesional, entre otras muy limitadas excepciones.

Pero hay que tener bien presente que en realidad el auto-empresario es al final de cuentas un empresario individual (estatuto que existe en Francia desde 1994) y que a ese título está inscrito en el Registro nacional de las empresas (RNE) aún cuando el auto-empresario beneficie particularmente de una serie de medidas simplificadoras asimiladas a este estatuto.

FUNCIONAMIENTO

El funcionamiento del estatuto de auto-empresario ha sido totalmente simplificado con el fin de que esté al alcance de la mayor cantidad de personas que quieran lanzarse a la creación de una actividad independiente.

Hay sin embargo un límite máximo en lo que se refiere al volumen de negocios que el auto-empresario no deberá superar durante un año de ejercicio.

Así, para el año fiscal 2009 este volumen de negocios es el siguiente :

• 80 000 euros libres de impuestos para las actividades comerciales (actividades de compra y venta de mercancías, de objetos, de alimentos para llevar o para consumir en el lugar y para el suministro de alojamiento) ;

• 32 000 euros libres de impuesto para las prestaciones de servicios (otras actividades que no forman parte de aquellas que tienen como límite los 80 000 euros anuales) ;

• 32 000 euros libres de impuestos para las otras prestaciones de servicios, imponibles en la categoría de los beneficios no comerciales (BNC); o sea, principalmente las profesiones liberales ; y

• Si la actividad del auto-empresario es mixta (o sea, comercial y de prestación de servicios) el volumen de negocios libre de impuestos no debe ser en ningún caso mayor de 80 000 euros y, dentro de este monto máximo, el volumen de negocios libre de impuestos inherente a las actividades de servicios no deberá superar los 32 000 euros.

Estos límites serán reevaluados a comienzos de enero de cada año en las mismas proporciones que las tasas de la tabla del impuesto a la renta.

En nuestra segunda entrega, el día de mañana, tocaremos los aspectos sociales y fiscales del auto-empresario así como las modalidades simplificadas de disolución del mismo.

Hasta entonces.

Par angel.la-torre le 23/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Objectif chiffré de reconduites à la frontière pour 2010 : 28 000

Objectif chiffré d'interpellations d'aidants pour 2010 : 5 500

(source : Loi de finances 2009)

Aujourd'hui, en France, il est devenu criminel d'accueillir, d'accompagner, ou seulement d'aider une personne en situation irrégulière.....

Le 18 février 2009, à 7h 45 du matin, la police frappe à la porte de Monique Pouille, 59 ans, bénévole aux Restos du coeur et à l'association Terre d'errance. Depuis deux ans et demi, cette femme organise les dons de nourriture et d'habits pour les migrants qui errent autour de Calais dans l'espoir de passer en Angleterre. Elle recharge aussi leurs portables. Les policiers lui on dit : « on vient vous chercher pour vous mettre en garde à vue, pour flagrant délit d'aide aux personnes en situation irrégulière ».

L'interpellation le 16 février 2009 d'Hamid, un sans-papier accueilli par la communauté Emmaüs de Marseille Pointe-Rouge, s'est transformée le 17 février 2009, en opération policière dans cette communauté. Ainsi, sur décision du parquet de Marseille une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la présence d'éventuels compagnons sans papiers. Dans le même cadre, Kamel un responsable de la communauté a été mis en garde à vue pendant 6 heures le 17 février.

Ces faits s'ajoutent à une liste déjà longue de militants associatifs ou de citoyens ordinaires poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l'égard de migrants privés du droit au séjour. Alors demain, quels gestes du quotidien seront punis pour remplir les objectifs du Ministère de l'immigration ? Votre médecin sera-t-il interpelé pour avoir soigné un sans-papier malade, ou votre facteur pour lui avoir distribué son courrier ? L'instituteur de vos enfants sera-t-il inquiété pour avoir appris à lire à un enfant dont les parents sont en situation irrégulière ?

Nous sommes tous concernés : parce qu' avant d'être « sans-papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.

Alors si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Mercredi 8 avril 2009, à 10h00, devant les palais de Justice de Paris, Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Rennes et ailleurs en France, nous serons 5 500 à nous présenter comme prisonniers volontaires, affirmant avoir, un jour, aidé un homme ou une femme sanspapiers en difficulté. Nous serons 5 500 citoyens décidés à rester des « aidants » !

Si vous souhaitez participer à ces rassemblements, vous pourrez dès vendredi 27 mars vous inscrire sur le site d'Emmaüs France : http://www.emmaus-france.org

D'ici là, pour tout renseignement ou pour faire part de votre participation, n'hésitez pas à prendre contact avec Teddy Roudaut : troudaut@emmaus-france.org – 01 41 58 25 32

SOYEZ NOMBREUX A NOUS REJOINDRE !!!!

Le 23 mars 2009

Premières Associations Partenaires :

Cimade, Comede, Emmaüs France, Fasti, Fédération Entraide Protestante, Gisti, RESF, Uniopss, Secours Catholique

Par angel.la-torre le 22/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Una reflexión en esta pausa dominical:

¿BENDECIR o MALDECIR?

Usted elige.

Par angel.la-torre le 18/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Depuis plusieurs années, mais tout particulièrement au cours des derniers mois, les attaques se multiplient contre le droit des étrangers, et contre les associations et citoyens qui les soutiennent. La solidarité devient un délit, et les chiffres pèsent désormais plus lourd que les hommes puisque c'est au nom d'une politique « performante » en matière d'expulsions que chaque jour des hommes, des femmes et des enfants sont arrêtés, à domicile, au travail ou dans la rue, pour être placés en rétention avant leur expulsion.

TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS ? COUPABLES !

Malgré les discours (discutables parce qu'ils opposent le droit à une vie familiale et privée au travail) sur une immigration de travail qui serait une immigration choisie et les annonces de régularisation des travailleurs étrangers, les critères sont tels que de nombreux étrangers, qui travaillent en France pour certains depuis plusieurs années, sont aujourd'hui arrêtés et expulsés pour avoir, en confiance, signalé leur situation, souvent avec le soutien d'un syndicat ou de leur employeur.

PARENTS D'ENFANTS SCOLARISES ? COUPABLES !

Fichiers d'écoliers imposés aux enseignants, arrestations de parents à domicile avec leurs enfants... La protection des enfants doit primer sur la politique du chiffre les enfants doivent pouvoir grandir et se construire sans subir une politique qui les dépasse. L'école doit rester un lieu d'apprentissage des savoirs et de la vie en société et non pas devenir un lieu d'insécurité.

AMOUREUX FRANCO-ETRANGERS ? COUPABLES !

Etre Français(e) mais amoureux(se) d'un Etranger signifie être suspect. A l'heure des échanges et de la mondialisation nous réclamons pour tous les couples le droit de s'aimer sans avoir à vivre dans la crainte d'un interrogatoire fouillant l'intimité et d'enquêtes sans fin, ou de séparations de plusieurs mois ou parfois plusieurs années.

CITOYENS SOLIDAIRES ? COUPABLES !

De Calais à Marseille, les exemples se multiplient de responsables associatifs et de simples citoyens poursuivis pour aide à l'entrée et au séjour irrégulier d'un étranger. La solidarité n'est pas un délit ! Nous dénonçons l'utilisation abusive de la loi qui visait à sanctionner ceux qui utilisent la misère des migrants à des fins lucratives et non à punir celles et ceux qui agissent en humanité.

SOCIETE CIVILE VIGILANTE ? COUPABLE !

Lors de la création des centres de rétention en 1984, le regard de la société civile, via la présence d'une association, la Cimade, a été voulu par le législateur. La publication du dernier appel d'offres constitue un danger pour la défense des étrangers retenus : il va réduire la mission associative en rétention à une simple information sur les droits en lieu et place d'une aide effective à l'exercice des droits, et mettre en concurrence des associations qui deviennent de fait des prestataires de service. La Cimade a fait, en vain à ce jour, des propositions pour assurer en lien avec d'autres cette mission.

Parce que les reculs sur la condition des étrangers s'inscrivent dans un projet global de société qui vise à affaiblir notre système de protection sociale, les services publics et surtout nos libertés à tous, nous, associations signataires, refusons cette logique de criminalisation et de précarisation des étrangers et de leurs soutiens.

Pour Paris :

RENDEZ-VOUS A 14 HEURES 30

DEVANT LE CIRQUE D'HIVER

Boulevard du Temple - M° Filles du calvaire

Premiers signataires : Gisti, La Cimade, Resf

Par angel.la-torre le 16/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Par deux arrêts du 11 mars 2009, la première chambre civile de la Cour de cassation a statué sur les conditions d'interpellation des étrangers en situation irrégulière.

En l'espèce, les intéressés s'étaient présentés à la gendarmerie sur convocation, pour l'examen de leur dossier de mariage. Ils avaient été placés en garde à vue et le même jour, le préfet avait pris à leur encontre un arrêté de maintien en rétention. Le juge des libertés et de la détention avait constaté l'irrégularité de la procédure et dit qu'il n'y avait pas lieu de prolonger la mesure de rétention.

Au soutien de son pourvoi, le procureur général près la cour d'appel de Lyon soulignait que la convocation s'inscrivait dans l'exécution d'une enquête ordonnée par le procureur de la République, à l'issue d'un signalement d'un officier d'état civil, enquête impliquant la vérification de la situation administrative de l'intéressé, à l'issue de laquelle était intervenue l'interpellation en flagrant délit qui apparaissait ainsi régulière.

La Haute juridiction rejette le pourvoi et considère que les conditions d'interpellation étaient irrégulières. La Cour indique que les gendarmes ont utilisé la convocation des intéressés pour un examen de leur dossier de mariage nécessitant leur présence personnelle, pour procéder à leur interpellation pour délit de séjour irrégulier.

Dépêche sur le site JurisClasseur de ce jour.

Par angel.la-torre le 13/03/09
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Par un arrêt du 11 mars 2009, la première chambre civile de la Cour de cassation a statué sur les conditions de placement en détention des étrangers en situation irrégulière.

En l'espèce, un ressortissant colombien, qui avait fait l'objet d'une décision de refus de séjour, assortie d'une obligation de quitter le territoire national du 25 janvier 2007, s'était rendu dans les locaux de la préfecture le 29 novembre suivant, conformément à la convocation qui lui avait été adressée. Il y avait été interpellé et le préfet avait pris à son encontre une décision de placement en rétention.

Pour déclarer la procédure irrégulière l'ordonnance attaquée a retenu que les conditions d'interpellation étaient déloyales, celle-ci ayant eu lieu alors que l'intéressé avait été convoqué sur sa demande pour l'examen de sa situation administrative.

Cette décision est cassée au visa de l'article 5 de la Convention EDH. La Haute juridiction souligne que l'intéressé a été convoqué par l'administration et que la convocation mentionnait expressément qu'elle avait pour objet l'exécution d'une mesure d'éloignement.

Dépêche JurisClasseur datée de ce jour.