Sep
24
DOSSIER BLOGOSPHERE REFLEXION AERIENNE SUR LES PALLIERS DES AVOCATS BLOGUEURS

Il reste regrettable de constater des graves différences de paliers intellectuels dans les communications des confrères sur notre blogosphère.

On constate que pas tous font de grands efforts de grande qualité pour « sortir » des sujets, des informations, et les commenter. Ainsi en apprendre aux autres, y compris les jeunes aux vieux.

Je me souviens par exemple de telle consoeur publiciste des Antilles, devenue amie de blog me rectifiant en off et « redressant » quelque chose que j'avais oublié. Ce qu'elle écrit régulièrement est d'ailleurs toujours non seulement de qualité, mais n'est pas la copie résumée de ce qu'ont dit les autres avant elle.

Je constate depuis quelques semaines la mise en ligne régulière de la découverte que fon certains de l'avis de la Cour de cassation sur la communication numérique. Deux choses sont affligeantes.

1. Qu'ils le découvrent seulement maintenant,

2. Qu'ils n'aient rien à dire de plus.

C'est dommage d'avoir l'impression, comme le disait dans le temps Dominique MATTEI, que les avocats, c'est comme les avions, certains volent à 30.000 pieds, d'autres plus bas, d'autres font du planeur, et beaucoup (trop) du surplace sur les pistes d'atterrissage.

Mots-clés: 

Commentaires

Chaque avocat fait bien ce qu'il veut de son blog et demeure libre de choisir ses sujets, même à retardement !

Je ne sais pas vous, mais moi je recherche une blogosphère de qualité. C'est toujours la meme chose: l'avocat doit-il etre de qualité ?

C'est une vraie question.

OUI, mille fois OUI, l'avocat a le devoir d'être à la pointe de la réflexion et de la contestation si elle est nécessaire !

Mais je comprends la nature humaine et cette attirance vers le VIDE, vers le NEANT, vers le NUL, vers le RIEN !

Par pité, ne soyez pas suicidaire.

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

On se perd en conjectures.

Pour embrasser cette profession, il faut justifier d'un certain niveau, voire d'un niveau certain de formation intellectuelle et technique.

Mais par la faveur de la loi et du décret, la profession est habitée par des émigrés latéraux. Ils pénètrent dans le cénacle par la porte latérale, dispensés de justifier du niveau de connaissances légalement requis.

Aussi avons-nous eu l'insigne honneur de voir arrivés dans nos rangs des confrères, ayant pour tout bagage universitaire: le certificat d'étude primaire élémentaire!

C'est pourrait-on dire la bigarrure intellectuelle de la profession.

Celle-ci est libre. Du moins la naïveté de ses membres le croit-il. O cruelle méprise! libre par déclaration de la loi, l'avocat est caporalisé au mépris de tous les principes de droit excipés, pour la défense de ses propres clients.

Le statut d'avocat est une capitis diminutio, comme eussent dit des jurisconsultes à Rome.

Il n'est pas certain que nos lointains ancêtres du temps de Cicéron eussent accepté notre statut infra-canin! Il a fallu plus six siècles pour que vît le jour le corpus togatorum, préfiguration de l'Ordre des avocats.

L'accoucheur de cette funeste institution est au VIème siècle l'empereur Justin 1er, qui voulait connaître le nombre des avocats exerçant auprès de chaque tribunal de l'empire. Plus habile que ne sera son imitateur du XIXème siècle, il s'était bien gardé d'exposer la raison réelle de la venue à l'existence du Corporis togatorum.

A l'avocat médiocre pour vivre il lui suffit d'avoir le sens de la mangeoire, faire des salamalecs aux kakistocrates(1) de son Ordre. Et il vit en père peinard.

Pour celui qui est plus doué que la moyenne, son existence est en soi un problème pour la kakistocratie, car elle lui réfléchit tel un miroir l'image de sa propre médiocrité.

Or les médiocres ne peuvent pas d'eux-mêmes devenir brillants, alors ils cherchent à briser le miroir.

Etre doué dans ce microcosme est très onéreux psychologiquement et matériellement, aussi vous harcèle-t-on de poursuites disciplinaires.

Vous passez un temps considérable à faire fonctionner vos neurones pour défendre vos libertés et dignité.

Ce temps précieux et votre compétence sont distraits de votre activité professionnelle. In fine tout se passe comme si vous étiez un médiocre parmi d'autres, quant à l'efficience partielle de votre activité professionnelle.

Extérieurement il y a équivalence des résultats.

Voilà pourquoi la profession est riche en médiocrité et fort pauvre en qualité.

(1) néologisme de l'auteur de ces lignes formé à partir de kakos signifiant mauvais et cratos pouvoir . Le kakistocrate est l'antonyme d'aristocrate. L'aristocratie est le gouvernement des meilleurs, en contrepoint la kakistocratie est le gouvernement des pires.

Je vous rassure; il s'agit du néant culturel que certains cultivent avec facilité !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA