Apr
24
ARMENORUM ET MAINTENANT AVEC LES PONTIQUES

 

Bon voilà, le grand spectacle du centenaire a eu lieu ce jour. La plupart des gens ont maintenant  bonne conscience. Ils ont fait leur B.A. Et on peut continuer.

Sauf peut-être le prince CHARLES qui est allé se fourvoyer à GALLIPOLI pour vérifier l’état des lieux (oui le traité de LAUSANNE en 1923 accorde un territoire britannique appelé ANZAC  pour les sépultures britanniques).

Et bien non, pas d’accord.

Il y avait ce matin dans la foule de la manifestation  du monument aux morts arméniens de MARSEILLE  (c’est à 500 m de chez moi) un quidam,  que je ne connaissais pas. Il portait un tee-shirt au dos duquel il avait fait imprimer célébration de tous les génocides arméniens    « de 1894 à 1923 ». Compliments cher ami.

Enfin un qui connaissait l’affaire.

Car l’histoire des génocides turcs contre les Arméniens commence à grande échelle en 1894, alors que l’empire ottoman se délite, et que les traités de BERLIN et SAN STEFANO ne règlent pas la question arménienne, qu’on appellera plus tard  et maintenant la cause arménienne.

Alors commencent les premiers massacres de masse, dénoncés tout simplement par Georges CLEMENCEAU, que j’ai longuement cité ici sur ce blog. Certains Arméniens ont  deviné la suite  à l’époque et ont même quitté le pays au tout début du XXème siècle. Je pense  en 1907, à Vincent KUCHUKIAN l’ancêtre de mes cousins américains, qui quitte SMYRNE, et  dont j’ai trouvé la trace de l’arrivée à NEW YORK comme immigrant  dans les ordinateurs d’ELLIS ISLAND.

Puis vient 1915 : on vous a tout dit aujourd’hui une fois encore.

Mais ce n’est pas tout, il en reste encore  les Grecs.

Le règlement de compte final contre eux, et quelques autres Arméniens,  se fera  à SMYRNE en 1922, et se terminera avec le Génocide pontique, celui dont on ne parle pas suffisamment encore : 1923, le traité de LAUSANNE. L’extermination de 500.000 Grecs. Et les déplacements forcés.

Et alors, tout est terminé. Il n’y a plus chrétien qui vaille dans toute la Turquie. L’opération de nettoyage ethnique  et religieux est terminée.

Bon, et alors me direz-vous ?

Je vous dirai que notre président de la République en visite à EREVAN aujourd’hui n’a toujours pas compris, en fait il n’a rien compris. D’ailleurs il n’a été allé en Arménie que  pour rencontrer le président russe et traiter avec lui de l’affaire des frégates que la France doit à la Russe.

HOLLANDE a déclaré que la reconnaissance du génocide n’ouvrait pas un procès.

FAUX, Monsieur le président, vous n’avez rien compris.

Car il est temps que les historiens et les politiques se taisent et laissent parler les avocats.

Les plus vieux des Arméniens l’ont bien compris. Et le phénomène est suffisamment important pour qu’il se crée sous nos yeux, grâce à l’action de fous de génie comme mon ami Philippe KRIKORIAN (et si peu de moi aussi) un mouvement pour demander REPARATION.

Déjà on peut s’intéresser  à la revendication des biens qui ont été spoliés, volés.

L’affaire n’est pas vraiment nouvelle, puisque la filiale d’AXA aux Etats Unis a été menacée par la justice américaine d’interdiction d’exercer si elle ne mettait pas à disposition  des ayants droits à rechercher les capitaux des primes d’assurance vie versées par les Arméniens de CONSTANTINOPLE aux sociétés françaises d’assurance dont elle, AXA, est issue.

Il y a d’ailleurs dans le traité scélérat de Lausanne de 1923 (dont la découverte du texte complet nécessite quelques recherches – je l’ai intégralement avec ses nombreuses annexes-) une annexe spéciale sur les assurances vie.

On craint en Turquie d’aujourd’hui  d’avoir à restituer aux descendants des Arméniens spoliés à l’époque les biens immobiliers qui ont été volés. Il est d’ailleurs impossible actuellement de consulter les archives du cadastre. Ce qui peut poser une intéressante question contre la Turquie, membre du Conseil de l’Europe, quant à la convention européenne des droits de l’homme.

J’espère que d’autres avocats viendront avec nous.

ET ENCORE ?

Et encore ce n’est pas tout. Les Grecs seront sans doute mieux organisés que les Arméniens, car leurs biens spoliés étaient dans les villes, et la population était comment dire, plus bourgeoise. Leur Génocide pontique est plus récent et il y a certainement plus d’archives.

Déjà, je sais que les Grecs envisagent d’agir justement pour la revendication de leurs biens : il existe encore des villages grecs complets en ruine et d’autres en bon état dans la Turquie d’aujourd’hui, pas dans la montagne comme ces pauvres Arméniens. Au hasard de mes voyages en Turquie (le pays est superbe), j’en ai vus.

2023 c’est dans huit ans. 

Huit ans devant nous,  pourvu que Dieu me prête  vie,  huit ans pour compléter la reconnaissance du Génocide arménien par l’indemnisation de celui-ci et en doublé la reconnaissance du Génocide pontique et son indemnisation.

Car les miens ne sont pas ceux de 1915, mais de 1922, à SMYRNE, avec les Grecs pontiques.

 

 

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA