Dec
22
CHRONIQUE DE DROIT CONSTITUTIONNEL : SI ON ARRETAIT DE DECONNER, SURTOUT SANS CHANGER LE SYSTEME MAJORITAIRE ACTUEL

 

Il y a des semaines que j’entends les uns et les autres la ramener,  quant aux causes de la crise des gilets jaunes.  Tout le monde voit bien que c’est avant tout une crise de communication entre le peuple souverain et ceux qui le dirigent.

Les esprits sont tellement formatés que personne ne voit d’où vient la difficulté. Elle vient pourtant du système électoral actuel,  majoritaire, avec en pire une prime artificielle,  en voix et sièges, donnée à ceux arrivés premiers.

C’est complètement débile. On nous a dit que c’était pour avoir un pouvoir stable et fort : ce qui se passe dans les rues depuis six semaines démontre le strict contraire. Le pouvoir est faible. Artificiel même.

Enfin, voyons, quand les journalistes et bienpensants abrutis admettront-ils qu’il est inouï qu’entre 25 et 33 % des votants français – ceux de la mouvance Le Pen- n’aient que 8 élus à l’Assemblée nationale et 2 au Sénat ?

La proportionnelle, mieux que le référendum,  impossible matériellement à mettre en place, la France n’est pas la collection des cantons suisses, est la seule réponse raisonnable et sérieuse.

Grands dieux,  que tous les ignorants de la chose publique,  et ils sont si nombreux,  aillent donc suivre des cours de droit constitutionnel.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA