Nov
06
CATALOGNE : ET SI JE DEFENDAIS PUIGDEMONT ?

 

L’affaire catalane est décidemment bien inquiétante, car on ne comprend toujours pas le pourquoi de la volonté d’indépendance. Ils cherchent quoi en réalité les  PUIGDEMONT         et les siens ?

Il suffit de traverser la Catalogne pour se convaincre qu’on n’est surtout  pas ici dans un pays sous quelque domination politique que ce soit qui réclamerait sa liberté.

J’étais samedi soir à GIRONE, la ville dont PUIGDEMONT a été le maire et d’où est partie la contestation. C’était la fête dans le plus grand calme, sans ostentation de drapeau ou de cris. Les gens sont tranquilles.  Tranquilles comme les sondages qui donnent un peu moins d la moitié des sièges du parlement local aux indépendantistes en cas de vote prochain. On n’avance pas.

Il veut quoi PUIDGDEMONT ? Personne n’en sait rien en réalité.

L’exigence de parler exclusivement le catalan (1) est débile,  et sérieusement ne peut justifier l’éclatement de l’Espagne.

Economiquement, la Catalogne est la plus riche, ce qui ne veut pas dire que les autre sont pauvres, bien loin de là.

Vu de loin, après avoir joué si longtemps avec le feu,  le gouvernement central de Madrid est maladroit. C’est vrai que le premier ministre RAJOY est galicien et que PUIGDEMONT catalan. Il y a entre eux la différence de comportement qui existe entre un Normand et un Marseillais.

Le mandat d’arrêt européen est une sottise, et le juge bruxellois qui n’a rien ordonné mettant en cause la liberté des exilés catalans a agi avec immense sagesse.

A moins que cette affaire ait un tour financier, du genre détournement de fonds publics, terrain intéressant mais sans aucun doute approximatif, la preuve rien n’est dit, on en reste à un thème politique.

Et si ce thème était alors le suivant : dans une Europe centralisée  (au point qu’on va se battre à sa tète, directement à BRUXELLES),  et si les Etats ne réagissent pas, des territoires peuvent-ils ne faire à leur place ? Je vais maintenant poser LA QUESTION. A leur place par exemple si l’Union européenne impose des règles considérées comme incompatibles fondamentalement avec sa conception de la société. Autrement dit,  si on refuse les migrants et leur imposition.

Il se passera quoi si PUIGDEMONT dit qu’il agit comme il le fait pour protéger la Catalogne de l’invasion islamiste ?

Ce n‘est qu’une hypothèse et une hypothèse seulement. Je ne connais pas PUIGDEMONT.

En tout cas ce que je sais, c’est que l’affaire catalane (espagnole) doit être suivie ici en France avec intérêt.

Par exemple, lorsque vous passez la frontière après la Junquera par l’autoroute, le premier panneau que vous avez à droite après le carré bleu des étoiles européennes et l’indication France, le premier panneau – j’ignore qui l’a financé- est celui –ci. »Vous étés en Catalogne ». Sous entendu en Catalogne française. Et ce n’est que plus loin qu’est le panneau  officiel  « vous entrez en Occitanie ».

PERPIGNAN est plus proche en kilomètres de BARCELONE que de TOULOUSE               où siège le conseil régional, ou de MONTPELLIER où est la Cour d’appel du département.

On y parle aussi le catalan, et il y existe le château des rois de Majorque.

 

  1. La France a connu en Provence l’épisode du parler provençal du célèbre poète Frédéric MISTRAL, mais MISTRAL n’était que poète, pas homme politique. On rapporte qu’à ses obsèques, le préfet des Bouches-du-Rhône,  venu à la cérémonie représenter rien moins que le président de la République,  était ensuite rentré dans sa préfecture à Marseille, et avait déclaré : « on va enfin pouvoir parler le français ».
Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA