May
21
DOSSIER BLOGOSPHERE : DE LA CENSURE ADMISSIBLE

Qui est en fait un droit de réponse ou de protestation légitime sur une mise en cause personnelle dont le titulaire du blog n'est pas l'auteur.

Le « service de communication » (sic) du cabinet, qu'il appelle d'ailleurs à tort étude d'un liquidateur judiciaire de quelque part en France, me demande par courriel de supprimer un des commentaires d'un vieux billet publié en septembre 2012 sur mon blog.

Bien entendu, je ne suis pas l'auteur du commentaire, et bien que celui qui l'y a placé ait indiqué son nom, je ne connais rien ni de lui, ni de son affaire.

Je n'en suis pas chargé, et nos blogs ne doivent fonctionner, quant aux commentaires qui y sont faits que pour autant que nous les partagions ou les approuvions. Ce qui signifie qu'il faut déjà avoir en mains les éléments du débat.

Tel n'était pas le cas ici, où des lecteurs que je ne connais pas ont donc utilisé mon blog comme un moyen de communication ou d'information. Une tribune libre.

Mais, dès lors que je ne suis pas chargé de les défendre, et que mon blog n'a pas à être leur tribune personnelle, dès lors que je n'ai aucun moyen de savoir le vrai du faux, j'ai effacé le commentaire, en ai informé le liquidateur judiciaire impliqué, lequel me remercie immédiatement.

Voilà comment doivent se faire les choses, autrement qu'en jouant les va-t-en guerre, comme on le faisait auparavant sur la blogosphère, remarquez avant de nous envoyer dans un placard.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA