May
24
DOSSIER BARREAU DE MARSEILLE : NOUVELLES DES AMIS QUE JE N'AI PAS

Au moment où je transmets au juge d'instruction une constitution de partie civile, dans une affaire d'amis (dont je ne suis pas),

On me rapporte que tel procès est en cours au Tribunal de la même ville entre deux banques, la n° 1, filiale à 100 % de la n° 2, l'autre filiale à 100 % de la n° 3, qui est la SOCIETE GENERALE. C'est déjà insolite. C'est apparemment une sous question de comités d'entreprises. Le schéma est déjà bizarre se faire des procès à soi-même, ne croyez -vous pas ?

Et puis on me rapporte aussi qu'il y aurait un projet d'intervention d'un bâtonnier en activité pour le comité d'entreprise de la banque n° 1 contre la banque n° 2 qui elle est le banquier principal du barreau qu'il dirige.

Cette histoire me gêne deux fois :

1°. Comme actionnaire que je suis de la banque n° 3, la SOCIETE GENERALE, dont la politique des dirigeants nous a fait perdre tant d'argent. Sa seule perte sur la Grèce, estimée au minimum, c'est tout même deux fois le bénéfice actuel de RYANAIR.

Drôles de méthodes internes par ailleurs.

2°. Comme avocat, il me semble que le bâtonnier de l'ordre serait mieux inspiré de s'occuper d'autres clients que ceux qui sont en rapport financier direct avec l'ordre.

On me répondra que dans le passé, tel président aujourd'hui disparu de la CARPA locale était bien devenu avocat de la filiale Rhône Alpes de la banque n°2.

Je pars dans un instant en Italie.

C'est bien BERLUSCONI qui parlait des amici di amici, amici di amici di amici, etc. avant lui-même de devoir s'occuper un peu moins des amis en question.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA