Jul
24
COUP DE GUEULE : LE DOMAINE RESERVE ET L’AMOUR

Les premiers débats en commission des lois hier sur l’affaire BENALLA sont proprement lamentables. Face à des députés incisifs, qui en veulent, QUI FONT LEUR BOULOT, bravo, les deux premiers audités le ministre et le préfet de police sont à l’évidence mal en point.  Je ne félicite pas mon ami Gilbert COLLARD, on dira que je suis de parti pris (oui). Je fais mieux : j’essaie d’abonder ses questions.

A l’instant, on peut résumer comme suit. On est revenu à certains temps de la Vème République, avec les barbouzes, à l’intérieur, puis le domaine réservé du président de la République pour la politique extérieure. Sauf que désormais, le président a un doble domaine réservé, la politique extérieure, et à l’intérieur, sa police personnelle. Les ministres font de la figuration. Et les élus de la majorité extraordinaire et accidentelle sont de godillots d’un modèle inégalé dans l’histoire républicaine.

Avec en plus  du cogneur.

Et des mystères à propos des pouvoirs donnés au cogneur.

Mon  billet sur les conséquences amoureuses de cette affaire, l’histoire du mariage avorté, avec l’appartement de fonction refait à neuf a fait un succès de lecture.

Alors qu’on ne sait toujours pas qui était la fiancée, on découvre le cadeau de mariage du président (180.000 € de travaux de rénovation pour l’appartement de fonction). Et je me dis que quelque part, la révélation de cette affaire si  lamentable par ailleurs  est sans doute partie de là. Trop, c’est trop.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA