Sep
14
AVOCATS : POUR 100.000 €, TU N’AS PLUS RIEN

 

Il y a des années qu’on nous explique que les avocats ne peuvent recevoir des fonds pour leurs clients qu’en passant par les CARPA., qui bla, bla, bla et compagnie, offrent toutes les garanties, machin et truc.

De temps à autres, certaines caisses dérapent, on ne sait pas toujours tout, sauf quand c’est gros, et que ça va,  par exemple,  à la Cour de cassation,  Rodez, Bastia.

Heureusement, les Parisiens sont là qui épongent.

Merci confrères.

Oui,  parce que s’ils n’étaient pas là, qui serait responsable ? Les CARPA sont des associations de la loi de 1901, et les associés de telles associations ne sont pas responsables…Heu.

Où c’est encore plus intéressant c’est maintenant que les banquiers se sont faits remonter les bretelles par les copains de Monsieur Mario DRAGHI à la Banque centrale européenne, et qu’il faut que les Etats garantissent leurs défaillances éventuelles. En Italie, on frémit et on a raison. Voyez donc du coté de Sienne.

Comme tous les confrères, je viens d’être informé par la Société marseillaise de crédit,  qui tient les comptes de la CARPA. de Marseille,  du plafonnement de cette responsabilité en cas de sa défaillance à 100.000 €.

Bien qu’elle soit la sous filiale de la Société générale, je ne l’aime pas. J’aime bien la Société générale, c’était la banque de mes parents, et  elle possède le Crédit du Nord,  dont la S.M.C. est la filiale. Le Crédit du Nord, c’était mieux, et puis, il est issu de la fusion d‘un tas de banques dont la Compagnie algérienne de crédit et de banque qui devait bien être la banque de mon arrière-grand-père Antoine Bégué, le carrossier,  pour ses ateliers d’Alger.

On s’éloigne du sujet.

Qui est le suivant : 100.000 € par compte général de toute la profession, au niveau du barreau local, ou par sous-compte individuel d’avocat ?

Attention, ce n’est pas du tout pareil.

Car, dans le système des CARPA.,  il n’existe qu’un seul compte, celui de la Caisse entière par barreau, sous la direction du président – bâtonnier. A l’intérieur de ce compte unique, il existe autant de sous comptes que d’avocats. Chaque sous compte est par délégation de signature du président-bâtonnier.

Réponse A. Dans un cas, le plafond de garantie,  en cas de coup dur, c’est 100.000 € pour ici en gros 1.500 sous-comptes. C’est gravement dérisoire.

Réponse B. Dans l’autre cas, tout à fait improbable, c’est 1.500 fois 100.000 €.

Drole de différence.

Je crains de connaitre la réponse. C’est A. J’ai interrogé, personne ne répond.

Je vais donc saisir l’ A.C.P.R. En risque, l’affaire de la CREPA. est une babiole à coté.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin
Site: 
www.huvelin-associes.fr

ton article car j'avais fait le rapprochement lorsque j'ai reçu également la même lettre d'information. Il y a plus qu'à attendre la catastrophe. C'est une question de temps puisque nos responsables du système monétaire mondiale sont incapables de faire un nouveau Bretton Woods faute d'imagination et d'avoir joué au Monopoly par temps de pluie. Éclat de rire.

La conférence que tu cites eut lieu au Mount Washington Hotel de Bretton Woods (c'est dans le New Hamphire à mi distance d'Ottawa et de Washington, c'est devenu un Omni). Question de préséance pour Sir Winston Churchill et l'Anglettre.  Beau batiment de la fin du XIXème, majestueux, station de sport d'hiver.

A l'époque, j'étais riche, les socialistes n'étaient pas encore passés.

Pour y etre passé et avoir déjeuné avec femme et enfants  dans la salle à manger où ils s'étaient réunis à l'époque, j'ai trouvé que ça faisait un peu  comment dire bricolage. Compte tenu des enjeux qui ont suivi.

Mais finalement, ça a tenu. Donc le bricolage ça dure.

Et moi, je suis devenu nettement moin riche.
 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA