Nov
13
ALGERIE : L’ALGERIE VA DE PLUS EN PLUS MAL

Et c’est inquiétant ici pour la France à 800 km d’ALGER.

Miné par la baisse bien établie désormais du cours du pétrole avec le corolaire du gaz en totale contradiction avec les prévisions sur optimistes du budget algérien, et le financement de l’économie locale uniquement par une manne pétrolière et gazière  qui n’est plus, le dinar algérien s’effondre actuellement sur les marchés. 

Tous, dollar ou euro.

On était encore récemment à  115 puis 130 dinars pour un euro, on passe à plus de 200 dinars, cours officieux tout simplement en ligne sur Internet et de source algérienne…

Car à ce que nous dit, le marché noir est tout à fait public, et a même son siège à ALGER, square Port Saïd (pardon, de mon temps on disait Bresson, devant l’opéra).

Et on parle désormais d’un cours de 300 dinars l’euro.

Tout cela est de plus en plus inquiétant pour la France.

Et ce n’est pas la sage décision (enfin…) de PEUGEOT d’implanter une usine de montage à ORAN qui va changer quoi que ce soit.

Non plus que le curieux silence de la presse française,  qui fait le black out sur l’incendie du navire roulier marchand amiral algérien, le Taryk in Ziad, bien connu des Marseillais puisqu’on le voit régulièrement à quai de la Joliette.

Ca     s’est passé avant-hier entre MARSEILLE et ALGER.

Dégâts considérables, dus parait-il comme c’est étrange à un incendie dans une voiture en garage avec escale forcée aux Baléares et évacuation des passagers transférés sur un autre bateau. L’ennui est que statistiquement, les incendies sont fréquents sur les bateaux algériens.  D’ici à évoquer des actes terroristes. Bizarre non ?

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA