Dec
29
A QUOI BON L'ART DE PARLER

On a cru bien faire en m'offrant pour la Noel l'anthologie de manuels d'éloquence qu'un conseiller de rhétorique auprès d'instances internationales (mazette) du nom de Philippe-Joseph SALAZAR a mis ensemble. Je ne devrais pas écrire cela, mais on s'est trompé. Merci tout de même.

Dans la série des SALAZAR, il viendra remplacer dans ma bibliothèque les oeuvres académiques du célèbre docteur SALAZAR, jadis dictateur, strictement immobiliste, du Portugal. Pas mieux.

Parce que la vie apprend que finalement, à part peut être à la Cour d'assises, où l'art de parler compte véritablement, et à la condition d'être exceptionnel –je vais parler des morts pour ne vexer personne-, si on n'est pas MORO GIAFFERI, TIXIER VIGNANCOUR, POLLAK, FILIPPI, et quelques autres, il vaut mieux ne plus trop compter sur le discours parlé qu'on n'écoute pas et surtout s'il est dit en français de qualité, personne ne comprend. Vous vous voyez déclamer dans l'ordre académique aux foules attentives et respectueuses des quartiers nord de Marseille et du 93 ? Oui, à la rigueur, dans un fourgon blindé et protégé par une escorte courageuse et puissante.

Non, franchement, j'aurais aimé recevoir une anthologie des écrits à la limite de l'injure au sens pénal du terme. Le genre des écrits dans le temps par exemple, de CELINE et surtout du si sulfureux Léon DAUDET. Le fils d'Alphonse.

C'est dur, mais il me semble que dans les temps actuels de sommeil béat et conventionnel organisé, il n'y a guère qu'ainsi pour faire passer les messages : la violence, non pas du discours parlé, mais de ce qu'on écrit. Sans quoi, on remplit du papier.

Remarquez que je vois tout autour de nous des tas de petits copains bien sympathiques qui à mal passager d'imagination sans doute n'écrivent pas des oeuvres de leurs esprits, sur leurs blogs et y recopient in extenso surtout sans commentaire sans « se mouiller » :

Le journal officiel, les bulletins officiels, l'avis de convocation annuelle ordinaire nationale (je fais long, je fais du texte, pour remplir) de l'assemblée générale des organisateurs d'assemblée générales, et encore, des poésies, des fables, des morceaux de littérature diverse et variée, des discours (ah, les discours), je dois en oublier.

Il y a aussi ceux qui communiquent les horaires d'ouverture de leurs cabinets, leur tarif horaire, et qu'ils ne consultent pas les clients par le blog.

Il y a enfin ceux qui font oeuvre de l'esprit en mettant en ligne des photographies avec des quizz : c'est quoi ? C'est mignon, n'est-ce-pas. Pendant ce temps là, on remplit de l'espace et on ne pense à rien d'autre. C'est CON-CEN-SUEL, avez-vous compris ?

Et tant pis si de courageux criques anonymes répondront à ce message en indiquant que le meilleur auteur de l'anthologie que je n'ai pas reçue serait encore moi. Ils me donnent des idées les bougres.

Commentaires

Mais il nous faudra réfléchir au niveau collectif sur ce que recouvre encore la notion de plaidoirie. Evidemment il y a lieu de laisser de côté ce qui a trait au "grand pénal", et ne pas ôter leurs illusions à ceux qui sont persuadés d'être la réincarnation de ceux que vous citez. Lorsque je parle de reflexion, c'est sous l'angle de la recherche du sens, ce qu'attendent nos clients, ce qu'espère le juge. Convenons en effet que parler pour occuper un temps de parole en poursuivant une auto satisfaction narcissique fait perdre à chacun un peu de sa durée de vie. Il me semble que plutôt que d'attendre le moment fatal où il sera décrété que la plaidoirie n'aura plus lieu que si le juge le demande, il faudrait amorcer sur le sujet un vrai débat éthique.

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...le mot "plaidoirie" va disparaitre au profit du mot "conclusions" : l'Avocat sera un rédacteur d'acte, surtout lorsqu'il sera chargé avec le Confrère adverse de rédiger le protocole transactionnel qui mettra fin au litige

Protocole que l'on finira par présenter au Greffier en Chef pour qu'il y appose une Marianne rouge-sang avec une vague formule xécutoire issue elle aussi d'un tampon-encreur.

Les vraies plaidoiries se feront entre "anciens" et....au Bar puisque les Tribunaux seront devenus impénétrables.

Priez mes Frères...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA