Jan
12
DOSSIER ARMENORUM : POUR UNE FOIS SOURIRE D'UN ANATOLIEN

J'ai été invité, vendredi écoulé, à la fois pour le Noel apostolique arménien (le 6 janvier) et le nouvel an en général.

Par le consul général de la République d'Arménie à MARSEILLE et le président de la chambre de commerce franco-arménienne. Ce dernier est un ami cher.

Le consulat général d'Arménie parait avoir été financé par un riche Arménien d'ailleurs. C'est bien.

Le bâtiment, belle et grande maison tranquille grand bourgeoise du temps des riches armateurs ou huiliers marseillais, est avenue Frédéric Mistral. Celle-ci est perpendiculaire au superbe square Monticelli. Chic 8ème arrondissement.

Où c'est plus amusant, souriant, réconfortant, je ne sais pas, c'est quand on constate que c'est exactement en face du consulat général de la Fédération de Russie, tranquille aussi, et à vue de nez, extérieurement au moins, presque aussi grand.

Au moins souriant, non ?

Moi je me suis souvenu alors des cours du professeur Paul de GEOUFFRE de la PRADELLE, lorsque j'étais étudiant à Sciences po, lorsqu'il défendait le traité de SEVRES, ainsi la constitution de cette d'abord éphémère petite république indépendante amie, et fustigeait ainsi le traité scélérat de LAUSANNE.

Puis d'une intervention que j'avais faite en public, où j'étais invité à l'occasion d'un 24 avril, pour déclarer, en 1975, qu'il arriverait un jour où l'U.R.S.S. éclatée, cette petite république finirait bien par arriver.

On m'avait alors reproché d'être un Dachnak, moi qui n'en savais rien - depuis, j'ai apprécié - et qui ne parle pas un mot d'arménien.

A MARSEILLE, le consulat général de Turquie est dans le même quartier, nettement plus loin, dans un grand bâtiment moderne, lui couvert de barbelés.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA