Jan
07
DOSSIER ARMENORUM : LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET AU MINISTRE DE L'INTERIEUR

Sous-titre : Ils nous emmerdent, les Arméniens.

Monsieur le président, Monsieur le ministre,

Pendant que, plus outrées les unes que les autres, les bonnes âmes et belles pensées de ce pays attaquent l'humoriste DIEUDONNé, dont on ne sait plus par quelle amende et sanction faire taire ses odieux propos anti-juifs, et que toute la presse recherche le moindre soupir d'anti-sémitisme dans tout ce qu'on dit et écrit,

La Cour européenne des droits de l'homme, oui celle de STRASBOURG, a rendu en arrêt de chambre le 17 décembre 2013 une décision discrète. Dont les vertueux personnages précités se sont bien gardés de parler.

Moi j'en parle, et je me dis qu'il vaut mieux être classé dans la catégorie Shoah que génocide arménien pour être considéré.

Un sympathique Turc (mais ils le sont tous), originaire d'ANKARA, président du Parti des travailleurs turcs (ils sont bolchéviques en plus) a participé en 2005 en Suisse à des conférences au cours desquelles il a nié publiquement l'existence de tout génocide de l'Empire ottoman (vous savez, TALAT PACHA) contre le peuple arménien en 1915 et les années suivantes.

Il a même qualifié de « mensonge international » l'idée d'un génocide arménien.

Le Tribunal de police de LAUSANNE l'a condamné pour discrimination raciale. Recours devant la Cour de cassation pénale du Tribunal du canton de VAUD. Rejet. Pourvoi devant le Tribunal fédéral de BERNE. Rejet par un arrêt du 12 décembre 2007.

Alors recours du Turc, il s'appelle PERINCK, contre la Suisse. Présidée par un Italien, avec des juges danois, serbe, suisse (???), hongrois, monténégrin et portugais -ces deux derniers ayant exprimé une opinion partiellement dissidente, la Cour européenne des droits de l'homme a dit ceci.

La Suisse est condamnée.

Dire en effet que « Le mensonge international » soit le génocide arménien, n'est pas un abus de droit.

La Cour ajoute que :

« « Le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l'un des aspects fondamentaux de la liberté d'expression et distingue une société démocratique, tolérante et pluraliste d'un régime totalitaire ou dictatorial. » »

Et encore : " " que les Etats qui ont reconnu le génocide arménien n'ont pas jugé nécessaire d'adopter des lois prévoyant une répression pénale pour des personnes mettant en cause le point de vue officiel, conscients que l'un des buts principaux de la liberté d'expression est de protéger les points de vue minoritaires, susceptibles d'animer le débat sur des questions d'intérêt général qui ne sont pas entièrement établies. » »

Vous avez bien lu, on peut donc légitimement, je cite : « animer le débat ».

Lorsque DIEUDONNé parle, donc il « anime le débat ».

Et vous le lui interdisez.

Allez-vous dans ces conditions protester légitimement aussi contre la décision de la Cour de STRASBOURG.

Si vous ne le faites pas, il y aura donc deux poids, deux mesures.

Et alors, comme disait l'autre dans le temps en parlant du Danemark, il y aura donc quelque chose de pourri dans le Royaume d'EUROPE. Ou dans la République française.

Je vous assure, Monsieur le président, Monsieur le ministre, etc. etc.

Commentaires

"Allez-vous dans ces conditions protester légitimement aussi contre la décision de la Cour de STRASBOURG."

J'attire votre attention - et vous le savez - qu'il y a longtemps qu'il y a en France deux poids, deux mesures.

L'humoriste auquel vous faites allusion y fait référence en permanence et de déclarations en déclarations ne cesse d'aller dans la surenchère car celles et ceux qui le mettent en cause ne sont pas inquiétés.

S'il y a des plaintes, les Tribunaux les examinent et l'intéressé utilise les voies de recours qui lui sont ouvertes.

Ce sont les Tribunaux qui déterminent s'il y a injure, diffamation, incitation à la haine raciale, etc, etc.

Mais celles et ceux qui provoquent, qui injurient, qui crachent leur venin doivent aussi répondre de leurs propos.

L'indignation ne doit pas être à sens unique.

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Il y a en effet deux poids et deux mesures.

Il y a d'un côté le racisme et d'un autre l'antisémitisme(lisez l'antijudaïsme). Aux USA, le beauf qui fait un salut nazi n'encourt aucune poursuite pénale. En France le salut nazi,qui avant d'être nazi était romain, est l'expression d'une haine du juif. Son auteur s'expose à des poursuites pénales pour incitation à la haine raciale.

Chez nous les sémites, entendez les Juifs, ont le pouvoir de se liver à l'épistémologie gestuelle et de décréter qu'une parodie du présentez arme, la quenelle de DIEUDONNE n'est qu'un salut nazi inversé. Ainsi plait-il à leur psychologie, que leur vision de l'acte soit partagée par le ministère public et les juges!

C'est un plaidoyer, nonobstant l'interprtétation stricte de la loi pénale,pour condamner un citoyen en s'affranchissant de l'axiome de la légalité des délits et des peines.

Dans sa chronique vidéo sur lefigaro.fr, Yves Thréard a interpellé Manuel Valls sur le deux poids deux mesures pratiqué entre l'affaire Dieudonné et les Femen. Ces dernières n'heurtent-elles pas tout autant, voir plus, la dignité humaine et la sensibilité des croyants en se dénudant dans les églises et en simulant l'avortant du Christ ?

Nom: 
MCD
Site: 
http://

ne sommes-nous pas parvenu au bout de ce qui a été initié avec le slogan:

"IL EST INTERDIT D'INTERDIRE"?

La bien pensance véhiculée par des abrutis est devenue le guide suprême qui ne respecte rien ni personne : elle ne vise qu'à des buts occultes et ne sert que des intérêts particuliers.

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

L'attitude des femen se dénudant dans l'Eglise ou simulant l'avortement du Christ, heurte certes les croyants dans leurs convictions. Or nul croyant nul mécréant n'ont un droit à revendiquer à n'être point heurtés en leur axiologie. En revanche tous ont le droit à la liberté de réunion.

L'attitude des femen visée ci-dessus caractérise l'entrave concertée à la liberté de réunion, et donne ouverture à application de l'article 431-1 du code pénal.

Qu'elles eussent perpétré les mêmes faits en une synagogue, une mosquée,ou un temple shintoïste le délit fût identique.

Nom: 
Philippe KRIKORIAN
Site: 
http://www.philippekrikorian-avocat.fr

Mes Chers Confrères,

Permettez-moi, à cet égard, de renvoyer à mon site internet www.philippekrikorian-avocat.fr où je publie la lettre que j'ai adressée le 30 Décembre 2013 dernier à l'Ambassadeur de Suisse à Paris, ainsi que sa réponse qui m'est parvenue le 09 Janvier 2014 écoulé.

Il m'y est indiqué que l'analyse juridique que j'articule dans mon courrier, tendant au renvoi de l'affaire PERINCEK à la Grande Chambre de la CEDH, a été transmise aux autorités fédérales à Berne.

La Suisse est désormais officiellement saisie de la problématique du Génocide Arménien, coeur de l'arrêt du 17 Décembre 2013, rendu public, curieuse coïncidence, le jour même où je plaidais devant la Cour d'Aix-en-Provence ma demande de transposition de la décision-cadre du 28 Novembre 2008.

La Suisse ne peut pas, au regard du JUS COGENS et de l'intérêt supérieur de civilisation dont relève ce contentieux, se dérober et doit demander le renvoi en Grande Chambre.

Très confraternellement à tous,

Philippe KRIKORIAN,

Avocat au Barreau de Marseille

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA