Apr
10
AVOCATS : JUSTICE ET SNCF

Au moment où certains élus,  pas partout,  encore heureux,  de la profession d’avocat  appellent à la grève,  sous le drapeau rouge des syndicalistes de la S.N.C.F., je voudrais leur rappeler, pardon leur apprendre, ce qu’ils défendent ainsi.

Le statut des personnels de la S.N.C.F. concerne 140.000 personnes. Deux fois et quelque chose plus que les avocats. Et pourtant nos sommes beaucoup trop nombreux…

Ils disposent de la garantie de l’emploi, du 13è mois de salaire, d’une gratification de vacances, d’avantages pratiques médicaux, divers et variés, de R.T.T. importants, ce qui n’empêche nullement leur taux d’absentéisme, le plus élevé de la moyenne nationale, soit 24 jours/an pour l’ensemble des personnels de la S.N.C.F.,  contre 17 pour l’ensemble des Français.

Les agents de la S.N.C.F. peuvent partir à la retraite à 52 ans s’ils sont conducteurs de trains, et 57 ans pour tous les autres, y compris ceux qui donnent  tranquillement des coups de tampon,  ca et là.

Leur pension de retraite est calculée sur la base des six derniers mois d’activité,  en incluant une grande partie des primes.

Bien sur, ils disposent de la gratuité des  transports, qu’ils soient en activité ou à la retraite.

La dette de la S.N.C.F.,  que nous payons tous contribuables par nos impôts,  est de 50 milliards d’euros.

Il faudra vérifier, mais je suppose que la caisse de retraite des avocats, puisqu’elle est bénéficiaire, par nos cotisations, je dis bien nos cotisations, doit abonder à l’équilibre du régime de retraite des cheminots,  dans le cadre de la sur cotisation patronale.

En tout cas, l’Etat verse,  de son coté,  une subvention d’équilibre qui pour 2017, et c’est chaque année pareil, s’est élevée à 3,2 milliards d’euros. Uniquement pour payer les grasses retraites des cheminots.

Pour mémoire, je signale à nos confrères  grévistes et bêlants, certains bâtonniers en tète,  que :

  • L’ensemble du budget TOTAL de la justice, y compris s pour payer les traitements des magistrats et des greffiers et le reste, s’élèvera à 7 milliards d’euros en 2018.
  • L’estimation du C.N.B. pour 2014, à ma connaissance,  dernier chiffre connu,  de l’ensemble des revenus du travail de toute la profession d’avocat,  était de l’ordre de 4 milliards et demi d’euros.

Soit un tiers de plus que la seule participation de l’Etat français au déficit du seul régime d’assurance vieillesse des cheminots.

Alors, un peu de décence. Au moins que le vent de connerie générale qui souffle actuellement au barreau cesse le plus vite possible.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA