Aug
29
DOSSIER BLOGOSPHERE : LE FORMATAGE DES AVOCATS BLOGUEURS ET LE STYLE IMPAYABLE DE LA CENSURE

Voici comment se présente habituellement une notification de censure contre un blogueur sur le site de la blogosphère. Mais oui, ça existe. La preuve.

Le style habituel des ordres des avocats, oui, mais d il y a 50 ans. Rien oublié, rien appris. La liberté, l'originalité, la protestation, connais pas. La convention européenne des droits de l'homme non plus. Moule unique obligatoire.

Lisez bien vers la fin :

Le but de l'initiative (le blogosphère) du C.N.B. est « d'augmenter la visibilité des professionnels auprès du grand public ». Il parait même que cela fonctionne de mieux en mieux avec 300.000 lecteurs le mois, je cite « en grande partie dû à la qualité des articles que vous publiez tous collectivement ».

Fin du premier acte, merci.

Deuxième acte maintenant : « il n'est pas souhaitable d'utiliser avocats.fr pour des polémiques qui ne regardent que les avocats (et pas le grand public) et qui risquent même de desservir votre image auprès de ces lecteurs qui ne comprennent pas forcément à quoi la polémique se rapporte ».

Dites-moi, les copains, vous vous mêlez de quoi au juste ? Mais enfin qui vous permet de considérer que telle polémique est utile et pas telle autre. Vous êtes-vous demandé un instant si le succès de la blogosphère n'est pas avant tout la conséquence de la qualité polémique ou indépendante en tout cas des propos de certains ?

Parce certes, on trouve aussi sur la blogosphère des banalités tranquilles. Je doute fort que le succès correspondant vient de la contemplation de photographies de nuages dans le ciel, de la mise en ligne de la météo à Fort de France, d'informations sans commentaires sur telle publication, voire de la communication de la nouvelle adresse et du nouveau téléphone de Maitre Untel.

A travers son webmaster, le Conseil national des barreaux est-il un directeur de pensée unique.

C'est ahurissant, je veux dire la nôtre, cette profession qui a la charge de défendre les autres, spécialement la liberté des autres, et qui devrait s'interdire de l'exprimer pour elle-même.

C'est quoi aussi le formatage en modèle type des avocats spécialement des avocats blogueurs. Alors, moi, je vais vous dire : parce qu'ils sont incapables d'écrire une seule ligne, les directeurs de pensée de la blogosphère essaient de faire taire les autres. C'est vilain, na.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYENL
Site: 
http://

Dans l' Athènes antique, les enfants des eupatrides avaient des esclaves pour précepteurs, qui leur enseignaient l'art d'être des citoyens libres.

Dans la Turquie ottomane, des euneuques pourvoyaient au confort viril du sultan,veillant à la bonne administration de son cheptel à concupiscence.

Dans notre société les libertés et les droits des citoyens sont défendus par les avocats, membres forcés d'une association en laquelle ils sont caporalisés.

Cependant la société où vivent ces soutiers de la liberté, proclame entre autre la liberté d'association.

Nul citoyen ne peut être poursuivi sans l'existence d'une loi prévoyant et définissant le fait à lui reproché, et la sanction encourue. Tout au moins son avocat, ne manque jamais pour la défense, de veiller scrupuleusement à l'observance par l'Etat de ses axiomes constitutionnels.

C'est par l'intervention d'avocats défendant leurs clients poursuivis pour délit de harcèlement sexuel, que la loi définissant l'infraction susdite en termes vagues et imprécis, fut abrogée par le conseil constitutionnel.

Le nouveau texte revu et corrigé par le législateur, souffrant des mêmes vices congénitaux que le texte abrogé, va probablement connaître la même fin que celui-ci.

Les avocats sont exclus du droit à se prévaloir pour eux-mêmes du principe de la légalité des délits et des peines. Et, c'est à cette fin que l'Ordre des avocats fut établi, il y a deux siècles. C'est à dire soumettre les avocats poursuivis à la procédure et au droit pénaux de l'Ancien Régime.

Quant à la liberté d'expression, dont les limites sont, pour tout citoyen déterminées par la loi 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, et par les dispositions l'article 5 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, pour les avocats, elle n'a pas d'existence!

Il est coquet de s'entendre dire que la liberté des avocats sur la blogosphère, pourrait donner au public qui ne comprend rien, une mauvaise image de la profession.

C'est la Congrégation pour la doctrine de la foi!

Pour avoir le droit de vous exprimer, avocats, vous êtes instamment priés de soumettre préalablement vos cogitations aux officiers de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Dit en termes plus juridiques, entendez aux membres du Conseil national des barreaux.

Nous pouvons in fine savourer d'avoir l'heur de naître et de vivre au sein d'une société libre. Tout cela, sans omettre de préciser que chez l'avocat, il n'est de liberté que pour sa servitude, qui elle, dure depuis deux siècles.

Que geignent les officiers de la Congrégation pour la doctrine de la foi, nous n'en avons cure. La liberté ne s'obtient jamais en déposant une requête aux pieds de celui qui vous tyrannise, mais en le bousculant avec une mâle énergie.

La liberté ne se demande pas, elle se prend.

ET ELLE SE GARDE

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA