Jan
12
ARMENORUM : PANIQUE GENERALE, LES BIZOUNOURS NE COMPRENNEN T PLUS



 

Suivez-moi  cinq  minutes.

Il y a cent ans, les Turcs, pardon les Ottomans, font assassiner les Arméniens par leurs troupes et dans les montagnes par les Kurdes.

Avec 1.500.000 victimes (et je ne compte pas ici les 500.000 Assyro-Chaldéens), le  problème arménien a disparu en Turquie moderne.

Il n’y a plus non plus d’empire ottoman. Après les Algériens, les Tunisiens,  Roumains, les Bulgares, les Grecs, les Croates, les Bosniaques, les Albanais, les Grecs, qui l’avaient quitté avant 1914, les Syriens, les Libanais, les Palestiniens, les Egyptiens, les Irakiens, les Jordaniens, et les Arabes, sans compter tous ceux des Emirats, les ont quittés aussi après 1918.

Presque rien dans ce coin (sauf localisé en Irak) pendant 100 ans. Et puis, l’année anniversaire du génocide arménien de 1915, c’est à nouveau la guerre là-bas. Pas seulement la guerre civile. La guerre tout court.

En en Irak, déchirée par ceux qui maintenant veulent prendre le contrôle de la Syrie. Du coup, les Turcs essaient de rentrer dans le jeu.

Le double jeu.  Qu’on dirait, kils ne contrôlent pas.

Ils aident ceux qui veulent tuer la Syrie, car ils aimeraient bien la dépecer comme ils ont fait un tout petit peu jadis avec le sandjak  d’Alexandrette (Iskenderun aujourd’hui). Sauf que sur ce coup là, il y a aussi les Kurdes, qui  voudraient bien en profiter pour prendre leur indépendance.

Alors, les Kurdes font comme s’ils aidaient objectivement les Syriens, sauf qu’au lieu d’aider à chasser les Islamistes  Daech de Syrie, ils voudraient bien s’attaquer aux Turcs. Et désormais, c’est fait, ils s’attaquent aux Turcs. Dedans, chez eux.

Ceux-ci ne savent plus bien où aller désormais. Les Syriens ne peuvent être leurs alliés, et les islamistes de Daech non plus, car le risque est grand de leur alliance objective avec les Kurdes.

Et les Kurdes menacent du dedans l’intégrité territoriale de la Turquie. Drôle d’histoire, il y a cent ans, les Kurdes étaient des alliés des Turcs contre les Arméniens. Bon, c’est vrai, il n’y a plus d’Arméniens à tuer. Alors, les Kurdes tuent les Turcs.

En France, évidemment on ne comprend rien. On aime bien les gentils Kurdes (qui sont d’anciens assassins, et à nouveau des assassins), plutôt que les Turcs (qui sont d’anciens assassins, mais sont désormais des victimes). On dirait qu’à Marseille hier un Kurde (que les radios anglo-saxonnes appellent un Turc) a voulu tuer un Juif.

C’est qu’objectivement, les Israéliens redeviennent amis des Turcs, dont ils s’étaient  un peu éloignés. Mais ils ont besoin de leur ciel pour les exercices de leur armée de l’air.

 

Mais les Israéliens sont ennemis des Syriens. Et des islamistes  aussi.

Dans cette affaire, les Arméniens d’Arménie sont hors du coup.  Ouf. On leur fout la paix. Déjà, ils sont copains avec les Iraniens.

Il est vrai qu’ils ont  surtout la protection des Russes. Lesquels Russes doivent bien s’amuser de cette redistribution de cartes.

Car il suffit qu’ils  tapent un peu du poing sur la table, et ça se calme.

Il faudrait donc que les Turcs et les Russes fassent la paix, qui profiterait aux Syriens.

Si dans la redistribution, on pouvait régler la question du génocide arménien, comme ça, pour le fun et l’histoire, ce serait parfait.

Je pense à l’instant  et finalement aux confrères marseillais qui étaient allés  voici quelques années à Istanbul  aux frais de notre barreau soutenir les Kurdes…

 

Et même au récent message de soutien du président du C.N.B. parce qu’un avocat kurde plus ou moins terroriste a été éliminé sans doute par la police turque.

Tant il est vrai qu’ici, personne ne comprend rien. Enfin, ne veut rien comprendre.

Les Bizounours ne comprennent plus.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA