Apr
05
DOSSIER CULTE DE LA PERSONNALITE : LA DERIVE JUDICIAIRE

Vendredi dernier, El Diario de Mallorca, le grand quotidien des Baléares, publiait à PALMA, sur deux pages, une collection de portraits sur toiles des ministres du gouvernement précédant l'actuel, celui de Monsieur RAJOY, peints sur commandes publiques.

On donnait sous chaque tableau le cout payé par l'Etat espagnol à chacun des artistes : environ 50.000 € en moyenne par tableau. Très franchement, ces tableaux étaient bien quelconques.

Un seul était souriant et amusant, un autoportrait d'elle-même par telle ministre des beaux-arts, mais on a compris que son auteur était peintre. Celui-ci était... gratuit.

Au même moment, je pensais à la collection des portraits sur toiles des présidents à partir des années 50 dans le salon d'honneur de tel Tribunal de commerce, remplacés par des photos en couleur depuis une trentaine d'années : la photo même en couleur c'est moins cher.

Je me disais donc que c'est une manie de se faire tirer le portrait, dès qu'on est élu et qu'un a une quelconque responsabilité. Vous savez un peu comme la collection des portraits des doges à VENISE, moins celui du traitre qui en a été enlevé. On avait poussé très loin à venir l'art du portrait à se financer soi-même. Plusieurs musées de la ville affichent des tableaux collectifs avec des collections de portraits de tailles différentes. Explication : les sujets payaient proportionnellement à la taille des reproductions sur toile

J'ai lu à ce sujet que l'ordre d'une ville parait-il culturelle européenne a décidé de faire appel à un artiste peintre, avec liberté d'action dans la maison de l'avocat. En voilà une bonne idée : pourquoi pas une ou plusieurs fresques collectives financées par chacun des sujets à peindre ?

J'espère en tout cas que ce sera pas pour peindre le seul portrait du bâtonnier.

Commentaires

s'il décidait de placarder votre portrait à la Maison de l'Avocat en votre qualité d'animateur patenté de la blogosphère et d'empêcheur en chef de tourner en rond !

On me jetterait des tomates.

Question culte de la personnalité, remarquez que j'ai mon buste chez moi, cadeau d'un client exceptionnellement content de l'avoir sorti avec les honneurs et un pied de nez au surplus, d'une situation hautement inextricable.

Mais mon buste, il est dans une niche à l'entresol de ma maison...Et puis, il ne risque pas d'en sortir de si tot.

Vous êtes finalement trop modeste !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA