Jul
28
AVOCATS : L’AVOCAT DELATEUR DU CLIENT

Ce billet va offusquer, mais après tout, pourquoi pas ?

En effet, il est désormais presque normal de poursuivre au pénal l’avocat du délinquant,  en soutenant qu’il a été son complice voire qu’il a été co-auteur. Voyez donc l’affaire dite de la taxe carbone.  

Feu mon maitre Paul LOMBARD avait tout vu (ou presque, lisez la suite) quand répondant aux accusations contre la profession, défendant notamment les truands et les criminels, il faisait amende honorable et ajoutait. « Certes, l’idéal serait de  ne défendre toujours seulement le cardinal archevêque de Paris ou le secrétaire perpétuel de l’Académie française. Sauf cependant, il faut le reconnaitre aussi,  que ces personnages hautement recommandables ont assez peu de contentieux. »

Certes, il ya bien les archives du Tribunal révolutionnaire sous la Terreur avec ces déclarations inouïes des avocats commis d’office, craignant eux aussi pour leurs tètes, du genre « non, il n’existe pas de peine assez lourde pour punir mon misérable client ».

Aujourd’hui,  l’évolution est une fois encore d’origine américaine.

On apprend ainsi que notre confrère Michael COHEN, qui fut d’un grand soutien actif de Donald TRUMP,  alors simplement candidat à la présidentielle, a maintenant été « lâché » par ce dernier.

Jusque là,  rien que du banal : l’ingratitude est le lot de tous les avocats, venant de leurs clients et surtout de leurs anciens clients  surtout quand ils ne veulent pas les payer.

Non, le nouveau, c’est que COHEN veut maintenant se venger de son ex-client.

Il parait qu’il enregistrait leurs conversations et qu’il va poursuivre ses accusations devant tel procureur.

Si de telles mœurs se développaient chez nous et on va y arriver, je vous assure  que ca bardera ; quant aux déontologues de toute taille et de tout poids, ils sont désormais perdus corps et âmes. Tchao.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA