Jul
03
DOSSIER AVOCATS : LES DEFILES DE LUNDI 7 JUILLET

 

 

 

J’ignore si le train spécial Marseille – Paris du barreau de Marseille aura été complété ou non. Il y avait encore des places de libres il y a peu. Les soldes ne sont pas terminées, je le rappelle aux retardataires.

Pour la si modeste somme de un euro 20 cents, je conseille à tous d’aller acheter si ce n’est déjà fait Le Canard enchainé de cette semaine.

Lisez le tiers de page sur le thème des avocats d’affaires (parisiens) qui mangent à tous les râteliers.

C’est le sujet des P.P.P. Lisez. Voyez les chiffres sur des budgets publics.

Ah, c’est vrai, certains sont mieux lotis que d’autres.

L’ennui voyez vous, c’est qu’à la chancellerie on a encore les moyens de s’acheter Le Canard enchainé.

Nos édiles défilant en robes noires vertueuses seraient bien inspirés de réfléchir plus souvent.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Bisounours

Si vous contestez cette manifestation, il suffit pour vous de prendre vos dossiers. Le droit de grève ou de non grève est libre. Mais ne vous plaignez pas après

Mais je ne me plains pas APRES.

Je me plains de ce que l'action actuelle est la suite de fautes grossières d'appréciation de la réalité du monde, faites pour des considérations socialisantes ou bien pensantes.

Je me plains donc de ce que ceux qui dirigent cette profession en trahissent les intérets professionnels au profit  de quelques uns seulement.

 

Pourquoi aller manifester à Paris alors que nos clients sont pour la plupart dans nos paroisses?

Perte de temps et d'argent. IIlisibilité. Pire encore, risque de banderoles sur la solidarité dans la défense de quelques oligarques décorés.

Alors que chaque Barreau en région pouvait se démarquer par des actions originales, des conférences de presse, on devra à Paris se caler sur les éléments de langage du CNB. Tout aseptisé et propre.

Il faut pas y aller mais que ce lundi chacun organise des actions adaptées à la situation concrète de son secteur.

Et la PQR relaiera avec beaucoup plus de bruit que les médias nationaux. Surtout s'il se présente d'ici là un événement genre coupe du monde ou proche orient ou intermittents qui écrasera nos gesticulations boboagénaires . En robe, en plus.

 

Oui, Dominique.

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Une telle action ne serait efficace que si 50 000 avocats et même plus y participaient !

A PARIS, il est possible de se rendre près des ministères concernés.

Si la mobilisation amène à PARIS 2000 ou 3000 avocats, c'est alors un échec complet.

Pour une bonne et simple raison, c'est que le barreau parisien compte déjà à lui seul une proportion très importante de la totalité des avocats de France.

En un mot, une manifestation à PARIS où il n'y aurait pas au moins 25 000 avocats est un échec.

Chronique d'un bide annoncé, quoi.

 

Le 5 juillet 2014, vous avez publié un article intitulé "DOSSIER BLOGOSPHERE" : DITES PIMBECHE ALORS COMME CA JE NE FAIS PAS DU DROIT" dans lequel vous avez des propos inqualifiables envers la juriste de la Grande Bibliothèque du Droit de Paris qui, répondant à votre mail, vous informait que votre blog n'était pas retenu parmi ceux qui font du Droit.

En représailles, dans votre article,  vous croyez pouvoir la qualifier de "juriste de guichet de sécurité sociale. Du genre qui annone les arrêtés ministériels, en répétant sans rien comprendre" non sans avoir indiqué auparavant : "La pauvre, dont je ne sais pas d'où viennent les titres et qualités..."

Vous avez délibérément censuré les commentaires indignés et même retiré la possibilité de consulter le texte de sa réponse en supprimant purement et simplement votre billet d'origine pour le republier à nouveau, 24h après, vierge de toute indignation : c'est lui qui apparait aujourd'hui sous le titre  "UNE AFFAIRE DE PIMBECHE".

Parmi les commentaires indignés, un de vos lecteurs avait observé, dans un des commentaires censuré, que "ce sont vos propos qui inspirent de la pitié et votre façon méprisante de traiter cette juriste inspire le dégout": nous ne pouvons qu'approuver ce commentaire.

Qu'un avocat puisse proférer des propos méprisants, insultants et même misogynes envers une personne,  sur un espace officiel réservé aux avocats, nous parait insupportable; en plus la suppression des commentaires indignés laisse supposer que les lecteurs approuvent tacitement.

Vous portez indiscutablement atteinte à l'image des avocats que nous pensions courtois, modérés et respectueux.

 

 

Dans un article du 7 juillet 2014 à 20h04, intitulé "DOSSIER IDENTITE NATIONALE : DROLE DE POSITIVITE DANS LA DISCRIMINATION", vous vous étonniez qu'une jeune marocaine, fille d'un ouvrier marocain et d'une mère marocaine au foyer, ait réussi son baccalauréat avec 21/20 de moyenne.

Vous dites littéralement : " Fille de deux Marocains, un ouvrier et une mère femme au foyer, voici qu’une jeune fille réussit au baccalauréat avec une moyenne de 21,03 / 20. Oh là."

Plus loin, on lit  : "La discrimination est si positive qu’on en fait péter les calculettes."

Et de rappeler qu'elle réside à VILLERS COTTERET, berceau de la langue française, ce qui apporte la touche supplémentaire à la discrimination sociale et raciale, comme pour mieux vous faire comprendre.

Vous dites clairement qu'en raison de ces origines , elle ne méritait pas cette excellente note puisque vous, Français, ne l'obteniez pas en Algérie d'un Professeur juif.

J'ai lu par hasard cet article : je l'ai trouvé scandaleusement raciste et j'ai publié à 23h32 un commentaire en réponse pour m'indigner que de tels propos aient été proférés par un avocat qui, sauf erreur n'est pas dispensé du respect des Lois de la République sur la discrimination.

Par un commentaire, j'ai donc protesté et dénoncé publiquement ce délit au pied de votre article.

Il est en effet tout à fait scandaleux de déformer et de stigmatiser  la situation de cette jeune fille en raison de ses origines marocaines et modestes car elle est une candidate parmi 350 autres candidats qui, comme elle, ont dépassé 20/20. 

Selon vous, selon le titre de votre article, il s'agirait d'une discrimination positive en raison de ses origines ethniques et sociales....

Quelle affirmation scandaleuse !  Comment le savez vous  ? Qu'est ce qui vous permet de le dire ?

Vous avez certainement du courage pour proférer de telles ignominies mais vous n'avez pas le courage d'affronter le regard d'une lectrice qui vous traite comme il se doit.

Plutôt que de me répondre et de vous expliquer avec votre lectrice (pas assidue, je vous assure, car j'en ai mal au coeur à chaque fois!) , vous avez courageusement supprimé non seulement l'article mais aussi et surtout les commentaires dont le mien pour publier à nouveau le même article le 8 juillet 2014 à 6h24 sous le titre actuel : "DOSSIER IDENTITE NATIONALE LES EXCES DE LA DISCRIMINATION POSITIVE".

Le titre a changé, comme pour accentuer le caractère discriminatoire de l'article, mais  le texte en est strictement identique. En revanche, la publication ne comporte donc plus les commentaires précédents qui manifestement vous gênaient.

Cette nouvelle présentation est désormais lisse, comme si vos propos étaient acceptés par tous puisque personne ne protesterait.

On dirait que pour vous l'absence de commentaires désapprobateurs serait comme un  gage du caractère inoffensif, anodin, banal de vos propos : ce n'est pas le cas et je proteste vigoureusement, aussi contre votre méthode de dissimulation.

La question qui vient immédiatement à l'esprit est de savoir si vos collègues avocats partagent le même point de vue ? Si oui, comment peuvent-ils partager de telles propos ?  Mais peut être que vous effacez aussi leurs protestations, qui sait ? 

N'y a-t-il pas un responsable qui pourrait vous interdire de publier de telles ignominies?  

Dans votre cas, ce n'est pas vous qui devriez pouvoir supprimer les commentaires mais le lecteur devrait pouvoir supprimer vos articles nauséabonds.

Une plainte pour discrimination est particulièrement justifiée.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA