Apr
27
ARMENORUM (ET AUTRES) : LE VOL DE CERTAINS VAINQUEURS

Voici maintenant que le vertueux Monde ouvre un autre angle d’attaque contre Bachar EL ASSAD en Syrie. Il lui reproche une loi de nationalisation des terres et constructions  détruites par la guerre civile, dans un programme de reconstruction,  pour ceux qui sont restés au pays et l’ont soutenu. Les autres, ceux qui le combattaient sont morts, et d’autres ont fui.

C’est  pour ce beau quotidien, comme d’habitude, de la morale de merde ou de presbytère français. Ce qui n’est pas mieux.  Surtout dans cette région du monde.

De tout temps, l’envahisseur a spolié celui dont il venait prendre la terre. Dans l’hypothèse Bachar  est honnête lui.

Commençons dans la région il y a 550 ans.

Les Turcs envahissent alors  l’Anatolie, l’Asie mineure ou encore la Turquie actuelle, appelez comme vous le voulez.

Ils  en chassent non seulement les Byzantins, enfin ils convertissent ceux qu’ils n’ont pas tués, et aussi les Arméniens, qui se réfugient dans les montagnes. Ils prennent leurs biens. Personne n’a jamais protesté.

Pourtant, les Anatoliens du temps ont bien été non seulement décimés, mais aussi volés.

Dans la très belle   maison d’hôte toute en bois, genre yali (on prononce ialeu), mais sans la mer,  on est à la campagne,  de SafranBolu, où j’étais descendu,   c’est sur la route de la soie, (la commune est justement  au patrimoine mondial de l’Unesco),  un Turc m’avait reçu. Il était très  distingué, bien élevé, cultivé. Considérant mon nom de famille arménien, sans compter  que sa mère était smyrniote, comme mon père, il  m’avait dit  : j’avais bien remarqué vous avez un nom de famille anatolien (il n’avait pas prononcé le mot arménien, on ne le prononce jamais là bas, au mieux, on vous appelle par votre prénom).

Et puis, ça doit être écrit quelque part dans le Coran, la terre est à celui qui l’occupe ou la travaille.

Alors dans cette partie du monde qui est foyer d’incendie permanent, la règle est appliquée et continue de l’être.

Elle l’a même été par les Français arrivés en Algérie en 1830, lorsqu’ils ont confisqué les biens des notables ottomans qui étaient rentrés au pays. J’ai bien écrit de ceux-là et non des Arabes de l’époque.

Plus tard, les Français d’Algérie en savent quelque chose, on les a chassés de leurs terres, y compris de celle qu’ils avaient façonnées par leur travail, spécialement en Mitidja,  et on les a tout simplement volés.  Tel que je vous écris ici, je suis un des spoliés d’une indivision de famille d’une jolie maison  au moins de style ottoman –décidemment- dans les hauts d’Alger.

Je n’évoque évidemment pas le génocide des Arméniens, celui de 1915 et celui pontique,  donc avec les Grecs de 1922, et  la confiscation de leurs biens au profit des Kurdes, en montagne en 1915,   vous n’avez bien lu, des Kurdes dont les descendants actuels sont des petits enfants et arrière petits enfants d’assassins, et aussi des Turcs  en 1915                et 1922 dans les villes. Le crime a été si parfait que le cadastre turc a été détruit.

Il peut même y avoir pire dans le genre : voyez la Palestine d’Israël dont les terres qui ne valaient rien, qu’on n’occupait pas, qu’on ne travaillait pas parce qu’on était incapable de le faire, par indolence ou fainéantise fataliste religieuse, ont été vendus tout à fait officiellement par les Ottomans aux Juifs, et au prix fort. L’ennui, c’est que les Juifs en ont fait un grand pays que les autres voudraient bien leur voler.

Et puis voici maintenant notre ami Bachar. Oui, notre ami, je parle en chrétien, parce qu’il n’a pas tué de chrétien et encore moins d’Arméniens, qu’il ne leur a rien pris,  et qu’avec ceux qui sont restés à ces cotés, il cherche à reconstruire ce que les autres voulaient détruire ou dont ils voulaient  s’accaparer.

Les moralistes du Monde feraient bien de s’acheter de bons livres d’histoire du proche Orient.

 

 

 

 

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA