May
25
AVOCATS : PLAIDER DEBOUT, EN FRANÇAIS ET PAS EN SILENCE

La féminisation absolue  de notre profession a conduit,  qu’on le veuille ou non,  au changement du son dans les salles d’audience.

D’ailleurs,  on continue de parler de ténor du barreau.

Jamais de diva. C’est une réalité.

Alors, on entend quelquefois les murmures de ceux et surtout de celles qui s’approchent du bureau du juge pour lui expliquer leur affaire sur un ton confidentiel. La plaidoirie intimiste.

On n’est plus dans une salle d’audience, mais dans un salon plus ou moins feutré, car le mobilier n’a rien d’un salon, et le thé n’est pas prévu.

Bref, on plaide en silence.

Le temps n’est plus dans ces conditions où le bâtonnier FILIPPI réglait sèchement  son compte  à un confrère parisien,  modèle classique, un tantinet distingué et supérieur, qui lui demandait « Monsieur le bâtonnier, comment plaide-t-on à Aix en Provence ? »

FILIPPI de lui répondre : « Debout et en français ».

Il ajouterait en effet aujourd'hui, « si  possible à voix audible dans la salle ».

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA