Oct
24
Avocat collaborateur: pas de requalification en contrat de travail si l'avocat a pu développer une clientèle perso

M. X et la SELARL Essor, devenue la SELARL C... D... et associés (BJA), avocats (la société), ont conclu le 20 octobre 2004 un contrat de collaboration libérale à effet au 1er janvier 2005.

Il était stipulé que M. X... pourrait disposer du temps nécessaire au développement de la clientèle personnelle.

La rémunération convenue consistait en une rétrocession d'honoraires, de 6 625 euros par mois.

Les parties ont, le 12 janvier 2005, modifié les conditions de la collaboration comme suit : la rémunération nette, constituant la contrepartie de deux cent vingt-neuf jours travaillés par an, a été fixée à 4 554 euros par mois, majorée de 40 % pour la prise en charge des charges sociales, soit un total de 6 372, 80 euros.

Les recettes de M. X..., y compris les indemnités versées pour les commissions d'office, seraient facturées par la société.

Celle-ci a, par lettre du 28 avril 2006, mis fin au contrat, le préavis expirant le 30 juillet 2006 ; que M. X... a saisi le bâtonnier aux fins de requalification du contrat en contrat de travail et de paiement d'indemnités.

Ayant été débouté de ses demandes par décision arbitrale du 6 décembre 2010, il a formé un recours devant la cour d'appel et sollicité à titre subsidiaire le paiement de rappels et de compléments de rétrocessions d'honoraires, ainsi que d'indemnités de congés payés.

Dans un arrêt du 7 juin 2012, la Cour d'Appel de Chambery a débouté M. X de ses demandes de requalification du contrat de collaboration libérale en contrat de travail et de paiement d'indemnités.

L'avocat s'est pourvu en cassation. Dans un arrêt du 9 octobre 2013 (n°12-23718), la Cour de cassation rejette son pourvoi et confirme l'arrêt de la Cour d'Appel. http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&i...

La Cour de cassation constate que « la cour d'appel a, par motifs propres, souverainement retenu que M. X... avait bénéficié d'une grande marge d'autonomie et pu fidéliser un certain nombre de clients avec lesquels il avait noué un contact au cours de sa collaboration au sein de la société, et, par motifs adoptés, constaté qu'il avait pu développer une clientèle personnelle ; qu'elle a pu en déduire que, peu important le caractère fixe de la rémunération perçue et l'obligation faite à l'intéressé de reverser ses indemnités de commissions d'office, les parties n'étaient pas liées par un contrat de travail ».

Frédéric CHHUM Avocat à la Cour

4, rue Bayard 75008 Paris

Tél : 01.42.89.24.48 Ligne directe: 01.42.56.03.00

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

blog: http://avocats.fr/space/avocat-chhum

http://twitter.com/#!/fchhum

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA