Oct
20
AVOCATS : A QUAND DONC LES AVOCATS SENIORS

    Nos confrères anglo-saxons connaissent notamment deux catégories d’avocats, les plus jeunes, les juniors attorneys, et plus anciens, avec l’expérience, on dirait en France de la bouteille, les seniors attorneys.

Dans notre pays, on cultive, au contraire,    cette connerie,  appelée désormais le « jeunisme ». On devait alors écrire,  plus tu es jeune,  plus tu risques d’etre con, moins tu es jeune, la vertu formatrice du coup de pied au cul,  a du  au moins te réveiller un peu.

Alors qu’il n’existe plus d’avocat stagiaire, il n’existe pas du tout chez nous  d’avocat senior.

Est-ce à dire que tous les seniors auraient du génie ?

Surement pas, sauf qu’à l’âge qui est le leur,  certains d’entre nous,  au moins,  ont su traverser la vie professionnelle et la vie tout court, pour  parvenir à ce qu’ils sont. Ici en France par exemple et notamment en ne vivant pas  de l’aumône de l’Etat, à travers la justice aidée.

Jadis,  les bâtonniers ressemblaient un peu aux avocats seniors britanniques. En principe considérés comme des bons. L’ennui, c’est que comme pour les doyens des facultés, on peut etre jeune bâtonnier, et que l’âge finalement ne fait plus rien à l’affaire, laquelle est uniquement une question de campagne électorale … auprès des jeunes, majoritaires.

Je livre ces réflexions à l’exact moment où,  en tombant sur de vieux dossiers, je me rappelle qu’une grande banque britannique,  dont j’ai été l’avocat, très bon à ce qu’on m’a dit, avait envisagé que je sois, en concurrence avec un confrère parisien,  qui a eu finalement  le bâton au bénéfice de l’âge, son senior avocat en France. Dommage, la banque s’est ensuite  retirée sur ses iles.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA