May
24
ARMENORUM : J’INVITE LE BATONNIER DE PARIS A MARSEILLE LE 4 JUILLET PROCHAIN.

Il n’y a pas que le nouveau garde des sceaux, que je salue au passage,  à être poursuivi, lui en diffamation, moi pour injure. S’il avait besoin d’aide, je suis à son service.

C’est en tout cas le 4 juillet prochain,  en principe, que  le Tribunal correctionnel de Marseille, sur poursuites de certains de mes pairs, parties civiles, pourrait bien examiner les accusations d’injures portées contre moi dans des billets anciens de ce blog.

La première accusation,  parce que j’y avais écrit que les membres de la commission de la culture du barreau de Marseille étaient des abrutis, d’avoir invité,  en grande publicité,  le sinistre dénommé MADENIAN, par ailleurs condamné au pénal pour avoir déclaré que les électeurs du Front national  (désormais 11.000.000 en France) sont des fils de pute. Ça en fait des putes…

Entretemps, la formule « abrutis » a été reprise avec sagesse,  et finalement modération,  vu les circonstances,  par la vice procureur de Marseille pour définir à  une audience  correctionnelle,  un quidam qui s’était amusé (peut-on employer le mot amusé  par les temps qui courent ?) à foncer  sur des baigneurs, lui sur son bateau,  dans une calanque de Cassis, en hurlant « Allakbar ». Quelques mois de prison avec sursis.

La seconde accusation,  parce que j’y avais écrit que le barreau de Marseille, bâtonnier en tête, était raciste à la cause arménienne, en raison de son indifférence au centenaire du génocide de 1915.

Voilà, toutes ces petites dames et tous ces petits messieurs n’ont pas apprécié.

Entretemps, on sait que le 3 mai courant, le bâtonnier de Paris a inauguré une plaque dans les locaux de la maison de la formation professionnelle parisienne :

« En confraternel hommage à Krikor ZOHRAB (1861-1915), avocat, député, écrivain, professeur de droit pénal et à tous les avocats arméniens assassinés lors du génocide de 1915 ».

Mon affaire revenait hier devant le Tribunal de Marseille, et elle a été remise au 4 juillet prochain, à ma demande, avec l’appui remarqué du Parquet,  évidemment contre l’avis de mes délateurs, pour que je puisse faire citer,  entre autres choses,  le bâtonnier de Paris comme témoin.

C’est  exactement que je vais faire.

Car lui au moins, le bâtonnier de Paris n’est pas raciste à la cause arménienne. C.Q.F.D.

J’ajoute que j’aurais fait citer et re citer comme témoins, mais ils ne viennent jamais à l’audience, les bâtonniers de Marseille.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA