Par angel.la-torre le 10/10/07

C'est aujourd'hui l'inauguration de la flambante neuve « Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration » (CNHI) au palais de la Porte-Dorée à Paris.

Ce bâtiment qui a été construit pour l'Exposition coloniale de 1931 a été transformé, par la suite, en Musée des Arts Africains et Océaniques (MAAO) en 1960.

Pendant l'année 2003, toutes les collections de ce musée ont été transférées, finalement, au nouveau Musée des arts premiers du Quai Branly, très cher à l'ex-président de la République Jacques Chirac.

Comme dans le Musée de l'Immigration de New York, les visiteurs pourront consulter les actes de naturalisation française de leurs aïeux.

Ils pourront aussi laisser, si le souhaitent, un objet utilisé par leurs parents ou grands-parents et qui représente l'histoire de leurs arrivées en France.

L'intention des responsables de la création de ce musée est louable, mais le risque d'amalgame existe, surtout si l'on voit que l'immeuble qui l'abrite a été construit dans un premier temps pour rendre hommage à l'histoire coloniale française et que la création récente d'un -pour beaucoup de gens- discutable ministère de l'Immigration, n'arrange pas les choses à ce sujet.

Sera-t-il vraiment cette crainte la cause de sa « discrète » inauguration de ce jour ?

Par angel.la-torre le 10/10/07

Hoy es la inauguración de la flamante "Cité" nacional de la historia de la inmigración (CNHI) en el Palacio de la Puerta Dorada en París.

Este edificio que fue construido para la Exposición colonial de 1931 se transformó en el Museo de las Artes Africanas y Oceánicas (MAAO) en 1960.

En el año 2003 todas las colecciones fueron transferidas al nuevo Museo del Quai Branly, legado del ex Presidente Jacques Chirac.

Como en el Museo de la Inmigración de Nueva York los visitantes podrán consultar las partidas de naturalización francesa de sus ascendientes.

Los visitantes podrán también dejar, si lo desean, un objeto utilizado por sus padres o abuelos y que represente la historia de su llegada a Francia.

La intención es loable pero las amalgamas con el pasado de este inmueble, que como ya lo hemos dicho, se construyó en un primer momento para rendir homenaje a la historia colonial francesa y con la reciente creación de un -para muchos discutible- Ministerio de la Inmigración, son muy fáciles y de repente hasta mal intencionadas.

¿Será realmente este temor la cause de su "discreta" inauguración de hoy día?

Par angel.la-torre le 05/09/07

Ce mois de septembre, la « Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration » (CNHI) doit être inaugurée au palais de la Porte Dorée à Paris. Ce bâtiment qui a été construit pour l'Exposition coloniale de 1931 a été transformé, par la suite, en Musée des Arts Africains et Océaniques (MAAO) en 1960. Pendant l'année 2003, toutes les collections de ce musée ont été transférées, finalement, au nouveau Musée des arts premiers du Quai Branly, très cher à l'ex-président de la République Jacques Chirac.

Comme dans le Musée de l'Immigration de New York, les visiteurs pourront consulter les actes de naturalisation française de leurs aïeux. Ils pourront aussi laisser, si le souhaitent, un objet utilisé par leurs parents ou grands-parents et qui représentent l'histoire de leurs arrivées en France.

L'intention des responsables de la création de ce musée est louable, mais le risque d'amalgame existe, surtout si l'on voit que l'immeuble qui l'abrite a été construit dans un premier temps pour rendre hommage à l'histoire coloniale française et que la création récente d'un, pour beaucoup de gens, discutable ministère de l'Immigration, n'arrange pas les choses à ce sujet.

Par angel.la-torre le 05/09/07

Durante este mes de septiembre debe inaugurarse la "Cité" nacional de la historia de la inmigración (CNHI) en el Palacio de la Puerta Dorada en París. Este edificio que fue construído para la Exposición coloniale de 1931 se transformó en el Museo de las Artes Africanas y Oceánicas (MAAO) en 1960. En el año 2003 todas las colecciones fueron tranferidas al nuevo Museo del Quai Branly, legado del ex President Jacques Chirac.

Como en el Museo de la Inmigración de Nueva York los visitantes podrán consultar las partidas de naturalización francesa de sus ascendientes. Los visitantes podrán también dejar, si lo desean, un objeto utilizado por sus padres o abuelos y que representen la historia de su llegada a Francia.

La intención es loable pero las amalgamas con el pasado de este inmueble, que como ya lo hemos dicho, se construyó en un primer momento para rendir homenaje a la historia colonial francesa y con la reciente creación de un, para muchos discutible, Ministerio de la Inmigración, son muy fáciles y de repente hasta mal intencionadas.