Feb
01
DOSSIER BLOGOSPHERE LETTRE A QUELQU’UN DU C.N.B. S’IL CONTROLE QUELQUE CHOSE

 

J’ai cru comprendre,  à la lecture des conditions de fonctionnement de blog avocats, que les blogueurs avocats ne doivent pas copier ce que font les autres, donc dans la presse, sans l’autorisation des autres.

Je suppose qu’on peut appliquer ici,  contre ce principe un peu rude,  la règle générale du droit de la presse, bien connue depuis longtemps, en fait on peut citer sans autorisation à la condition de donner la source et  de  commenter. Rien n’est plus sain.

Voici cependant  que de plus en plus souvent, on déplore  que certains blogueurs se contentent de recopier tel  lien avec tel écrit d’ailleurs, en se gardant bien du moindre commentaire.

Ce n’est pas bien joli ce manque de courage, ou de talent, ou des deux, mon capitaine.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Il faut bien évidemment toujours citer ses sources et bien marquer le texte avec un signe distinctif.

Mais l'intérêt de certaines publications réside dans le choix du thème et la manière dont il a été traité sans forcément nécessité d'un commentaire.

 

Je n'ai pas l'ame d'un bibiiothécaire.

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Nous abordons des points juridiques précis ainsi que des problèmes sociétaux.

Chacun amène ainsi sa pierre à un édifice.

On copie.

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

l'évolution de la jurisprudence par des décisions de la Cour de Cassation et l'état de nos moeurs politiques par le choix des articles de presse !

Nous ne pouvons rien inventer car  nous sommes sérieux et nous faisons référence aux articles des différents codes, aux décisions rendues, aux rapports publiés, au JO, etc, etc ....

Cordialement.

Patrice J. GIROUD

 

 

Les questionneurs de Q.P.C. inventent, eux....

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Il faut bien s'entendre sur les mots.

Ce n'est pas tous les jours qu'une QPC peut être posée !

Mais nous défendons tous les jours des personnes physiques et morales en argumentant, en cherchant de la jurisprudence favorable et/ou en tentant de faire évoluer la jurisprudence même dominante.

Nous avons donc un rôle créatif.

C'est quelquefois sur un texte oublié ou bien caché que nous obtenons satisfaction.

Nous n'inventons pas le texte mais nous le trouvons dans la masse inimaginable des lois, décrets et arrêtés et même circulaires qui n'ont pourtant aucune force contraignante.

Nom: 
Pierre DOYEN

C'est un peu près à quoi servent les avocats! Bien sûr, ce n'est pas là, une tâche particulièrement emballante, si votre quotient intellectuel excède celui d'un gastéropode.

Le psittacisme permet de vivre, tel un long fleuve tranquille, sans souffrir de la tyrannie ordinale. Car dans le métier, si vous êtes  intelligent, bon technicien du droit, cela dénote dans le microcosme. On vous poursuit pour défaut de délicatesse, parce vous aviez prétendument mal parlé, ou aviez été un stratège judiciaire dérangeant, ou troublé la quiétude existentielle de tel oligargue.

Devoir subir des procédures disciplinaires est dégradant. C' est une atteinte aussi insupportable pour votre dignité que pour de votre honneur, vous frappant par le non-droit tel un être vil de statut infra canin!

C'est un comble pour des professionnels investis de la défense d'autrui, d'être frappés d'une capitis diminutio. C'est à dire avoir moins de droits que leurs concitoyens.

Nous nous remémorons en passant une question posée sur ce site, "si l'avocat devait être révolutionnaire?". Encore faudrait-il préalablement qu'il réclamât pour lui-même l'intégralité des droits conférés à tous les autres citoyens!  Cela ne serait pas une révolution, puisque ce serait conforme à l'idéologie constitutionnelle de la société, dont il est le citoyen.

En formulant des QCP, l'avocat en ces occurrences est un inventeur. Il sort de la fonction de manutentionnaire spéculatif dans lequel il est enfermé.

 

 

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

L'avocat serait un "manutentionnaire spéculatif" sauf lorsqu'il dépose une QPC !

Je ne pense pas que cette expression recouvre la réalité du vécu de l'avocat.

Et d'ailleurs certaines QPC sont si mal formulées que l'on peut raisonnablement douter que leurs auteurs fassent preuve d'un réel esprit inventif !

Il y a des centaines et des centaines d'avocats qui font tous les jours un travail formidable et qui dépassent incontestablement le quotient intellectuel d'un gastéropode tout en ne vivant pas dans la crainte des foudres ordinales !

Sur des dizaines de milliers ?

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Lorsque je dis des centaines et des centaines, cette accumulation laisse entendre qu'ils sont des milliers.

Je crois pour ma part que l'immense majorité des avocats travaille normalement et sans crainte des instances ordinales.

Je crois également que le quotient intellectuel moyen des avocats est élevé.

Je n'ai bien évidemment aucun instrument de mesure pour en rendre compte scientifiquement.

Nom: 
Pierre DOYEN

Nous raisonnons en recourant à la logique binaire. Le Tout Puissant existe ou il n'existe pas. Etant entendu que le "ou" est exclusif. Et l'axiome tertium non datur' commande qu'il ne peut y avoir  à la fois existence et non existence.

1°) Il  n'existe pas, alors il n'entend rien;

2°) Il existe, alors oui il peut entendre.

Mais là surgit une autre difficulté. Car la distance intellectuelle séparant  le Créateur de ses créatures  est incommensurable. Elle est du même ordre, pour ainsi dire, que celle séparant le commandant d'un navire  des rats y  vivant dans la cale!

Dans Candide de Voltaire Pangloss remarque: "Quand le navire est entrain de couler, son commandant se soucie-t-il  du confort des rats  dans la cale?".

Alors le Tout Puissant  ne modifie en rien son programme ludique. Car la complainte humaine, fut elle aussi programmée par  son ingénierie!

Une partie de l'humanité soutient que le Créateur n'a pas été satisfait pleinement de son oeuvre, puisqu' il a fait le tri des scories de son industrie, pour découvrir le peuple élu.

A la télévision, lors d'un documentaire sur Auschwitz, une élue survivante de l'enfer  concentrationnaire avait déclaré ex abrupto " Dieu n'existe pas".

 

"Tu dis que nous sommes le peuple élu. S'il te plaît tu n'aurais pas pu choisir un autre peuple?". C'était l'écrit anonyme sur les murs du ghetto de Varsovie, laissé à la mémoire de l'humanité.

 

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA