May
15
ARMENORUM : LE GENOCIDE DES TURCS PAR LES ARMENIENS

Il est ahurissant que la prétendue grande presse n’en n’ait pas dit un seul mot, et encore moins les chaines de télévision.

Il faut      donc aller chercher l’information dans le journal en ligne de mes amis de Béziers « Boulevard Voltaire »  d’il y a  quelques jours.  Vous savez, les prétendus « hideux » identitaires de Robert Ménard….

Je cite Philippe KERLOUAN, l’auteur, qui écrit ceci.

« « La ville d’Evreux avait édifié une stèle dédiée aux victimes du génocide arménien.  Une partie de la communauté turque (locale) n’a pas apprécié. Elle a manifesté le samedi 12 mai son mécontentement dans les rues de la ville, cent à trois cents personnes selon les sources. Beaucoup de drapeaux turcs, quelques drapeaux français et un mot d’ordre qu’on retrouvait sur des banderoles. « Laissons l’histoire aux historiens ».

« « Une façon de nier le génocide des Arméniens pendant la première guerre mondiale. C’est le mot « génocide » qui est le plus contesté. « Nous souhaitons que ce mot soit enlevé de la stèle », aurai déclaré selon la presse(locale sans doute) le président de l’association franco-turque d’Evreux, organisateur du rassemblement. Les manifestants se disent porteurs d’un message de paix et de vivre ensemble et reprochent à la municipalité de mêler la politique à l’histoire.

« « On peut comprendre pourquoi le pouvoir turc peine à reconnaitre le génocide. Le président Erdogan estimait  encore récemment que ces accusations constituent  un chantage et que son pays ne les accepterait jamais. Le risque erst trop grand de devoir mettre en cause certains fondateurs de la Turquie moderne, voire d’être contraint à des réparations envers les familles arméniennes spoliées. Les prises de position des différents pays ne peuvent que tenir compte des relations diplomatiques et économiques qu’ils entretiennent avec la Turquie. En janvier 2918, invité d’honneur du diner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, le  président Emmanuel Macron a conformé sa volonté d’inscrire au calendrier une journée pour la commémoration du génocide arménien, sans citer expressément la responsabilité de la Turquie. Il ne faut surtout pas s’opposer ouvertement à Erdogan.

« « Laissons l’histoire aux historiens, oui mais à condition que ce ne soit pas un alibi pour garder dans l’oubli des crimes commis par le passé. » »

Et Boulevard Voltaire  de rappeler le génocide franco-français vendéen.

Ce qui se résume d’une phrase : comment la France peut elle espérer contraindre la Turquie à reconnaitre le génocide arménien en interdisant sa contestation alors que, dans le même temps, elle s’entête à nier celui des Vendéens » ?

La réponse  de droit que je donne, sans l’approuver,  à Monsieur KERLOUAN est celle-ci.  

Elle est développée dans la décision du Conseil constitutionnel sur la Q.P.C. de la loi Gayssot,  qui  lui avait été transmise par la chambre criminelle de la Cour de cassation, et se posait simplement. Pourquoi sanctionner la contestation du génocide des Juifs, et pas celui des autres dont les Arméniens, et d’autres encore.

Je suis bien placé pour connaitre la réponse  de rejet qu’on nous avait faite avec mon ami Philippe KRIKORIAN, puisque nous plaidions pour défendre la cause arménienne.

On nous avait dit  que la contestation du génocide arménien ne troublerait pas l’ordre public actuel.

Ce qui – au passage – est désormais faux et dépassé en d’état de manifestations comme celle d’Evreux.

Le sort des Chouans de l’époque est,  encore heureux,  réglé autrement. Personne n’oserait aujourd’hui aller manifester au nom de la République contre l’histoire de ces malheureux.

Encore que ait-on jamais en Normandie, au point où on en est arrivés. C'est que la France n'est plus exempte désormais de semblables dénis.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

y a une erreur dans le titre !

LE NEGATIONNISME ET C'EST LE COEUR DU PROBLEME;

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA