Apr
05
DOSSIER AVOCATS : LES MALVENUS

Au moment de préparer le recours que pratiquement seul je formaliserai devant le Conseil d'Etat tandis que le Conseil national des barreaux attendra de voir et la distribution de médailles qui devrait marquer la fin de ce quinquennat,

Tandis que nos bâtonniers roupillent (1) et que les conseils des ordres, aux ordres, ne sont pas au courant, et considèrent qu'ils sont aux ordres, toujours aux ordres, rien qu'aux ordres,

Bref dans ce contexte ahurissant de fin de règne, IONESCO, le roi se meurt, ce que j'ai plaidé devant le Conseil constitutionnel n'était pas une plaisanterie quant à l'appréciation de la situation du moment,

Je relis le décret d'hier et m'aperçois que je me suis trompé. C'est pire.

Car, tel qu'il est rédigé, le périmètre des nouveaux arrivants dans la profession va au-delà des parlementaires et va inclure les ministres et secrétaires d'Etat. Je me demande même si les membres du Conseil économique et social, ce machin qui n'a jamais servi qu'à caser à petit prix des relais politiques dont on ne savait pas quoi faire, ne sont pas aussi dans le lot. Parce que la formule est bien vaste « avoir participé à l'élaboration de la loi » s'applique ici. Le Conseil économique et social est consulté, comme d'ailleurs des tas d'organisations.

Bref, la rédaction du décret d'hier est si large et volontairement si large que je vous annonce à tous qui dorment après vos « gardes à vous », qu'on va avoir quelques très mauvaises surprises.

S'il ne s'agissant pas de rire jaune, cette affaire arrive à l'exact moment ou la chambre commerciale de la Cour de cassation, transmettant la Q.P.C. des tribunaux de commerce au Conseil constitutionnel, en ajoute un couche pour insister sur ce qui lui parait l'obligation de compétence pour l'accès aux emplois publics.

Vous m'avez compris : pour être magistrat, il faut être diplômé et compétent. Et elle a bien raison Madame FABRE qui préside la chambre commerciale.

Mais pour être avocat, et charitablement, elle n'a pas eu à s'exprimer, c'est désormais inutiles, sauf pour les imbéciles pontifiants qui sont nos élus majoritaires les mêmes qui ont toujours défendu l'accès par les centres de formation professionnelle et leurs formateurs professeurs Nimbus de bazar.

Mais n'avez-vous pas honte, Messieurs ?

-------------------------------------------------------------------------------

(1) Le mien me menace de la « direction de la déontologie ». Oui parce que pour lui, dire la vérité à son bâtonnier et qu'il est mauvais est un outrage. On va donc devoir dégainer l'art. 10 de la convention européenne, l'art. 41 de la loi de 1881 sur la presse, l'art. 434-8 du Code pénal. Le roi mourant de IONESCO avait au moins un certain humour. Et ses ministres tombaient dans des trous, et disparaissaient. Ils ne devenaient pas avocats.

Commentaires

mais vous avez tout mon soutien devant les menaces de votre Bâtonnier.

Sais pas, on est perdu et il n'y a plus de plan.

Le Vatican annonce en effet aujourd'huin un rappel du pape à l'obéissance.

Je l'aime bien le pape, mais il est un peu dépassé. Un soupçon comment dit-on ?

Ce qui est grave est que certains dans notre profession se prennent maintenant pour des papes de paroisse.

Aie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA