Jan
13
DOSSIER ARMENORUM MON BILLET DU 28 NOVEMBRE 2014 EST CENSURE PAR LE BATONNIER FABRICE GILETTA

 

C’est une question d’une certaine conception de la liberté d’expression au barreau de MARSEILLE, n’est-il pas vrai, sous la menace  d’exclusion de mon blog du site de blog avocats, le webmaster me transmet une copie du message qu’il a réglementairement reçu du bâtonnier Fabrice GILETTA, du barreau de MARSEILLE. Ce jour.

Celui-ci me demande supprimer certains mots  si vrais que j’ai employés dans mon billet du 28 novembre dernier.

Je viens de le faire, ce qui rend incompréhensible la fin du texte.

Je le fais uniquement pour éviter d’entrer en conflit ouvert nouveau  avec le Conseil de l'ordre (j'avais écrit initialement par erreur évidente, Conseil national des barreaux).

Tandis que je demeure poursuivi disciplinairement et que je continue à contester ces poursuites, et même l’organisation générale, bâtonnier en tête, quel qu’il soit.

Il aura beau dire et écrire, jamais le barreau de MARSEILLE n’a élu le moindre Arménien en IAN. Jamais.

Ceci veut dire quelque chose que la censure interdit de dire, mais  que tout le monde a parfaitement compris.

Cela dit, ça tombe vraiment mal pour mon censeur, à l’exact moment où j’ai signalé ici l’assassinat raciste d’hier contre un jeune Arménien de Marseille, un malheureux garçon de 16 ans, ce jour, pour lequel je me rends à l’instant à la cathédrale apostolique du Prado.

Que Dieu l’ait dans sa grâce divine.

Je n’en écrirai pas d’autre.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA