Apr
22
DOSSIER BLOGOSPHERE : LE RESEAU DE LA BLOGOSPHERE ET AVOCATS.FR

Si je comprends bien ce qu'a écrit Madame BOCARA à la Gazette du Palais ces jours-ci, la fermeture du site « avocats.fr ou les couacs de la communication du C.N.B. » est une affaire de gros sous, et surtout un différend de plus encore le président et ses amis. Les chiffres avancés ne correspondent SUREMENT pas au cout payé par le C.N.B. pour la gestion de nos blogs.

Contrairement à ce qui a été écrit, il n'y a pas eu de fermeture du site avocats.fr. Celui-ci existe toujours. Ce qui n'est plus c'est la publicité organique pour la profession toute entière, au demeurant minable, qu'il comportait, d'une part. Et d'autre part, ceci n'ayant strictement rien à voir, le relais automatique qu'il donnait à notre réseau de blogosphère. Ainsi en le signalant et en en faisant la publicité.

Ensuite, comme on le sait, nous autres blogueurs avons été envoyés ailleurs, sans avertissement et sans référence de mentions pour le renvoi ainsi fait sur la base qu'on lit aujourd'hui quand on ouvre « avocats.fr. »

On parvient donc désormais à nous par « réseau de la blogosphère ».

Car nous avons finalement été mis dans un placard, placard auquel tout le monde peut cependant continuer d'accéder librement, nous compris. Lequel est toujours placé sous l'autorité -mais existe-t-elle encore ?- du Conseil national des barreaux.

Ce qui est certain est que l'hébergeur nous accueille toujours et ne nous demande rien. Il n'est donc pas en cause lui, c'est évident. Il doit donc alors savoir l'hébergeur, que ceux qui utilisent encore ses moyens techniques en tout cas moi, n'ont rien à lui reprocher au titre en général des blogs. Il peut arriver que techniquement nous ne soyons pas d'accord sur tel point (il m'est arrivé de l'exprimer en termes vifs). Mais le principe de son travail n'est pas en cause. C'est un bon hébergeur.

Il reste enfin à savoir si l'expression « réseau de la blogosphère » est une propriété privée ou si elle est susceptible d'appropriation. C'est une question à laquelle il faudra réfléchir le jour où le C.N.B. nous aura mis définitivement à la porte s'il le fait un jour.

A ce sujet délicat, j'ai fait des propositions çà et là, en off. Je m'étonne de n'avoir eu jusqu'ici qu'une seule réponse (l'intéressé sait qui il est).

Une fois encore, l'intelligence tactique des avocats est en cause. Quel dommage.

Mots-clés: 

Commentaires

J'ai pas eu le temps de répondre : je suis d'accord.

Voilà, c'est fait.

:-)

... j'ai donc couru à l'Ordre pour me procurer l'article en question.

j'ai relevé les points suivants :

- 2 000 000 € pour l'agence de pub... J'approuve totalement le Président du CNB qui a mis fin à cette gabegie (il est vrai que la publicité organique pour la profession a toujours été minable).

- Le "site" avocats.fr (ce n'est pas un site mais un nom de domaine) existe encore bel et bien (nous en sommes la preuve vivante). Certes l'accueil d'avocats.fr n'existe plus et c'est une bonne nouvelle (on se souvient de l'avocat virtuel ridicule, dénoncé en son temps dans les colonnes du canard enchaîné). il faudrait faire en sorte que la redirection n'aille plus vers le site du CNB, mais vers http://avocats.fr/network/blogosphere (après tout, nous faisons de la pub gratuite pour la profession...).

Allez, pour finir, voici une petite pub que j'offre (gratuitement) à la profession : http://bit.ly/srXs2b

Et soumissionne auprès du C.N.B. Tu es bien meilleur qu'eux. Et tant qu'à faire, j'aime autant que c'est toi qui encaisses les millions.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA