Feb
03
ARMENORUM : IL N'Y EN A DONC TOUJOURS QUE POUR LES MEMES.

Voici maintenant que le ministre des affaires étrangères iranien, Mohammad JAVAD ZARIF, a affirmé dimanche 2 février 2014 à la télévision allemande que l'extermination des Juifs sous le régime nazi avait été « une cruelle tragédie funeste qui ne doit plus jamais se reproduire ».

« Nous n'avons rien contre les Juifs et le plus grand respect pour eux à l'intérieur de l'Iran et en dehors. Nous ne nous sentons menacés par personne », a déclaré, sur la chaîne de télévision allemande Phoenix, M. ZARIF, après avoir participé à la conférence sur la sécurité de Munich.

Contrairement à son prédécesseur, Mahmoud AHMADINEJAD, qui avait nié l'existence de l'holocauste, le nouveau président iranien Hassan ROHANI a condamné « le massacre des Juifs par les nazis »

Voici qui est digne.

Je ne suis pas sur que le même genre de déclarations ait été faite formellement en Iran à propos du génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens.

Je suis même certain du contraire, l'Iran n'a pas reconnu.

Mais l'Etat Israël non plus, quelle honte non ?

A coté de cela, un tout petit bémol pour l'Iran, qui a défaut de reconnaitre le génocide, a aidé le petit Etat arménien.

Et un gros bémol pour la Catalogne, dont le Parlement a reconnu le génocide arménien, tandis que les Cortes, le Parlement de Madrid, pour l'Espagne, ne l'a pas fait.

Voulez vous un fil conducteur : il est tout simple. Les relations d'Etat avec la Turquie qu'il faut ménager à tout prix, d'Israël, qui a besoin du ciel turc pour l'entrainement de ses avions de combat, de l'Espagne pour le business, etc.

Pauvres crétins d'Arméniens. Vous nous emmerdez.

Mots-clés: 

Commentaires

ils ne vont pas aller s'entraîner en Arménie, vu qu'il faut traverser la Turquie...

Pi c'est tout petit, l'Arménie, comme la Suisse : en un quart d'heure, tu l'as traversé en post-combustion.

:-)

Il y a de ces mots, cher Laurent, qui peuvent vous couter cher...

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

On n'appelle pas à l'existence une autre palanquée de textes contempteurs des libertés, sauf dilection pour la servitude.

Cette loi, qui permet de condamner à la peine de cinq ans d'emprisonnement et de 45000 euro d'amende, du chef d'apologie de crimes contre l'humanité , quiconque minore ou nie la Shoah, est attentatoire à la liberté d'expression.

Elle doit être abrogée, sans autre forme de procès.Il faut lutter pour son abrogation,non en réclamer une autre de la même texture au sujet d'un autre génocide!

Notre société est laïque depuis 1905, mais elle a sa loi sanctionnant le délit de blasphème, au moyen d'un glissement sémantique. Par la vertu duquel, on substitue à l'expression négation de la Trinité, celle négation ou minoration de la Shoah.

A une homothétie langagière près, il a y une équivalence des résultats quant à l'avilissement de l'individu.

Le délit de blasphème a pour finalité d'interdire de prononcer des paroles ou de communiquer des écrits, dont la teneur a l'inconvénient de déplaire à un groupe social.

Bien évidemment aucune société religieuse ne justifie son délit de blasphème de la sorte. Le blasphème offense au premier chef le Cosmocrate. Et la société craignant une vengeance de l'offensé préjudiciable à tous, interdit le blasphème pour la garantie du bien public.

Raisonnement franchement captieux car d'une part, le Cosmocrate est assez grand pour s'occuper de sa boutique tout seul et d'autre part, il n'a jamais rien demander à personne.

Nier la Shoah est déplaisant pour les survivants ou la communauté des héritiers des suppliciés et de leurs coreligionnaires.

En vertu de quoi, tel groupe social devrait se faire reconnaître par l'Etat le droit de n'entendre ou de lire que des propos agréables à leurs sens, à peine de sanction pénale pour les contrevenants?

Dans une société libre, nul ne doit être déclaré recevable à interdire à autrui l'audition ou la lecture de propos, qui déplairait à son sens religieux, à la saga de son groupe ethnique, à sa philosophie ou ses convictions politiques.

Vous en êtes réduit à devoir vous exprimer sous la condition potestative , que vous propos ne déplaisent à tel groupe alpha ou oméga en la société.

L'exercice d'une liberté n'est en rien conditionné par le fait de plaire à autrui, par son expression intelligente, imbécile, vulgaire ou distinguée. Rien de tout cela n' a être requis, sauf à être un sujet de droit avili.

Pour ne point parfaire notre avilissement, il nous faut nous abroger la loi d'interdiction de l'apologie de crimes contre l'humanité, et non en réclamer d'autres du même acabit.

BOYCOTT du BLOG DE BERNARD KUCHUKIAN

SEUL AVOCAT QUI INJURIE

LES INTERNAUTES

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA