Mar
31
DOSSIER BLOGOSPHERE : LES EMBUCHES NATIONALES MISES A L'ACCES A NOS BLOGS.

Depuis un mois environ, tous les confrères l'ont remarqué, sans compter le grand public, la volonté du CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX est de mettre à part, d'isoler du reste de la profession, ce qui s'est lentement constitué en institution désormais bien en place, « la blogosphère des avocats ».

C'est bien lui pourtant qui l'a créée, voici quelques années, et j'ai expliqué il y a bien longtemps déjà que c'est selon moi la seule chose utile qu'ait jamais faite le C.N.B.

Seulement voilà, nous dérangeons l'ordre institutionnel de l'immense majorité à la fois ignorante et frileuse des gouvernants nationaux ou locaux, et faute de pouvoir exclure la vingtaine de confrères qui font la réalité de la blogosphère, plus spécialement la demi- douzaine de frondeurs et activistes de haut vol, dont je suis fier d'assurer la tète, il faut bien trouver une solution d'isolement.

Mes confrères, devenus amis m'ont alerté, et nous nous sommes tous rapprochés, c'est sur.

Ce soir, la situation, parait bien claire : on ne fait plus aucune référence à la blogosphère sur le site institutionnel du CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX. On nous a définitivement mis « à part ». Pour autant que le mot « définitif » ait un sens. Et en désespoir de cause.

Le grand Charles MAURRAS - je vais encore me faire des amis - écrivait jadis qu'en politique, le désespoir est un non sens.

Bref, revenons à nos blogs, pour arriver jusqu'à nous, il faut :

* Soit passer en accès direct sur nos blogs par les adresses individuelles précises, ou par les moteurs de recherche constitués de nos noms de famille et du mot blog.

* Soit, si on veut une vue générale de ces blogs et de leur activité, aller chercher par le mot « blogosphère », ou mieux encore « blogosphère des avocats. » Le mieux est encore "le réseau de la blogosphère".

Mais plus rien par C.N.B., voire par « avocat.fr » ou « avocats.fr ».

A ce propos, je devine les délires de réflexion pratique imposés aux informaticiens que cette décision a générés.

Toutefois, je me marre, parce que ceux qui ont décidé de cette réforme, je parle des décideurs nationaux, pas de l'hébergeur, lui qui a fini par connaitre son boulot (on l'a suffisamment engueulé par le passé, moi en tète), ont oublié une chose.

L'hébergeur, INFINITZ, quoi, est un professionnel de haute qualité.

Alors, il continue, car c'est la loi, à afficher sur son écran, en bas à gauche les conditions d'utilisation du site.

En rappelant que c'est un service du ... CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX, sous son autorité, etc. etc.

Bref, plus ça change, plus c'est- pareil.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA