Feb
09
DOSSIER BLOGOSPHERE : HONNEUR DE LA DOCTRINE NUMERIQUE

On peut déplorer par exemple le temps de réaction de la doctrine classique sous forme de l'imprimé en revue papier d'actualité juridique, par rapport au progrès inouï que constitue la communication électronique. Je suis désolé si mon propos est une fois encore considéré comme narcissique, je m'en fous, quant aux commentaires du groupe de tète de notre blogosphère.

NOUS SOMMES LA DOCTRINE NUMERIQUE.

Car c'est bien de cette vraie question que je traite ici. On connait les commentaires vrais de tel célèbre élu bordelais, « le meilleur d'entre nous », chez certains, sur l'excellence et les vertus du blog, comme il l'avait pensé analysé et écrit lors de son exil au Québec.

Je me suis déjà expliqué sur la tenue de la blogosphère, j'ai déjà eu des critiques du genre, « il se prend pour qui Kuchukian », « il distribue les bons points», « il n'a pas à parler ainsi ». M'en fous.

Mais enfin, essayez donc d'en faire autant, ayez le courage de vos idées, et de vos actions, venez vous mesurer sans anonymat bien évidemment, sur le terrain moderne et LIBRE de l'expression que constitue spécialement la blogosphère pour les avocats.

Après, on verra...

La vérité est que la blogosphère comporte un tout petit petit groupe très actif, et dynamique, qui trouve les informations et les sujets, les traite vite directement, en temps presque réel, et n'a pas besoin de l'aide de la doctrine classique, qui finalement vient les paraphraser ou les copier.

L'exemple le plus significatif est ici. Qu'on veuille bien revoir les commentaires très vifs qui ont été faits par Giroud et moi-même et peut être d'autres aussi lorsque nous avons su que le très remarquable blog d'Icard était purement et simplement copié, puis revendu.

Mais la vérité est aussi que l'excellence du sujet trouve sa limite dans la censure directe ou indirecte. Directe par la suppression des billets mis en ligne. Ceux qui déplaisent aux autres, bien incapables d'en faire autant, par incompétence ou pire par peur.

La question directe parait réglée par la possibilité de reproduire, ce que j'ai fait plusieurs fois récemment, et c'est avec plaisir que je reconnais qu'à la suite d'une procédure de référé que j'avais engagée contre le président du C.N.B., on parait s'être calmés contre moi.

Du moins « directement », sur la blogosphère. Ailleurs, c'est tristement autre chose.

C'est bien pourquoi, et c'est désolant, les meilleurs seront condamnés ou se condamneront à fuir de l'espace de qualité que constitue la blogosphère. Ils la laisseront à ceux qui :

* Reproduiront simplement les titres des articles lus dans des journaux juridiques (évidemment sans indiquer la suite, en raison des questions de droit d'auteur)

* Ne feront que fournir en brut de l'information prise ailleurs sans retraitement

* Lorsqu'ils reproduiront des décisions de justice (c'est libre), se garderont bien du moindre commentaire

* Et ne manqueront pas de nous signaler le déménagement de leur cabinet, l'arrivée du printemps,

* Aussi, six mois plus tard et même davantage que les avoués ont disparu ou qu'ils viennent de découvrir la taxe des 35 € a été traitée au Conseil constitutionnel (sans même s'apercevoir que le sujet a été déjà traitée en temps réel deux des membres de ladite blogosphère qui avaient pris la peine de faire l'événement rue Montpensier).

Je comprends mieux chaque jour l'anonymat du remarquable Eolas.

Et les coups de gueule de Collard.

Ce sont ceux ont qui ont raison, chacun dans leur coin: on se dégrade à vouloir s'exprimer parmi ses confrères pour faire avancer les choses.

Et c'est bien dommage.

Mots-clés: 

Commentaires

pour le vol chez André Icard (dont le blog est remarquable, en effet) ?

Je ne l'avais pas lu, étant un peu en retrait ces derniers temps.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA