Oct
29
AVOCATS : LE POURQUOI D’UN GESTE FOU

 

Par un confrère qui n’avait apparemment rien d’un forcené et qui était à bout. Voici ce qu'il a écrit le 27 octobre.

Paix à sa mémoire.

 

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin

Ce doit être lu.

Nom: 
guillot

Il faut lire ce récit d'un confrère épris de justice et de respect du droit qui a été broyé par les petitesses et les contingences.

Il nous faut aussi sa procédure disciplinaire afin d'apprécier les raisons de l'action et de la sanction et la façon dont il a été traité.

L'affichette d'une sanction d'1 mois de suspension avec SURSIS à l'entrée de la bibliothèque à Paris, a été en  fin enlevée sur mes interventions directes auprès de notre Batonnier. Mais quelle déraison a pu pousser la 3éme section disciplinaire  à ordonner pareille publicité discriminatoire ?

Enfin je m'occupe de quelques cas difficiles et je constate que l'on me bassine trop souvent avec la courtoisie sans trop cependant respecter les droits de ces confrères en difficulté; et là tout peut arriver...

Je crains bien de source,  non seulement sure, mais compétente, sont qu'au surplus, il existerait des irrégularités graves au niveau de la constitution du C.R.D. appelé à statuer sur le cas de ce malheureux.

Mais, je n'en dis pas davantage, car j'ai par principe de n'exprimer que ce dont je suis certain.

Une chose encore: j'hésite à écrire mon témoignage sur des choses que j'ai  vues, et qui sont dramatiques.

Mais qui dont peut parler encore aujourd'hui de solidarité ?.??

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA