Jan
11
AVOCATS : DES NOUVELLES DE L’INEVITABLE FIN DES CARPA

 

Voici qu’un candidat de retour  au bâtonnat du barreau de Marseille, qui arbore un nom de famille aristocratique charmant, vient de découvrir qu’il y a un grave problème avec les CARPA. Je ne lui jette pas la pierre : il a eu moins le courage de le reconnaitre,  alors que les autres font dans le déni complet.

Il découvre aussi, Dieu soit loué, mais les prix de location ont justement beaucoup baissé, que les taux d’intérêt ont également chuté jusqu’à n’être plus qu’un symbole, et que ca va durer.

Alors, il propose de moderniser.

C’est quoi moderniser ?

Partant du principe que les CARPA vivent en autarcie financière de revenus de placement,  qui désormais sont nuls ou quasiment, tandis que les frais de gestion sont très largement supérieurs aux recettes d’intérêt, il n’y a que deux solutions.

  1. Faire payer des cotisations aux avocats pour financer le  contrôle par leurs pairs dans  leurs maniements de fonds, un comble pour une profession sérieuse,  indépendante et libre.
  2. Supprimer toute l’architecture actuelle et aller à la Caisse des dépôts et consignations.

Du coup, l’idée de régionaliser les CARPA est encore plus stupide.

Pourquoi ?

Parce que les adjonctions de recettes les unes sur les autres ne feront certainement pas changer les taux d’intérêt, tandis que les frais de gestion seront proportionnellement augmentés en fonction des volumes de chaque ancienne caisse.

On ne gère pas 2.000 comme 4.000.

Sans compter que les confrères d’ailleurs que Marseille vont légitiment gueuler.

Bref, mon bon ami, votre idée est nulle, complètement  nulle.

Au demeurant, les modifications  suggérées ne sont  pas de la compétence des barreaux, mais de celle du pouvoir.

Alors …

 

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA