Mar
11
ARMENORUM : BATAVES ET OTTOMANS

 

Voici une chose inouïe, et le président turc a parfaitement raison de  se scandaliser,  on a interdit il y a quelques heures  l’accès des Pays-Bas à son ministre des affaires étrangères,  au prétexte de trouble possible à l’ordre public par sa venue.

« Ordre public », tiens voilà une notion que les défenseurs dont je suis,  de la cause arménienne,  malgré l’opprobre honteuse de mes pairs,  élus du barreau de MARSEILLE, connaissent bien.

On nous l’a opposée aussi au Conseil constitutionnel pour justifier l’absence de dispositions de répression pénale en France en cas de contestation du génocide arménien de 1915, pourtant condamné par une loi de notre pays.

Pour revenir à la visite ratée du ministre turc, il parait  que le même ministre est récemment venu en France, sans problème apparent, puisqu’un communiqué officiel français prétend  d’ailleurs que l’ordre public n’a pas alors  été troublé.

Vérité en France, erreur en Hollande (le pays).

Alors moi je dis ceci :

  1. Il est inadmissible d’interdire l’accès d’un pays à un ministre d’un Etat avec lequel on n’est pas en guerre, et qui même est censé être votre allié (ici l’O.T.A.N. pour la Turquie)

  2. Il est encore plus inadmissible qu’aucune voix arménienne ne se soit élevée pour dire à ce ministre, bienvenue, en France (1) ou aux Pays-Bas (2), « et si nous parlions un peu tranquillement ici, en terre libre,de la reconnaissance par la Turquie du génocide arménien de 1915 » (pour le génocide pontique, on verra plus tard). Il aurait peut enfin compris le ministre ce que veut dire « ordre public ».

_______________________

 

  1. Trois pays seulement ont reconnu le génocide arménien de 1915 par une loi. La France, l’Argentine et l’Uruguay.

  2. Les Pays Bas sont l’un des très nombreux Etats dont le parlement a voté une résolution pour la reconnaissance du génocide de 1915.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA