Dec
26
DOSSIER AVOCATS : LA MARSEILLAISE, « ALLONS ENFANTS » - ET SI MARSEILLE PEUT AIDER PARIS.

Un confrère parisien que je ne connais pas met ce soir en ligne sur son blog et notre blogosphère un article critique et au delà contre la chambre de l' instruction de la Cour d'appel de Paris qu'il entend mettre en accusation, avec invitation à la souscription d'une pétition.

Celle-ci n'est pas tendre pour les magistrats accusés - le mot est opportun - d'être en français dans le texte une simple chambre d'enregistrement, bref on accuse les magistrats de ne pas faire leur boulot. Pire de trahir leur fonction, et leur mission.

Ce confrère a toute ma sympathie au nom de la liberté.

Moi à MARSEILLE, je pourrais écrire par exemple que par une forfaiture inadmissible qui sera prochainement dénoncée au pénal, les juges consulaires prétendent interdire la barre à certains avocats, dans le silence étourdissant du bâtonnier sortant dont on compte les jours de sortie.

Revenons au confrère. J'imagine cependant qu'il va faire l'objet de poursuites disciplinaires car il attente aux principes de délicatesse, à la courtoisie et autres choses de ce genre en écrivant que les juges de la chambre de l'instruction de PARIS sont des juges de validation.

Je dis aux confrères parisiens qui seraient poursuivis pour leur courage que je suis prêt à les aider techniquement dans leur combat.

Il y a des mois que j'explique en long et en large la liberté de l'avocat et l'inconstitutionnalité de la procédure disciplinaire.

Commentaires

Usagers de cette Chambre, ils ont mis en avant leur vécu.

A aucun moment, ils n'ont injurié des magistrats.

On avance ici rien moins que les juges trahissent leur serment en ne jugeant pas.

Bon d'accord, le serment est-il constitutionnel ?

Nous n'avons pas la meme définition de l'injure. Celle-ci est plus grave.

Mais, pratiquement, il faut en revenir à l'arret GOUVEIA et COSTA et à l'arret BILGER.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA